Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Ebola : Cuba fait perdurer la tradition de l’entraide médicale

    En savoir plus

  • Libération des otages turcs enlevés dans le nord de l'Irak

    En savoir plus

  • L’Ukraine et les séparatistes signent un mémorandum pour garantir le cessez-le-feu

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Le Tchad accuse l'ONU d'utiliser ses soldats comme "bouclier" au Mali

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Ebola : les 6,5 millions d'habitants de Sierra Leone assignés à résidence

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Wall Street : début en fanfare pour le géant chinois Alibaba

    En savoir plus

  • Le Premier ministre écossais annonce sa démission au lendemain du référendum

    En savoir plus

  • Quand Hollande se targue d’influencer la politique économique européenne

    En savoir plus

  • Référendum en Écosse : les indépendantistes n'ont pas tout perdu

    En savoir plus

  • Sarkozy revient-il pour "tout changer" ou "se sauver" ?

    En savoir plus

  • Visé par une enquête, Zidane pourrait être privé de banc de touche

    En savoir plus

  • Les bataillons "bénévoles" de Kiev : une force imprévisible

    En savoir plus

  • Irak : combattants kurdes recherchent armes lourdes désespérément

    En savoir plus

La faim pousse des Haïtiens à fuir leur pays

Dernière modification : 04/05/2008

Face à la hausse des prix agricoles qui a plongé le pays dans une grave crise alimentaire, des milliers d'Haïtiens tentent de rejoindre les Etats-Unis en barque. (Récit : C. Molle)

Le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon et les dirigeants des 27 agences et organisations des Nations unies se sont réunis lundi à Berne pour élaborer leur plan de bataille face à la crise provoquée par la flambée des prix des produits alimentaires.

"C'est un moment exaltant pour les Nations unies, mais aussi un moment où nous sommes mis au défi de faire de notre mieux pour répondre aux attentes que le monde place en nous", a déclaré M. Ban avant la réunion, qui s'est tenue à huis-clos.

Le rapporteur de l'ONU pour le droit à l'alimentation, Jean Ziegler, a lui qualifié cette réunion de "jour essentiel pour les gens qui ont faim dans le monde".

Lors d'une conférence de presse à Genève, il a critiqué les efforts de l'Organisation mondiale du commerce (OMC) pour conclure le cycle de négociations de Doha, affirmant qu'ils allaient à l'encontre des intérêts des plus pauvres.

L'ONU et ses agences doivent faire face à l'urgence pour venir en aide aux populations deshéritées, alors que la hausse spectaculaire des prix des denrées alimentaires a déjà provoqué des émeutes de la faim dans plusieurs pays, dont Haïti, la Côte d'Ivoire, l'Egypte, le Burkina Faso et le Cameroun.

Les Nations unies doivent aussi explorer des solutions à plus long terme. Pour cela, il leur faudra arbitrer entre les tenants du protectionnisme et ceux de l'ouverture des marchés, ou encore entre partisans et adversaires des biocarburants.

M. Ziegler, dont le mandat de rapporteur prend fin mercredi, a renouvelé son appel à un "moratoire total" sur les biocarburants, qu'il accuse d'être l'une des causes de la flambée des prix agricoles.

Il a également condamné les efforts de l'OMC pour conclure le cycle de négociations de Doha sur la libéralisation du commerce mondial, qui butent depuis des années principalement sur un différend entre pays du Nord et du Sud à propos de la question agricole.

"La ligne de (Pascal) Lamy (le directeur général de l'OMC) est totalement contraire aux intérêts des peuples martyrs de la faim", a-t-il affirmé.

Pour l'OMC, au contraire, "les subventions agricoles des pays riches ont détruit l'agriculture des pays pauvres et un système plus ouvert subira moins de distorsions".

M. Ziegler a aussi dénoncé la spéculation, à l'origine selon lui de 30% de la hausse des produits alimentaires, et a demandé l'encadrement des marchés de denrées agricoles sur le modèle de celui des marchés financiers.

L'expert a encore vilipendé "la politique aberrante du FMI" (Fonds monétaire international). Se félicitant du "revirement" du patron du FMI Dominique Strauss-Kahn, il a appelé les gouvernements à le soutenir pour "donner la priorité absolue aux cultures de subsistance".

Interrogé sur les mesures protectionnistes prises par de nombreux pays en développement, notamment sur le riz, qui vont jusqu'à l'interdiction totale d'exporter, M. Ziegler a reconnu que cette attitude alimentait la spéculation.

Manifestement embarrassé, il a indiqué "comprendre l'attitude de ces pays qui pensent d'abord à assurer leur propre approvisionnement".

La réunion devait se poursuivre toute la journée de lundi, avant une conférence de presse de M. Ban mardi à 09H00 (07H00 GMT), qui doit en dévoiler les premiers résultats.

Le secrétaire général de l'ONU sera accompagné de la directrice exécutive du Programme alimentaire mondial (PAM), Josette Sheeran, du président de la Banque mondiale, Robert Zoellick, du directeur de l'Organisation pour l'alimentation et l'agriculture (FAO), Jacques Diouf, et du président du Fonds international pour le développement de l'agriculture (Fida), Lennart Bäge.
 

Première publication : 04/05/2008

COMMENTAIRE(S)