Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

Ibrahim al-Jaafari, ministre irakien des Affaires étrangères

En savoir plus

L'ENTRETIEN

PDG de Netflix : "Nous sommes un grand exportateur de films français"

En savoir plus

SUR LE NET

Certains médias accusés de faire le jeu de l'EI

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

La Libye : terre d'accueil des jihadistes?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Combien de rêves naufragés?"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Air France : la grève se durcit

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Blues au PS"

En savoir plus

DÉBAT

Conférence à Paris sur l'Irak : quelle réponse face à l'organisation de l'EI ? (Partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

Conférence à Paris sur l'Irak : quelle réponse face à l'organisation de l'EI ? (Partie 1)

En savoir plus

  • Les députés ukrainiens appelés à ratifier l’accord d’association avec l’UE

    En savoir plus

  • Washington frappe des positions de l'État islamique près de Bagdad

    En savoir plus

  • Deuxième grand oral pour le Premier ministre Manuel Valls

    En savoir plus

  • Ebola : Obama prévoit d'envoyer 3 000 militaires en Afrique de l’Ouest

    En savoir plus

  • Air France : la grève devrait s'intensifier mardi

    En savoir plus

  • Près de 500 migrants portés disparus après un naufrage en Méditerranée

    En savoir plus

  • PDG de Netflix : "Nous sommes un grand exportateur de films français"

    En savoir plus

  • Centrafrique : l'ONU prend en charge le maintien de la paix

    En savoir plus

  • Projet de loi anti-jihadiste : la France suit l’exemple du Royaume-Uni

    En savoir plus

  • Microsoft achète Minecraft, le jeu qui valait 2,5 milliards de dollars

    En savoir plus

  • Netflix débarque en France : le test de France 24

    En savoir plus

  • Le parti de Gbagbo claque la porte de la commission électorale

    En savoir plus

  • Fifa : Sepp Blatter et son entourage de nouveau soupçonnés de corruption

    En savoir plus

  • Le Medef et son million d'emplois en cinq ans, un effet d'annonce ?

    En savoir plus

  • François Hollande : "Il n'y a pas de temps à perdre" face à l’EI

    En savoir plus

Kaboul peine à éradiquer la production de pavot

Dernière modification : 01/05/2008

En chassant les Taliban du pouvoir, les alliés ne s’attendaient pas à faire face à une telle explosion de la production d’opium. Les politiques d’éradication de cette culture tardent connaître le succès. (Reportage : C. Billet, T. Luddin)

Le pavot d’opium et sa production

Principalement exploité pour la production d’héroïne, les fermiers afghans cultivent le pavot d’opium. Les revenus de cet "or vert", estimés à 4 milliards de dollars, représentent près de 50 % du PIB national.

L’Afghanistan est devenu le premier producteur mondial en 2002. En 2007, 8 000 tonnes d'opium ont franchi les frontières du pays. Un record absolu. L’Afghanistan est à l’origine de plus de 90 % de la production mondiale.

Le dernier rapport en date du programme des Nations unies contre la drogue et le crime (ONUDC) estime qu’une décrue n’est pas à attendre pour 2008.

L’héroïne afghane, issue du raffinage du lait de pavot, et dont la production augmente aussi, transite par l’Iran, le Pakistan ou encore la Tadjikistan. Le trafic est plus que lucratif : le kilo vaut 3 000 euros en Afghanistan, contre 20 000 côté pakistanais.

Selon l’OTAN, L'Afghanistan était à l’origine en 2006 de 87 % de la production et de 63 % de la culture de l'opium dans le monde.

Les limites des politiques

 
Plutôt que l’éradication pure et simple des cultures, Kaboul, appuyée par la communauté internationale, a choisi d’inciter les producteurs à renoncer à l’opium en échange de compensations.
 

Dans la province de Nagahar, à l’Est du pays, près de la frontière pakistanaise, le gouverneur adjoint de la province explique comment les autorités mettent en œuvre cette politique :

"Nous avons convaincu les chefs de tribus, les chefs de communautés, les chefs religieux, et les parlementaires. Ils nous ont donné leur promesse qu’ils ne cultiveraient pas le pavot. Et nous leur avons dit que nous leur donnerions à la place des projets de reconstruction. Nous leur construirons des routes, des ponts, des infrastructures et nous les aiderons parce qu’ils ont promis darrêter de cultiver le pavot et quils nous ont fait confiance."

Le gouvernement sert d’intermédiaire avec les organisations d’aide dans cet échange de bons procédés. Les fermiers qui ont arrêté de cultiver le pavot ont reçu du matériel, des plants, des graines.

Mais la reconversion des fermiers est loin d’être évidente. La pilule a du mal à passer pour Nasurullah, chef du village de Khanan : "Si je récolte 1 kilo de pavot, c’est plus rentable qu’une tonne de blé. Tous nos revenus sont dans cette fleur !"

Conséquence, les propriétaires terriens n’ont plus les moyens d’embaucher des travailleurs à la journée. Le taux de chômage augmente. Les plus pauvres sont les premières victimes de l’éradication du pavot.

L’économie locale reposait entièrement sur la production de pavot. La fleur servait même de monnaie d’échange. Aujourd’hui, dans la province, le système entier s’effondre. Tout le monde est touché.

Les chefs tribaux, sur lesquels les structures politiques afghanes reposent, ne cachent pas leur mécontentement quant aux contreparties du gouvernement.

"Nous avons promis au gouvernement d’appliquer les lois et de ne pas cultiver de pavot. Mais nous demandons aussi qu’il nous donne des projets alternatifs et nous attendons toujours. Le gouvernement est soutenu par notre tribu. Et sans les tribus, il n’y aurait pas de gouvernement !", prévient Ghulam Hussain Yousufzai, chef de tribu de Gulai Jabaghai. Le message est clair : la patience des chefs locaux a ses limites.

Première publication : 01/05/2008

COMMENTAIRE(S)