Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

7 JOURS EN FRANCE

Emmanuel Macron, nouvel homme fort de Bercy

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

La preuve par l'image de "l'invasion" russe en Ukraine

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les ennemis de mes ennemis ne sont pas mes amis"

En savoir plus

FOCUS

Ces chrétiens d'Irak qui commencent leur nouvelle vie en France

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Alain Choquette, drôlement magique !

En savoir plus

TECH 24

Quand le jeu vidéo change le monde

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Université d'été du PS : "une allumette et c'est l'incendie"

En savoir plus

DÉBAT

Organisation de l'État Islamique : la Syrie, une alliée inévitable ?

En savoir plus

DÉBAT

François Hollande expose la ligne diplomatique de la France

En savoir plus

  • Ukraine : des femmes de soldats russes sans nouvelles de leurs maris

    En savoir plus

  • Un premier cas d'Ebola détecté au Sénégal

    En savoir plus

  • Google fait décoller le rêve des drones livreurs

    En savoir plus

  • L'Ukraine va lancer les procédures d'adhésion à l'Otan

    En savoir plus

  • Maroc : une autoroute bloquée 14 jours pour tourner "Mission : Impossible 5"

    En savoir plus

  • En direct : Laurent Fabius à la conférence des ambassadeurs

    En savoir plus

  • Un enfant britannique atteint d'une tumeur est recherché en France

    En savoir plus

  • Golan : 43 Casques bleus pris en otage, la force onusienne prête à se défendre

    En savoir plus

  • Judo : la Française Audrey Tcheuméo laisse filer la médaille d'or

    En savoir plus

  • Ligue Europa : fortunes diverses au tirage pour Lille, Saint-Étienne et Guingamp

    En savoir plus

  • Isolés, les pays touchés par Ebola peinent à faire face à l'épidémie

    En savoir plus

  • Quand le Canada et la Russie jouent les profs de géographie sur Twitter

    En savoir plus

  • Le nombre de réfugiés syriens atteint le chiffre record de trois millions

    En savoir plus

  • Dans un climat tendu, le PS ouvre son université d'été

    En savoir plus

  • L'Occident dénonce l'incursion "évidente" de la Russie en Ukraine

    En savoir plus

  • Obama "n'a pas encore de stratégie" pour intervenir contre l'EI en Syrie

    En savoir plus

  • Ukraine : le "double jeu dangereux" de Vladimir Poutine

    En savoir plus

Selon Carter, le Hamas est prêt à la paix, sous condition

Dernière modification : 24/04/2008

L'ex-président américain Jimmy Carter assure que le Hamas est prêt à se rallier à un accord de paix négocié, après une rencontre avec son chef en exil. Khaled Mechaal a précisé qu'il "ne reconnaîtrait pas Israël". (Récit : L. Dupont)

Le mouvement palestinien Hamas est prêt à accepter un Etat palestinien dans les frontières de 1967 mais il "ne reconnaîtra pas Israël", a affirmé lundi son chef en exil Khaled Mechaal.
   
"Nous acceptons un Etat palestinien dans les frontières du 4 juin 1967 avec Jérusalem pour capitale, un Etat souverain sans les colonies (israéliennes), avec le droit au retour des réfugiés palestiniens, mais sans la reconnaissance d'Israël", a dit M. Mechaal lors d'une conférence de presse à Damas.
   
Chef du bureau politique du mouvement islamiste, M. Mechaal, basé à Damas, avait rencontré vendredi et samedi l'ex-président américain Jimmy Carter dans la capitale syrienne.
   
M. Carter a affirmé lundi à Jérusalem que le Hamas serait prêt à reconnaître Israël si un accord de paix était conclu et approuvé par un référendum palestinien.
   
"Nous refusons de dialoguer directement avec les Israéliens. Il y a des négociations indirectes concernant le soldat israélien capturé Gilad Shalit et l'échange des prisonniers. Mais nous mettons un veto sur les négociations directes" avec Israël, a martelé M. Mechaal.
   
Le dirigeant palestinien a affirmé par contre que le Hamas était prêt à discuter avec Washington. "Nous n'avons pas de problème à dialoguer avec les Etats-Unis", a-t-il dit.
   
M. Carter a effectué "une action audacieuse et courageuse" en rencontrant le Hamas, considéré par les Etats-Unis et Israël comme une organisation terroriste, selon M. Mechaal en affirmant que "cela ne signifie pas que nous nous sommes mis d'accord sur tout".
   
M. Mechaal a indiqué qu'il "a refusé une proposition présentée par M. Carter sur un cessez-le-feu unilatéral. Il a demandé que le Hamas cesse de lancer ses roquettes pendant trente jours contre Israël afin de parvenir à une trêve".
   
Mais "le Hamas veut un cessez-le-feu réciproque, que l'agression (israélienne) cesse et que le blocus (sur Gaza) soit levé", a lancé M. Mechaal.
   
M. Mechaal a en outre affirmé qu'il avait informé M. Carter que "le Hamas préférait que les négociations indirectes sur l'échange de prisonniers (avec Israël) se poursuivent via l'Egypte".
   
Le dirigeant palestinien a confirmé en outre des propos exprimés plus tôt par M. Carter selon lesquels le Hamas avait donné son accord pour que Gilad Shalit, enlevé en juin 2006 en Israël à la lisière de la bande de Gaza par trois groupes armés, dont l'un relevant du Hamas, puisse faire parvenir une lettre à ses parents.
   
Lors de ses rencontres vendredi et samedi avec M. Mechaal, l'ex-président américain avait proposé "une trêve" entre Israël et le Hamas qui contrôle la bande de Gaza, "un échange de prisonniers" qui comprendrait Gilad Shalit, "la levée du blocus" imposé à Gaza, et une solution concernant "le point de passage de Rafah", avait indiqué un haut responsable du Hamas, Mohammad Nazzal.

Première publication : 21/04/2008

COMMENTAIRE(S)