Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Algérie : une nouvelle loi criminalise la violence contre les femmes

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Bataille de Tikrit : une offensive appelée à durer ?

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Etats-Unis - Israël : le coup de froid

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La formation des imams de France en question

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Plan anti-pauvreté : Manuel Valls, le virage à gauche

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Paris des Arts d'Amanda Lear

En savoir plus

#ActuElles

Parité : en découdre avec les stéréotypes

En savoir plus

FOCUS

Quel avenir pour l'opposition russe après le meurtre de Nemtsov ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Sarkozy vs Hollande : le match économique

En savoir plus

Un chef taliban ordonne un cessez-le-feu

Dernière modification : 24/04/2008

Le commandant d'un groupe activiste pakistanais qui serait lié à Al-Qaïda, Baitullah Mehsud, demande à ses hommes de suspendre leurs attaques, au moment où Islamabad prépare des accords de paix avec les Taliban. (Récit : H.Meddeb)

Baïtullah Mehsud, chef tribal et leader présumé d'Al-Qaïda au Pakistan, a appelé ses combattants à cesser le feu, alors que des pourparlers de paix sont en cours avec le gouvernement pakistanais.

"Baitullah Mehsud ordonne à tous les membres du Tehrik-e-taliban (Tehreek-e-taliban Pakistan, TTP) de respecter l'interdiction des activités provocatrices au nom de la paix", peut-on lire sur le tract distribué depuis mercredi dans le Sud-Waziristan, zone tribale proche de l’Afghanistan. Son authenticité a été confirmée par le gouvernement pakistanais.

Il est précisé que ceux qui violeront les ordres de Mehsud seront "sévèrement punis", et seront notamment "pendus sur la place publique par les pieds".

Mehsud dirige le Tehrik-e-taliban, ou Mouvement des Talibans, qui a été formé en 2007 en regroupant plusieurs groupes d'activistes basés dans les zones pachtounes à la frontière entre le Pakistan et l'Afghanistan.

Mercredi, le porte-parole du TTP, le maulvi Omar, avait confirmé que des négociations étaient en cours avec le gouvernement pakistanais en vue de la signature d'un accord de paix, selon lequel "les militaires se retireront de certaines zones et les combattants islamistes cesseront de les attaquer".

Cette phase de négociations intervient deux mois après la formation du nouveau gouvernement de coalition, dominé par le Parti du peuple pakistanais que dirigeait Benazir Bhutto, l’ex-Premier ministre assassinée le 27 décembre 2007 et opposante au président Pervez Musharraf.

Nouvelle approche avec les Talibans

Le président du Club de la presse pakistanais à Paris, Sahibzada Ateeq-ur-Rehman, y voit un changement tactique : "L’Etat du Pakistan a engagé de nombreux combats et compte de nombreuses pertes. Aujourd’hui, le nouveau gouvernement tente une nouvelle approche par le dialogue".

La politique du nouveau gouvernement s’inscrit en effet en rupture avec celle du président Musharraf, allié de Washington dans sa "guerre contre le terrorisme".  Musharraf privilégiait la stratégie de l’offensive militaire contre les combattants islamistes des zones tribales.

Dès mercredi, les Etats-Unis ont réagi : "Nous sommes inquiets. Ce que nous les encourageons à faire, c'est de continuer à combattre les terroristes", a déclaré le porte-parole de la Maison Blanche, Dana Perino.

Washington soupçonne Baïtullah Mehsud d’avoir prêté allégeance à Al-Qaïda. Le chef tribal est aussi recherché par les autorités pakistanaises depuis qu'un tribunal l’a accusé d'être responsable de la vague récente d'attentats, dont celui qui a coûté la vie à Benazir Bhutto.

Cependant, Sahibzada Ateeq-ur-Rehman nuance ces accusations : "Pour l’instant, il n’existe aucune preuve formelle de la responsabilité de Mehsud dans l’assassinat de Bhutto. Nous sommes toujours dans l’attente d’un nouveau rapport dans cette affaire".


De précédents accords entre Islamabad et les groupes proches des Talibans et d'Al-Qaïda avaient permis des baisses de violence temporaires et localisées, mais selon les détracteurs des négociations, ils avaient également permis aux activistes de se regrouper pour attaquer en Afghanistan.

Première publication : 24/04/2008

COMMENTAIRE(S)