Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"Donald Trump : il y a des bonnes personnes des deux côtés"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Contrats de travail : vers plus de flexibilité ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Violences gynécologiques, la lutte prend corps"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Tweets, retweets et détweets

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Burkina Faso : un deuil national de trois jours et de nombreuses questions

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Le combat des esclaves sexuelles sud-coréennes continue"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

États-Unis : vers une guerre commerciale avec la Chine ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"L'Inde, 70 ans et toujours jeune"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Burkina Faso : au moins 18 morts dans l’attentat de Ouagadougou

En savoir plus

Un mince soleil pour les enfants de prisonniers chinois

Dernière modification : 17/04/2008

Le Village du Soleil est la seule institution en Chine à s'occuper des enfants de prisonniers et de condamnés à mort. (Reportage : Julie Calderon, Heriberto Araujo et Forrest Shen)

 

Gao et Mei ont 6 et 15 ans. Leurs parents ont été arrêtés et en attendant le procès, ils vont devoir apprendre à vivre dans un centre pour enfants de parents emprisonnés à 100 km de Pekin.

 

Le Village du Soleil est une institution unique en Chine. Chaque année, 400.000 jugements ont lieu dans tout le pays - peines de mort mais aussi de longues incarcérations. Parmi les condamnés, 70% ont ou avaient une famille. Les enfants sont souvent rejetés par les proches et le Village du Soleil représente alors leur seule solution de réconfort.

 

Orphelins maudits

 

140 enfants y vivent actuellement, et Shuqin Zhang, directrice et fondatrice du centre connaît la situation de chacun d’eux.
 

 
Ironie de l’histoire, cette femme de 60 ans, l’une des rares en Chine à s’intéresser au sort de ces enfants, était auparavant gardienne de prison. C’est au cours de visites qu’elles rendaient aux familles de femmes emprisonnées qu’elle a décidé d’ouvrir le Village du Soleil.

Mais il n'y a pas que des enfants au centre. Liao, une ancienne détenue, a retrouvé de la dignité grâce au Village du Soleil. A sa sortie de prison, elle a connu l’exclusion, comme beaucoup d’autres dans son cas. Impossible pour elle de retrouver un travail avec son passé. Le centre lui a offert une occupation. Elle veille sur les plus petits, entre 2 et 5 ans dont les parents ont été exécutés. Ils n’ont aucune chance d’être adoptés - on les appelle les orphelins maudits.

Première publication : 17/04/2008

COMMENTAIRE(S)