Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Tidjane Thiam, directeur général de Prudential

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

La Caravane, l'autre Tour de France

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : accord signé pour la fin des hostilités

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Bartabas, le seigneur des chevaux

En savoir plus

FOCUS

Crimée : un été pas comme les autres

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Gwendal Rouillard, Secrétaire de la commission de la Défense et des forces armées

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Bolivie : au travail dès l'âge de 10 ans

En savoir plus

DÉBAT

Manifestation en soutien à Gaza : un rassemblement test pour le gouvernement

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Andy Serkis : l'homme à l'origine du singe

En savoir plus

  • En direct : "Aucune hypothèse écartée pour le crash de l'avion d'Air Algérie" déclare Hollande

    En savoir plus

  • Crash du vol AH5017 : "Il est exclu de retrouver des survivants"

    En savoir plus

  • Cisjordanie : un manifestant palestinien tué par l'armée israélienne

    En savoir plus

  • BNP Paribas écope de 60 millions d'euros d'amende aux États-Unis

    En savoir plus

  • Tour de France : "Jicé" Péraud, routard sur le tard, à la conquête des cols

    En savoir plus

  • Vol AH5017 : l'hypothèse d'un tir de missile sol-air "quasiment impossible"

    En savoir plus

  • Ce que l'on sait sur la disparition du vol AH5017 d’Air Algérie

    En savoir plus

  • Gaza : 15 Palestiniens tués dans une école de l'ONU

    En savoir plus

  • Washington accable la Russie, l’UE renforce ses sanctions contre Moscou

    En savoir plus

  • Tour de France : le Chinois Cheng Ji, lanterne rouge et fier de l'être

    En savoir plus

  • Gaza : Israël et le Hamas loin d’être prêts à un cessez-le-feu

    En savoir plus

  • Le Kurde Fouad Massoum élu président de l'Irak

    En savoir plus

  • En images : à Alep, les cratères d'obus deviennent des piscines pour enfants

    En savoir plus

  • La Soudanaise condamnée à mort pour apostasie est arrivée en Italie

    En savoir plus

  • France : UBS mise en examen pour blanchiment de fraude fiscale

    En savoir plus

  • Un match entre Lille et le Maccabi Haifa interrompu par des pro-palestiniens

    En savoir plus

  • Arizona : condamné à mort, il agonise deux heures sur la table d'exécution

    En savoir plus

  • Levée de la suspension des vols américains et européenns vers Tel-Aviv

    En savoir plus

Sharif et Zardari progressent sur les juges

Dernière modification : 01/05/2008

Les discussions entre Nawaz Sharif et son allié Asi Ali Zardari, le veuf de Benazir Bhutto, sur une éventuelle réintégration des juges démis par Pervez Musharraf en novembre, ont enregistré quelques progrès. (Récit : K. Yahiaoui)

Les discussions entre les deux parties de la coalition pakistanaise dans le but de sauver le tout jeune gouvernement ont enregistré quelques progrès, mais il reste des points à voir ce jeudi, a déclaré le ministre Nisar Ali Khan mercredi soir.

 

“Les discussions ont bien avancé. Nous avons abouti à un consensus sur la plupart des sujets, mais il reste quelques divergences d’opinion sur des points constitutionnels et législatifs", estime ce même ministre, proche de l’ancien Premier ministre Nawaz Sharif.

 

Les deux partis seraient d’accord sur un texte de résolution mais le PPP pousserait encore en faveur d’amendements constitutionnels qui incluraient des réformes judiciaires.

 

L’ancien Premier ministre Sharif est arrivé mardi soir à Dubaï pour peser sur les discussions, après l'échec de ses adjoints à régler les différends avec Asif Ali Zardari, dirigeant du Parti du peuple pakistanais (PPP) de Benazir Bhutto et actuel Premier ministre.
  
Les discussions portent sur le rétablissement des juges démis en novembre dernier par le président Pervez Musharraf. Les deux hommes s’étaient entendus avant les élections pour rétablir ces derniers dans leurs fonctions un mois après la formation de leur gouvernement. La date-butoir était donc fixée au 30 avril.

 

Le PPP est à la tête du nouveau gouvernement mais, n'ayant pas la majorité absolue au Parlement, il doit compter sur le soutien de la Ligue musulmane du PML (N) de Nawaz Sharif, qui dispose de certains portefeuilles. Ceux-ci menacent de quitter la coalition gouvernementale, s’ils ne parviennent pas à un accord qui leur semble valable.

 

Or toute dissolution du gouvernement, formé il y a un mois, ferait craindre une nouvelle période d’instabilité politique. Alors même que ce pays, qui possède l’arme nucléaire et reçoit l’appui des Etats-Unis, doit faire face à l’activisme islamiste et à de graves problèmes économiques.

 

Déjà un mois de tractations

 

Le 3 novembre 2007, le président pakistanais avait proclamé l’état d’urgence et démis de leurs postes soixante juges de la Cour suprême et des hautes cours provinciales. La Cour suprême était alors sur le point de statuer sur l’éligibilité de Musharraf pour un nouveau mandat de président, alors qu’il était encore chef des armées.

 

Depuis la victoire éclatante de son ancienne opposition aux législatives du 18 février, M. Musharraf est contraint à une cohabitation et la restauration des juges évincés pourrait conduire à un réexamen de la légalité de sa réélection contestée à la présidence, le 6 octobre dernier.

 

Un moyen d'éloigner Pervez Musharraf

 

Nawaz Sharif, qui a été renversé par Pervez Musharraf en 1999, espère rétablir ces juges dans le but de parvenir à terme à éloigner Musharraf du pouvoir.

 

Asif Ali Zardari, conformément à un accord secret entre son épouse et Pervez Musharraf à l'automne, ne verrait pas d'inconvénient à une cohabitation avec le chef de l'Etat à peine réélu pour cinq ans, tandis que M. Sharif a fait de son éviction un cheval de bataille, qui passe par la restauration des juges.
 
En vertu de leur entente, parrainée par les Etats-Unis, pour un futur partage du pouvoir, Pervez Musharraf avait autorisé Mme Bhutto à rentrer d'exil à l'automne en l'amnistiant, ainsi que Asif Ali Zardari, de multiples accusations de corruption et détournements de fonds publics du temps où elle dirigeait le pays.

Première publication : 01/05/2008

COMMENTAIRE(S)