Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

POLITIQUE

Bruno Le Roux : il est "indigne" de se servir du drame de Sivens

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Le choc de simplification ne doit pas être contredit par un choc de complexification"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Ouagadougou en pleine crise, Jérusalem sous tension

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Gaz russe : un accord enfin trouvé entre la Russie, l'Ukraine et l'UE

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Fin de règne au Burkina Faso ?

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Journée insurrectionnelle au Burkina Faso

En savoir plus

DÉBAT

Burkina Faso : quelle transition possible ? (Partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

Crise au Burkina Faso : l’état de siège déclaré (Partie 1)

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Tibéhirine : "Nous voudrions expertiser" les prélèvements, dit Trévidic

En savoir plus

La Chine émet plus de CO2 que les Etats-Unis

Dernière modification : 17/04/2008

Selon une étude universitaire publiée en Californie, la Chine serait devenue, depuis 2006, le premier pays producteur mondial de gaz à effet de serre. Jusqu'ici, les Etats-Unis détenaient la première place.

La Chine a sans doute dépassé le montant des émissions de dioxyde de carbone des Etats-Unis dès 2006, devenant le premier producteur mondial de gaz à effet de serre, a-t-on appris mardi auprès des auteurs d'une étude universitaire en Californie (ouest).

 

Rassemblant des données sur la consommation d'énergies fossiles dans les différentes provinces chinoises, des chercheurs des universités de Berkeley et San Diego ont extrapolé que la croissance annuelle des émissions de CO2 en Chine entre 2004 et 2010 atteindrait 11% en moyenne.

 

Or, de précédentes estimations, notamment du groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC), évoquaient une augmentation de seulement 2,5 à 5%, selon ce rapport qui doit être publié dans l'édition de mai du "Journal of Environmental Economics and Management".

 

"Nos prévisions les plus exactes voient que les émissions de CO2 de la Chine devaient dépasser celles des Etats-Unis en 2006, plutôt qu'en 2020 comme cela était auparavant estimé", écrivent les auteurs de l'étude, les professeurs d'économie Maximilian Aufhammer, de Berkeley, et Richard Carson, de l'université de San Diego.

 

Cette hausse prévue des émissions de CO2 en Chine est de nature à largement annuler les efforts promis par les pays signataires du protocole de Kyoto sur la réduction des gaz à effet de serre dans le même laps de temps, selon la même source.

 

"La raison pour laquelle les chiffres (du GIEC et de l'étude) sont si différents et que la dernière fois que l'ONU a élaboré ses prévisions était en 2000, à partir de données datant du milieu et de la fin des années 1990", soit avant le développement économique spectaculaire qu'a connu la Chine, a expliqué M. Aufhammer à l'AFP.

 

"D'un point de vue de politique publique, ce n'est pas une opération destinée à montrer (Pékin) du doigt. C'est un problème mondial, qui va devoir être résolu par un accord mondial. Si nous voulons stabiliser" le montant des gaz à effet de serre, "il va falloir faire quelque chose qui implique les pays en voie de développement", a-t-il ajouté.

 

Seul outil international pour contrer le réchauffement climatique dû aux gaz à effet de serre comme le CO2, le protocole de Kyoto entré en vigueur en 2005 engage les pays industrialisés qui l'ont ratifié à diminuer leurs émissions de 5% pour la période 2008-2012 par rapport à l'année de référence 1990.

 

Les pays émergents dont la Chine ou l'Inde sont exonérés au même titre que l'ensemble des pays en développement malgré leur croissance exceptionnelle.

 

Les Etats-Unis ont signé le protocole sous l'administration Clinton mais ne l'ont jamais ratifié: le président George W. Bush a rejeté ce texte en 2001, faisant valoir l'avantage concurrentiel qu'il accorde selon lui aux pays en développement.
 

Première publication : 15/04/2008

COMMENTAIRE(S)