Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

#ActuElles

Jouets sexistes : le marketing des fabricants en cause

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Joyeux Noël... laïc !

En savoir plus

REPORTERS

Argentine : le bilan Kirchner

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Cuba - États-Unis : la fin de la guerre froide ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

La Grèce fait trembler les marchés

En savoir plus

À L’AFFICHE !

La personnalité tourmentée de "Mr. Turner"

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : colère à Peshawar lors des funérailles des écoliers assassinés

En savoir plus

UNE COMÉDIE FRANCAISE

François Hollande, un recentrage à gauche ?

En savoir plus

UNE COMÉDIE FRANCAISE

La loi Macron dans l'étau des divisions de la gauche ?

En savoir plus

Ericq Pierre, nouveau Premier ministre d'Haïti

Dernière modification : 29/04/2008

Le président haïtien René Préval a désigné Ericq Pierre comme nouveau Premier ministre, en remplacement de Jacques Edouard Alexis, renversé le 12 avril à la suite de violentes manifestations. (Précisions : Sophie Claudet)

Retrouvez le Carnet de route en Haïti de Sophie Claudet, journaliste à France 24 et présente sur place.

 

Le président haïtien René Préval a désigné dimanche Ericq Pierre, actuellement conseiller pour Haïti auprès de la Banque interaméricaine de développement, comme nouveau Premier ministre, a appris l'AFP de sources parlementaires.

"C'est Ericq Pierre qui a été désigné", a déclaré au téléphone à l'AFP le sénateur haïtien Kelly Bastien.

"Le choix a été fait après une nouvelle rencontre dimanche avec le président Préval", a de son côté indiqué le président de la chambre des députés Pierre-Eric Jean-Jacques.

Cette désignation survient à l'issue de deux semaines de consultations de la part du président René Préval depuis la destitution par le Sénat du précédent Premier ministre Jacques-Edouard Alexis à la suite de violentes émeutes.

Elle doit maintenant être confirmée par un vote des deux chambres du Parlement haïtien.
 

Première publication : 27/04/2008

COMMENTAIRE(S)