Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE PARIS DES ARTS

Le Beyrouth des arts, avec Nadine Labaki (partie 1)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

UNE SEMAINE DANS LE MONDE (PARTIE 1)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

UNE SEMAINE DANS LE MONDE (PARTIE 2)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Paris, capitale de l'art contemporain

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Beyrouth des arts (partie 2)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Calais, ville de toutes les tensions

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

"Kazakhgate" : un nouveau pavé dans la mare de Nicolas Sarkozy ?

En savoir plus

#ActuElles

Le sexe féminin : un enjeu politique ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Relance dans la zone euro : bientôt un accord sur l'investissement ?

En savoir plus

Scrutin test pour les travaillistes de Gordon Brown

Dernière modification : 02/05/2008

Les Britanniques votent à l'occasion d'élections locales qui ont valeur de test pour le Premier ministre britannique. A Londres, Ken Livingstone (à droite sur la photo) pourrait perdre la mairie au profit de Boris Johnson. (Récit : C. Dansette)

Les Britanniques sont appelés aux urnes jeudi pour des élections locales qui auront valeur de test pour le parti travailliste du Premier ministre Gordon Brown, en difficulté dans les sondages, en particulier à Londres où le maire Labour est menacé par un conservateur.

Les bureaux de vote ouvrent à 07H00 locales (06H00 GMT) et fermeront à 22H00 (21H00 GMT). Quatre milliers de conseillers doivent être renouvelés, dans 159 conseils municipaux, de districts ou de comtés d'Angleterre et du Pays de Galles.

Mais le scrutin le plus symbolique aura lieu à Londres, qui élit son maire au suffrage universel direct.

Après avoir été élu en 2000 et confortablement reconduit en 2004, le maire sortant travailliste, Ken Livingstone, fait cette fois-ci face à une vive contestation du candidat conservateur Boris Johnson.

"Boris le bouffon", surnom donné par ses détracteurs pour son humour potache, pourrait bien jouer un mauvais tour à "Ken le Rouge", comme on appelle le maire sortant en souvenir de ses anciennes accointances trotskistes. Les enquêtes d'opinion sont cependant contradictoires: tandis que certaines donnent le conservateur nettement gagnant, d'autres parient sur une réélection de justesse du maire travailliste.

Quant au scrutin dans son ensemble, les dernières élections locales de cette envergure, tenues en mai 2004, avaient vu le Labour ne recueillir que 26% des voix, soit une humiliante troisième position derrière les libéraux-démocrates (27%) et les conservateurs (37%).

Pour les élections de jeudi, les récents sondages confèrent au Labour, au pouvoir depuis 1997, une impopularité record depuis une vingtaine d'années. L'Electoral Reform Society (ERS), organisme indépendant, crédite les conservateurs "de 42 à 44%" des voix, contre "26 à 27%" pour le Labour et "23 à 24%" pour les libéraux-démocrates.

Une déroute du Labour serait interprétée comme le signe avant-coureur d'une victoire conservatrice lors des élections législatives qui doivent avoir lieu avant mai 2010.

Les résultats commenceront à arriver dans la nuit de jeudi à vendredi mais il faudra attendre la fin de la journée de vendredi pour connaître le sort de la mairie de Londres.
 

Première publication : 01/05/2008

COMMENTAIRE(S)