Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Raids aériens, roquettes et propagande

En savoir plus

DÉBAT

Soudan du Sud : l'avenir sombre d'un pays jeune de trois ans (partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

Soudan du Sud : l'avenir sombre d'un pays jeune de trois ans (partie 1)

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Rwanda : les juges français mettent fin à l'instruction sur la mort de l'ex président Habyarimana

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Le cauchemar de la Seleçao

En savoir plus

FOCUS

La charia a-t-elle sa place dans le droit britannique?

En savoir plus

SUR LE NET

Kenya : l'opposition manifeste pour plus de démocratie

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Qu’est ce qu’on a fait au bon Dieu ?" : décryptage d’un phénomène

En savoir plus

DÉBATS POLITIQUES EN FRANCE

L'UMP en crise : entre dette et règlements de compte

En savoir plus

  • L'Argentine rejoint l'Allemagne en finale du Mondial

    En savoir plus

  • Terrorisme : la France se protège contre "les loups solitaires"

    En savoir plus

  • Tour de France : Chris Froome, vainqueur du Tour 2013, abandonne

    En savoir plus

  • Soudan du Sud : la trahison des héros de l’indépendance

    En savoir plus

  • Tueur à gage et flèche empoisonnée : les mystères de la tuerie de Chevaline

    En savoir plus

  • Rwanda : clôture de l’enquête française sur l’attentat contre Habyarimana

    En savoir plus

  • Les Femen poursuivies pour avoir dégradé les cloches de Notre-Dame de Paris

    En savoir plus

  • Cinquante-trois cadavres découverts par l’armée dans le centre de l’Irak

    En savoir plus

  • Jean-Baptiste de Franssu, ce Français nommé à la tête de la banque du Vatican

    En savoir plus

  • Brésil - Allemagne : "Les joueurs brésiliens ont souillé un maillot sacré"

    En savoir plus

  • Mondial-2014 : en Allemagne, une victoire jugée "inimaginable”

    En savoir plus

  • Le Hamas vise Jérusalem et Tel-Aviv, Israël poursuit ses raids

    En savoir plus

  • Présidentielle indonésienne : les deux candidats revendiquent la victoire

    En savoir plus

  • La Coalition nationale syrienne a élu un nouveau chef

    En savoir plus

  • Au 30 juin, la dette de l’UMP a atteint 74,5 millions d’euros

    En savoir plus

  • Pour Kiev, "la 'libération' de Donetsk risque de poser des problèmes"

    En savoir plus

  • Somalie : un assaut shebab sur le palais présidentiel repoussé

    En savoir plus

Israël serait prêt à se retirer du Golan

©

Dernière modification : 25/04/2008

Le président syrien assure que, selon la Turquie, Israël est disposé "à se retirer du plateau du Golan contre la paix avec la Syrie". Le Golan a été conquis par Israël en 1967, puis annexé par l'Etat hébreu en 1981. (Récit : L. Barcellini)

Le Premier ministre israélien Ehud Olmert a assuré à la Turquie que son pays était prêt à restituer le plateau du Golan à la Syrie en échange de la paix, a déclaré un membre du gouvernement syrien à la chaîne Al Djazira.

 

"Ehud Olmert est disposé à faire la paix avec la Syrie sur la base des conditions internationales - à savoir la restitution à la Syrie de la totalité du plateau du Golan", a affirmé Bouthaina Chaaban, ministre syrienne des Expatriés, lors d'une interview retransmise en direct.

 

Elle a précisé que le message israélien avait été transmis au président Bachar al Assad par le Premier ministre turc Tayyip Erdogan, qui compte se rendre samedi à Damas.

 

La Syrie demandera des précisions à Erdogan, a indiqué Chaaban, ajoutant que son pays n'avait pas l'intention d'engager des discussions secrètes avec l'Etat juif.

 

"Les Israéliens parlent beaucoup de paix, a-t-elle dit. la position de Damas est que la Syrie est toujours favorable à une paix qui (garantisse) le rétablissement des droits complets (...) nous négocions depuis dix ans pour le retour du Golan."

 

Un membre de l'entourage du Premier ministre turc a démenti qu'Erdogan ait remis un message à Assad.

 

Le Golan syrien a été conquis par l'armée israélienne pendant la guerre des Six-Jours de 1967, puis annexé par l'Etat hébreu en 1981 - mesure qui n'a jamais été reconnue par la communauté internationale.

 

Au sujet des informations de mercredi, Mark Regev, porte-parole d'Olmert, a dit: "Je n'ai rien à ajouter à ce que le Premier ministre a déclaré vendredi dans ses entretiens avec la presse israélienne sur sa volonté de paix avec la Syrie."

 

 

RÔLE DES USA

 

 

En réponse à une question sur le Golan, Olmert avait dit la semaine dernière au quotidien Yedioth Ahronoth qu'il travaillait à une "initiative importante" pour la paix avec Damas.

 

Des pourparlers de paix israélo-syriens ont capoté en 2000 en raison d'un désaccord sur l'ampleur d'un retrait de Tsahal du Golan. Les tentatives de divers pays pour persuader les deux parties de les reprendre ont échoué du fait des conditions posées par chacune d'elles.

 

Damas demande qu'Israël s'engage à se retirer complètement du Golan et souhaite que les Etats-Unis, principal allié de l'Etat juif, supervisent les négociations. De son côté, Israël tient à ce que les liens de la Syrie avec le Hezbollah libanais et le mouvement islamiste palestinien Hamas soient inscrits au programme des discussions.

 

Le Golan, plateau fertile et stratégique, assure à Israël le contrôle d'importantes ressources hydrauliques dans une région aride, de vignobles, de vergers et de pâturages.

 

Environ 18.000 colons israéliens vivent sur le plateau avec 22.000 Druzes qui se considèrent comme syriens.

 

Des diplomates en poste dans la capitale syrienne ont minimisé la portée des informations de mercredi en notant qu'Israël et Damas devaient aussi s'entendre sur la manière de traiter les relations de la Syrie avec le Hezbollah et le Hamas.

 

L'Etat juif accuse la Syrie d'être la principale voie de ravitaillement du Hezbollah.
Reconnaissant que des entretiens avaient lieu par l'entremise d'un tiers, Assad a déclaré dimanche lors d'une réunion à huis clos du parti Baas qu'un engagement d'Israël à évacuer entièrement le Golan était nécessaire à des pourparlers mais que d'éventuelles négociations directes seraient publiques.

 

"Le président a clairement fait comprendre que les efforts d'une tierce partie étaient bienvenus dans la mesure où il y avait accord sur un cadre et où Israël s'engageait à un retrait complet", selon une source proche du comité central du Baas.
 

Première publication : 24/04/2008

Comments

COMMENTAIRE(S)