Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Des opérateurs indépendants au secours des campagnes

En savoir plus

SUR LE NET

L'ONU dresse l'inventaire des sites détruits en Syrie

En savoir plus

DÉBAT

CAN-2015 : un défi pour le continent africain

En savoir plus

MODE

La mode 2014 marquée par une prise de conscience des créateurs

En savoir plus

SUR LE NET

Les campagnes virales des marques pour Noël

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : calme précaire dans la capitale, violences en province

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Au Cameroun, la population se mobilise pour l'éducation

En savoir plus

#ActuElles

Canada : les mystérieuses disparitions des femmes autochtones

En savoir plus

REPORTERS

Le meilleur des grands reportages de France 24 en 2014

En savoir plus

Le raid israélien en Syrie visait un réacteur nucléaire

Dernière modification : 30/04/2008

Le président américain George W. Bush explique que les révélations américaines sur le raid israélien en Syrie contre un réacteur nucléaire représentent un avertissement pour la Corée du Nord.

Les révélations américaines sur le raid israélien en Syrie sont une opération de communication en forme d'avertissement pour la Corée du Nord, l'Iran et le reste du monde, a expliqué mardi le président George W. Bush.
   
En revenant la semaine dernière sur cette affaire longtemps obscure, les Etats-Unis voulaient signifier aux Nord-Coréens que "nous en savons plus sur eux qu'ils ne le pensent" et qu'ils devaient donc déclarer toutes leurs activités nucléaires, a dit M. Bush, interrogé lors d'une conférence de presse à la Maison Blanche sur le raid aérien israélien de septembre 2007.
   
Washington voulait aussi adresser un "message à l'Iran et au monde", à savoir que "ces programmes (nucléaires) peuvent exister sans que les gens le sachent", a-t-il dit, faisant référence aux soupçons envers l'Iran, accusé de vouloir se doter de l'arme nucléaire, comme la Corée du Nord.
   
M. Bush a ainsi admis que son administration avait délibérément passé sous silence des informations en sa possession sur le raid israélien, ne tenant informés que "22 parlementaires", a-t-il dit.
   
Il s'agissait d'une part d'éviter que des révélations à chaud entraînent "affrontements" et "représailles" au Moyen-Orient, a-t-il dit, et d'autre part de choisir le meilleur moment pour atteindre des "objectifs politiques" en distillant des messages à la Corée du Nord, à l'Iran et au reste du monde.
   
Un responsable américain de la sécurité nationale a informé le Congrès jeudi sur la destruction le 6 septembre dernier d'un réacteur nucléaire en construction en Syrie par un raid aérien israélien: les services de renseignements ont présenté à huis-clos une vidéo et des photos du site, qui, selon Washington, ressemblait à celui du réacteur nord-coréen de Yongbyon.
   
Lundi, le directeur de la CIA Michael Hayden a assuré à l'issue d'une conférence à Washington que, si le site bombardé avait pu être pleinement opérationnel, il aurait suffi d'une année aux Syriens pour "produire assez de plutonium pour charger une ou deux armes".
   
Les Syriens ont en revanche nié avoir tenté de se doter d'un réacteur nucléaire. Le raid israélien "a touché un site militaire en construction, non pas un site nucléaire, comme le prétendent Israël et les Etats-Unis", a dit le président Bachar al-Assad dans un entretien au quotidien qatari Al-Watan durant le week-end.
   
M. Bush a cependant insisté sur la véracité des informations de la semaine dernière, estimant que cela signifie "très clairement" aux Nord-Coréens "que nous en savons plus sur eux qu'ils le pensent, et qu'il est donc essentiel qu'ils révèlent complètement non seulement leurs activités avec le plutonium, mais aussi (leurs activités de) prolifération et d'enrichissement" d'uranium.
   
"Nous avons aussi un intérêt à adresser un message à l'Iran et au reste du monde: à quel point la prolifération nucléaire au Moyen-Orient serait déstabilisante", a ajouté le président américain.
   
"Une des choses que montre (le raid contre une installation syrienne), c'est que ce type de programme peut exister sans que les gens le sachent: les Syriens n'avaient pas déclaré ce programme, ils avaient un programme caché", a souligné M. Bush, dont l'administration tente d'accroître les pressions internationales sur l'Iran pour qu'il suspende l'enrichissement d'uranium et élargisse sa coopération avec l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA).
   
Enfin, le président américain a souligné que les révélations de la semaine dernière servaient à "rappeler au monde la  nécessité de travailler ensemble" sur les problèmes posés selon lui par la Syrie, "en Irak, dans la déstabilisation du Liban ou avec le Hamas, qui est une force déstabilisante dans nos efforts pour arriver à un Etat palestinien coexistant pacifiquement avec Israël".
 

Première publication : 29/04/2008

COMMENTAIRE(S)