Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Raids aériens, roquettes et propagande

En savoir plus

DÉBAT

Soudan du Sud : l'avenir sombre d'un pays jeune de trois ans (partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

Soudan du Sud : l'avenir sombre d'un pays jeune de trois ans (partie 1)

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Rwanda : les juges français mettent fin à l'instruction sur la mort de l'ex président Habyarimana

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Le cauchemar de la Seleçao

En savoir plus

FOCUS

La charia a-t-elle sa place dans le droit britannique?

En savoir plus

SUR LE NET

Kenya : l'opposition manifeste pour plus de démocratie

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Qu’est ce qu’on a fait au bon Dieu ?" : décryptage d’un phénomène

En savoir plus

DÉBATS POLITIQUES EN FRANCE

L'UMP en crise : entre dette et règlements de compte

En savoir plus

  • L'Argentine rejoint l'Allemagne en finale du Mondial

    En savoir plus

  • Terrorisme : la France se protège contre "les loups solitaires"

    En savoir plus

  • Tour de France : Chris Froome, vainqueur du Tour 2013, abandonne

    En savoir plus

  • Soudan du Sud : la trahison des héros de l’indépendance

    En savoir plus

  • Tueur à gage et flèche empoisonnée : les mystères de la tuerie de Chevaline

    En savoir plus

  • Rwanda : clôture de l’enquête française sur l’attentat contre Habyarimana

    En savoir plus

  • Les Femen poursuivies pour avoir dégradé les cloches de Notre-Dame de Paris

    En savoir plus

  • Cinquante-trois cadavres découverts par l’armée dans le centre de l’Irak

    En savoir plus

  • Jean-Baptiste de Franssu, ce Français nommé à la tête de la banque du Vatican

    En savoir plus

  • Brésil - Allemagne : "Les joueurs brésiliens ont souillé un maillot sacré"

    En savoir plus

  • Mondial-2014 : en Allemagne, une victoire jugée "inimaginable”

    En savoir plus

  • Le Hamas vise Jérusalem et Tel-Aviv, Israël poursuit ses raids

    En savoir plus

  • Présidentielle indonésienne : les deux candidats revendiquent la victoire

    En savoir plus

  • La Coalition nationale syrienne a élu un nouveau chef

    En savoir plus

  • Au 30 juin, la dette de l’UMP a atteint 74,5 millions d’euros

    En savoir plus

  • Pour Kiev, "la 'libération' de Donetsk risque de poser des problèmes"

    En savoir plus

  • Somalie : un assaut shebab sur le palais présidentiel repoussé

    En savoir plus

Le panier de la ménagère pèse sur les élections

©

Dernière modification : 11/04/2008

Les plupart des produits alimentaires ont fortement augmenté ces dernières années en Italie, au point de faire du pouvoir d’achat un enjeu majeur des élections législatives. (Reportage : A. Masciarelli, C. Valerio, M. Taricco, S. Taddei)

Les marché de Rome regorgent de fruits et de légumes frais, mais de nombreux Italiens ne peuvent plus se permettre d’en manger tous les jours. Fatima Yelimoff, une retraitée romaine, vit avec 600 euros par mois. Elle subit de plein fouet la hausse des prix des produits de consommation quotidienne. "J'ai pris quatre oranges, deux pommes et deux bananes. Plus que ça, je ne peux pas", se lamente-t-elle.  "Avec ce qu’on gagne, on ne peut pas. A la fin du mois, on ne mange pas. Les spaghettis se font sans sauce."

 

Suivant la vague inflationniste mondiale du pétrole et du blé, le pain et les pâtes, aliments de base des Italiens, ont augmenté de 10 a 15 % en un an. Mais les salaires et les retraites n’ont pas suivi, faisant du pouvoir d’achat l'un des enjeux majeurs pour tous les candidats.

 

Federica Mogherini, une candidate du Parti Démocratique de Walter Veltroni, expose ses propositions pour faire face à la hausse des prix : "Nous, on a proposé d’augmenter les salaires les plus bas et surtout de donner aux familles qui ont le plus de difficultés une dotation d’argent pour soutenir les dépenses surtout vers la fin du mois."

 

Des mesures décriées par Mario Baldassari, un candidat du Peuple des Libertés (droite) : "Il faut créer plus d’opportunités de revenus et plus de frein à l’augmentation des prix. Mais un frein sérieux et structurel. Pas les mesures démagogiques qui consistent à dire maintenant, on met en place une autorité qui contrôle les prix."

 

Pour le moment, de nombreux Italiens ne parviennent à joindre les deux bouts en fin de mois qu’en travaillant au noir ou en participant à l’évasion fiscale. Au moment de voter, les électeurs, de droite comme de gauche, penseront surtout à leur porte-monnaie.
 
 

Voir aussi : Le vote jeune au cœur de toutes les convoitises

Première publication : 10/04/2008

Comments

COMMENTAIRE(S)