Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Ioannis Kasoulides, ministre chypriote des Affaires étrangères

En savoir plus

SUR LE NET

Brésil : une cyber-présidentielle sous tension

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Air France : la grève entre dans sa deuxième semaine

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"La revanche de David Cameron"

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

SUR LE NET

Le "Blood Bucket Challenge", nouvelle tendance en Ukraine

En savoir plus

FOCUS

Les bataillons "bénévoles" de Kiev : une force imprévisible

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Le loup et l'agneau"

En savoir plus

  • Syrie : plus de 100 000 Kurdes ont fui en Turquie l'avancée de l'EI

    En savoir plus

  • Yémen : Sanaa contraint de partager le pouvoir avec la rébellion chiite

    En savoir plus

  • Nicolas Sarkozy a "envie" mais surtout "pas le choix" de revenir en politique

    En savoir plus

  • Ebola : après trois jours de confinement, la vie reprend en Sierra Leone

    En savoir plus

  • Pas de zone tampon sans respect du cessez-le-feu, exige l’armée ukrainienne

    En savoir plus

  • Ligue 1 : au Parc des Princes, Lyon tient tête au PSG

    En savoir plus

  • Ashraf Ghani succède à Hamid Karzaï à la présidence afghane

    En savoir plus

  • Air France prévoit d'assurer 41% des vols lundi

    En savoir plus

  • Des milliers de pacifistes manifestent à Moscou contre la guerre en Ukraine

    En savoir plus

  • De Paris à New York, les défenseurs du climat se mobilisent

    En savoir plus

  • En Albanie, le pape François prône la tolérance religieuse et fustige les jihadistes

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France échoue au pied du podium

    En savoir plus

  • Attentat à la bombe près du ministère des Affaires étrangères au Caire

    En savoir plus

  • Vidéo : la Turquie "débordée" par l’afflux de réfugiés kurdes de Syrie

    En savoir plus

  • Grand Prix de Singapour : Hamilton reprend les commandes de la F1

    En savoir plus

  • Filière jihadiste lyonnaise : cinq personnes mises en examen et écrouées

    En savoir plus

  • L’opposant Mikhaïl Khodorkovski envisage de gouverner la Russie

    En savoir plus

  • Sanaa instaure un couvre-feu, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Bruxelles déjoue un projet d'attentat jihadiste à la Commission européenne

    En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

Sadr brandit la menace d'une "guerre ouverte"

Dernière modification : 20/04/2008

Le chef radical chiite menace de lancer une "guerre ouverte" si le gouvernement irakien ne met pas un terme aux opérations contre son mouvement. La milice de Sadr, compterait près de 60 000 combattants. (Récit : L. Barcellini)

Le chef radical anti-américain Moqtada Sadr a menacé samedi de lancer "une guerre ouverte" si les opérations des forces irakiennes et américaines contre son mouvement se poursuivaient, dans un communiqué portant sa signature et publié à Najaf (sud de Bagdad).

"Je donne un dernier avertissement, et je donne ma parole, au gouvernement irakien pour qu'il choisisse le chemin de la paix et arrête les violences contre son propre peuple, sinon il sera un gouvernement de destruction", assure le jeune chef religieux.

"S'il n'arrête pas l'action des milices qui ont infiltré le gouvernement, nous déclarerons une guerre ouverte jusqu'à la libération", avertit Moqtada Sadr, dont la milice, l'armée du Mahdi, la plus puissante d'Irak, compte quelque 60.000 combattants.

"Je demande au gouvernement d'exiger de l'occupant un calendrier de retrait dans les plus brefs délais", ajoute Moqtada Sadr, dont les combattants sont engagés dans des affrontements meurtriers contre les troupes irakiennes et américaines dans son fief de Bagdad, Sadr City.

Dans ce texte adressé à ses "moudjahidines bien aimés et fidèles", il assure: "ils m'accusent d'être entre les mains de l'Iran, mais j'appartiens à l'Irak. J'appartiens à la volonté de mon peuple."

"L'occupant nous a pris pour cible avec ses avions, ses chars, ses bombardements et ses tireurs embusqués", ajoute-t-il. "Sans notre soutien, ce gouvernement n'aurait jamais été formé. Mais à cause de son alliance avec les forces d'occupation, il n'est ni indépendant, ni souverain, comme nous aimerions qu'il soit".

"Gaza était encerclé, et tout le monde s'est tu. Aujourd'hui, c'est au tour de Sadr City et de Bassorah, et tout le monde se tait. Où sont les droits de l'homme? Où sont les lois que vous adoptez, au nom de la liberté et de la démocratie?", déclare-t-il encore.

Première publication : 19/04/2008

COMMENTAIRE(S)