Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

REPORTERS

Exclusif : de Sarajevo à Guantanamo, l’itinéraire des six d’Algérie

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Présidentielle en Côte d'Ivoire : le soutien de Bédié est une "trahison" selon Bertin

En savoir plus

FOCUS

Les bataillons "bénévoles" de Kiev : une force imprévisible

En savoir plus

MODE

Fashion week : promenade pour un objet d’exception

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Paris des Arts de Leïla Bekhti

En savoir plus

UNE COMÉDIE FRANCAISE

François Hollande : un sursaut possible ?

En savoir plus

DÉBAT

Hollande face à la presse : le chef de l'État a tenu sa conférence semestrielle

En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Irak : combattants kurdes recherchent armes lourdes désespérément

    En savoir plus

  • Ebola : les 6,5 millions d'habitants de la Sierra Leone assignés à résidence

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Visé par une enquête, Zidane pourrait être privé de banc de touche

    En savoir plus

  • Quand Hollande se targue d’influencer la politique économique européenne

    En savoir plus

  • Référendum en Écosse: les indépendantistes n'ont pas tout perdu

    En savoir plus

  • Les bataillons "bénévoles" de Kiev : une force imprévisible

    En savoir plus

  • Barack Obama salue la France, "un partenaire solide contre le terrorisme"

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Euro-2020 : la finale de l'"Euro pour l’Europe" à Wembley

    En savoir plus

  • Corruption : amende record pour le géant pharmaceutique GSK

    En savoir plus

  • Le Paris des Arts de Leïla Bekhti

    En savoir plus

  • Après le "non" de l’Écosse, la Catalogne prépare son propre référendum

    En savoir plus

  • Ebola : l'infirmière française contaminée reçoit un traitement expérimental

    En savoir plus

Le raid israélien en Syrie visait un réacteur nucléaire

Dernière modification : 30/04/2008

Le président américain George W. Bush explique que les révélations américaines sur le raid israélien en Syrie contre un réacteur nucléaire représentent un avertissement pour la Corée du Nord.

Les révélations américaines sur le raid israélien en Syrie sont une opération de communication en forme d'avertissement pour la Corée du Nord, l'Iran et le reste du monde, a expliqué mardi le président George W. Bush.
   
En revenant la semaine dernière sur cette affaire longtemps obscure, les Etats-Unis voulaient signifier aux Nord-Coréens que "nous en savons plus sur eux qu'ils ne le pensent" et qu'ils devaient donc déclarer toutes leurs activités nucléaires, a dit M. Bush, interrogé lors d'une conférence de presse à la Maison Blanche sur le raid aérien israélien de septembre 2007.
   
Washington voulait aussi adresser un "message à l'Iran et au monde", à savoir que "ces programmes (nucléaires) peuvent exister sans que les gens le sachent", a-t-il dit, faisant référence aux soupçons envers l'Iran, accusé de vouloir se doter de l'arme nucléaire, comme la Corée du Nord.
   
M. Bush a ainsi admis que son administration avait délibérément passé sous silence des informations en sa possession sur le raid israélien, ne tenant informés que "22 parlementaires", a-t-il dit.
   
Il s'agissait d'une part d'éviter que des révélations à chaud entraînent "affrontements" et "représailles" au Moyen-Orient, a-t-il dit, et d'autre part de choisir le meilleur moment pour atteindre des "objectifs politiques" en distillant des messages à la Corée du Nord, à l'Iran et au reste du monde.
   
Un responsable américain de la sécurité nationale a informé le Congrès jeudi sur la destruction le 6 septembre dernier d'un réacteur nucléaire en construction en Syrie par un raid aérien israélien: les services de renseignements ont présenté à huis-clos une vidéo et des photos du site, qui, selon Washington, ressemblait à celui du réacteur nord-coréen de Yongbyon.
   
Lundi, le directeur de la CIA Michael Hayden a assuré à l'issue d'une conférence à Washington que, si le site bombardé avait pu être pleinement opérationnel, il aurait suffi d'une année aux Syriens pour "produire assez de plutonium pour charger une ou deux armes".
   
Les Syriens ont en revanche nié avoir tenté de se doter d'un réacteur nucléaire. Le raid israélien "a touché un site militaire en construction, non pas un site nucléaire, comme le prétendent Israël et les Etats-Unis", a dit le président Bachar al-Assad dans un entretien au quotidien qatari Al-Watan durant le week-end.
   
M. Bush a cependant insisté sur la véracité des informations de la semaine dernière, estimant que cela signifie "très clairement" aux Nord-Coréens "que nous en savons plus sur eux qu'ils le pensent, et qu'il est donc essentiel qu'ils révèlent complètement non seulement leurs activités avec le plutonium, mais aussi (leurs activités de) prolifération et d'enrichissement" d'uranium.
   
"Nous avons aussi un intérêt à adresser un message à l'Iran et au reste du monde: à quel point la prolifération nucléaire au Moyen-Orient serait déstabilisante", a ajouté le président américain.
   
"Une des choses que montre (le raid contre une installation syrienne), c'est que ce type de programme peut exister sans que les gens le sachent: les Syriens n'avaient pas déclaré ce programme, ils avaient un programme caché", a souligné M. Bush, dont l'administration tente d'accroître les pressions internationales sur l'Iran pour qu'il suspende l'enrichissement d'uranium et élargisse sa coopération avec l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA).
   
Enfin, le président américain a souligné que les révélations de la semaine dernière servaient à "rappeler au monde la  nécessité de travailler ensemble" sur les problèmes posés selon lui par la Syrie, "en Irak, dans la déstabilisation du Liban ou avec le Hamas, qui est une force déstabilisante dans nos efforts pour arriver à un Etat palestinien coexistant pacifiquement avec Israël".
 

Première publication : 29/04/2008

COMMENTAIRE(S)