Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Donald Trump accuse Google de rouler pour Hillary Clinton

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Le Soudan accusé d'attaques chimiques au Darfour

En savoir plus

POLITIQUE

Primaire de la droite : semaine maudite pour Nicolas Sarkozy

En savoir plus

POLITIQUE

Présidentielle américaine : avantage Hillary Clinton

En savoir plus

FOCUS

L’Afghanistan dans l’impasse politique

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Exposition "Hergé" : qui était le créateur de Tintin ?

En savoir plus

LE DÉBAT

Disparition de Shimon Peres : que reste-t-il des accords d'Oslo ? (partie 1)

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Mondial de l'auto : place aux voitures électriques et autonomes

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Alep : bombardements russes, coups de menton américains"

En savoir plus

L'ambassadeur libyen soulève l'indignation des Occidentaux

Dernière modification : 24/04/2008

Au Conseil de sécurité des Nations unies, l'ambassadeur libyen a comparé la situation de Gaza à l’Holocauste. Les ambassadeurs occidentaux ont quitté la séance en signe de protestation.

Les ambassadeurs occidentaux ont quitté mercredi la salle du Conseil de sécurité des Nations unies pour protester    contre la comparaison établie
par le représentant de la Libye entre le sort des Palestiniens
et l'holocauste.

 

"L'ambassadeur libyen (ndlr, Giadalla Ettalhi) a comparé la
situation à Gaza à l'holocauste nazi. Les ambassadeurs
occidentaux se sont alors levés et ont quitté la salle en guise
de protestation", a déclaré un diplomate occidental qui a
assisté à la scène.

 

L'incident s'est produit pendant une séance consacrée à un
projet de résolution proposé par la Libye sur la situation
humanitaire dans la bande de Gaza.

 

"Un certain nombre de membres du Conseil de sécurité ont été
consternés par l'approche de la Libye et ne pensent pas que de
tels propos contribuent à faire avancer le processus de paix", a
dit Karen Pierce, de la délégation britannique.

Première publication : 24/04/2008

COMMENTAIRE(S)