Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Gabon : la CPI annonce l'ouverture d'un examen préliminaire

En savoir plus

TECH 24

Sex-tech : les technologies de l'intime

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Maudite courbe : comment faire baisser le chômage en France ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Clinton vs Trump : le match des programmes économiques

En savoir plus

#ActuElles

Laurence Rossignol : "Tout sexisme est insupportable"

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Dans les coulisses de la Fashion Week parisienne

En savoir plus

FOCUS

Venezuela : État déliquescent et lynchages de rue

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Jean Todt : "Être compétitif, c'est aussi être responsable"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Le "Grand jeu" de Céline Minard pour échapper au désordre du monde

En savoir plus

Un mince soleil pour les enfants de prisonniers chinois

Dernière modification : 17/04/2008

Le Village du Soleil est la seule institution en Chine à s'occuper des enfants de prisonniers et de condamnés à mort. (Reportage : Julie Calderon, Heriberto Araujo et Forrest Shen)

 

Gao et Mei ont 6 et 15 ans. Leurs parents ont été arrêtés et en attendant le procès, ils vont devoir apprendre à vivre dans un centre pour enfants de parents emprisonnés à 100 km de Pekin.

 

Le Village du Soleil est une institution unique en Chine. Chaque année, 400.000 jugements ont lieu dans tout le pays - peines de mort mais aussi de longues incarcérations. Parmi les condamnés, 70% ont ou avaient une famille. Les enfants sont souvent rejetés par les proches et le Village du Soleil représente alors leur seule solution de réconfort.

 

Orphelins maudits

 

140 enfants y vivent actuellement, et Shuqin Zhang, directrice et fondatrice du centre connaît la situation de chacun d’eux.
 

 
Ironie de l’histoire, cette femme de 60 ans, l’une des rares en Chine à s’intéresser au sort de ces enfants, était auparavant gardienne de prison. C’est au cours de visites qu’elles rendaient aux familles de femmes emprisonnées qu’elle a décidé d’ouvrir le Village du Soleil.

Mais il n'y a pas que des enfants au centre. Liao, une ancienne détenue, a retrouvé de la dignité grâce au Village du Soleil. A sa sortie de prison, elle a connu l’exclusion, comme beaucoup d’autres dans son cas. Impossible pour elle de retrouver un travail avec son passé. Le centre lui a offert une occupation. Elle veille sur les plus petits, entre 2 et 5 ans dont les parents ont été exécutés. Ils n’ont aucune chance d’être adoptés - on les appelle les orphelins maudits.

Première publication : 17/04/2008

COMMENTAIRE(S)