Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

"Il faut que Pékin réévalue ses politiques dans les régions tibétaines"

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Uruguay : la vie après Guantanamo

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Turquie : les Alévis, des musulmans à part

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Tunisie : vieux président pour jeune démocratie

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Comédies musicales, friandises, illuminations : les réjouissances de fin d'année !

En savoir plus

SUR LE NET

L'Unicef invite les enfants de Gaza à dessiner leur futur

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Gabon : un vent de contestation

En savoir plus

DÉBAT

Gabon : l'opposition demande le départ du président Ali Bongo

En savoir plus

DÉBAT

Trois attaques en France en 48 heures : un effet de mimétisme ?

En savoir plus

La faim pousse des Haïtiens à fuir leur pays

Dernière modification : 04/05/2008

Face à la hausse des prix agricoles qui a plongé le pays dans une grave crise alimentaire, des milliers d'Haïtiens tentent de rejoindre les Etats-Unis en barque. (Récit : C. Molle)

Le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon et les dirigeants des 27 agences et organisations des Nations unies se sont réunis lundi à Berne pour élaborer leur plan de bataille face à la crise provoquée par la flambée des prix des produits alimentaires.

"C'est un moment exaltant pour les Nations unies, mais aussi un moment où nous sommes mis au défi de faire de notre mieux pour répondre aux attentes que le monde place en nous", a déclaré M. Ban avant la réunion, qui s'est tenue à huis-clos.

Le rapporteur de l'ONU pour le droit à l'alimentation, Jean Ziegler, a lui qualifié cette réunion de "jour essentiel pour les gens qui ont faim dans le monde".

Lors d'une conférence de presse à Genève, il a critiqué les efforts de l'Organisation mondiale du commerce (OMC) pour conclure le cycle de négociations de Doha, affirmant qu'ils allaient à l'encontre des intérêts des plus pauvres.

L'ONU et ses agences doivent faire face à l'urgence pour venir en aide aux populations deshéritées, alors que la hausse spectaculaire des prix des denrées alimentaires a déjà provoqué des émeutes de la faim dans plusieurs pays, dont Haïti, la Côte d'Ivoire, l'Egypte, le Burkina Faso et le Cameroun.

Les Nations unies doivent aussi explorer des solutions à plus long terme. Pour cela, il leur faudra arbitrer entre les tenants du protectionnisme et ceux de l'ouverture des marchés, ou encore entre partisans et adversaires des biocarburants.

M. Ziegler, dont le mandat de rapporteur prend fin mercredi, a renouvelé son appel à un "moratoire total" sur les biocarburants, qu'il accuse d'être l'une des causes de la flambée des prix agricoles.

Il a également condamné les efforts de l'OMC pour conclure le cycle de négociations de Doha sur la libéralisation du commerce mondial, qui butent depuis des années principalement sur un différend entre pays du Nord et du Sud à propos de la question agricole.

"La ligne de (Pascal) Lamy (le directeur général de l'OMC) est totalement contraire aux intérêts des peuples martyrs de la faim", a-t-il affirmé.

Pour l'OMC, au contraire, "les subventions agricoles des pays riches ont détruit l'agriculture des pays pauvres et un système plus ouvert subira moins de distorsions".

M. Ziegler a aussi dénoncé la spéculation, à l'origine selon lui de 30% de la hausse des produits alimentaires, et a demandé l'encadrement des marchés de denrées agricoles sur le modèle de celui des marchés financiers.

L'expert a encore vilipendé "la politique aberrante du FMI" (Fonds monétaire international). Se félicitant du "revirement" du patron du FMI Dominique Strauss-Kahn, il a appelé les gouvernements à le soutenir pour "donner la priorité absolue aux cultures de subsistance".

Interrogé sur les mesures protectionnistes prises par de nombreux pays en développement, notamment sur le riz, qui vont jusqu'à l'interdiction totale d'exporter, M. Ziegler a reconnu que cette attitude alimentait la spéculation.

Manifestement embarrassé, il a indiqué "comprendre l'attitude de ces pays qui pensent d'abord à assurer leur propre approvisionnement".

La réunion devait se poursuivre toute la journée de lundi, avant une conférence de presse de M. Ban mardi à 09H00 (07H00 GMT), qui doit en dévoiler les premiers résultats.

Le secrétaire général de l'ONU sera accompagné de la directrice exécutive du Programme alimentaire mondial (PAM), Josette Sheeran, du président de la Banque mondiale, Robert Zoellick, du directeur de l'Organisation pour l'alimentation et l'agriculture (FAO), Jacques Diouf, et du président du Fonds international pour le développement de l'agriculture (Fida), Lennart Bäge.
 

Première publication : 04/05/2008

COMMENTAIRE(S)