Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Grand oral de Manuel Valls : confiance renouvelée mais majorité fragilisée ?

En savoir plus

DÉBAT

Immigration clandestine : l'Europe impuissante ?

En savoir plus

FOCUS

Immigration en Méditerranée : prêts à risquer leur vie pour rejoindre l’Europe

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Margaret Atwood, la reine du roman d’anticipation est de retour !

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

Vote de confiance : Manuel Valls sera-t-il soutenu par sa majorité ?

En savoir plus

TECH 24

Apple, IFA, cours de code : c'est la rentrée high-tech !

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Coalition contre l'EI : "L'Iran doit participer"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

PDG de Netflix : "Nous sommes un grand exportateur de films français"

En savoir plus

SUR LE NET

Certains médias accusés de faire le jeu de l'EI

En savoir plus

  • Valls obtient la confiance des députés malgré l'abstention des "frondeurs"

    En savoir plus

  • Ligue des champions : Monaco s'impose, le Real cartonne

    En savoir plus

  • EI, EIIL, Daech, comment appeler les jihadistes en Irak et en Syrie ?

    En savoir plus

  • Au moins 67 Sud-Africains tués dans l'effondrement d'un immeuble à Lagos

    En savoir plus

  • Une roquette tirée de Gaza vers Israël, la première depuis la trêve

    En savoir plus

  • Les étrangers désormais interdits de travail au Soudan du Sud

    En savoir plus

  • L’inavouable alliance des États-Unis et de l’Iran contre l’EI

    En savoir plus

  • Exposition : Niki de Saint Phalle, une sacrée nana, au Grand Palais

    En savoir plus

  • Air France : la grève se durcit, les négociations "bloquées"

    En savoir plus

  • Yannick Agnel, la fin du rêve américain

    En savoir plus

  • Deux branches d’Al-Qaïda appellent les jihadistes à s’unir contre la coalition anti-EI

    En savoir plus

  • Nouvel appel des musulmans de France contre l’EI

    En savoir plus

  • Washington frappe des positions de l'État islamique près de Bagdad

    En savoir plus

  • Les députés ukrainiens ratifient l’accord d’association avec l’UE

    En savoir plus

Le PDG de Yahoo! toujours prêt à discuter avec Microsoft

Dernière modification : 07/05/2008

Après avoir refusé une offre de rachat de 47,5 milliards de dollars (30,2 milliards d'euros), Jerry Yang annonce que son groupe est toujours prêt à discuter avec Microsoft. L'action Yahoo! a chuté de 15 % à Wall Street lundi.

Yahoo!, numéro 2 mondial de la publicité en ligne, a dégringolé en Bourse lundi, après que Microsoft eut retiré son offre d'achat, et déjà des actionnaires ont protesté, plaçant le PDG Jerry Yang en mauvaise posture avant une assemblée générale qui s'annonce houleuse.

Yahoo! a annoncé lundi soir que l'assemblée annuelle de ses actionnaires se tiendrait le 3 juillet.

Après l'avoir courtisé pendant trois mois, Microsoft, leader mondial des logiciels, a retiré son offre devant le refus de Yahoo! qui jugeait le prix trop bas. Microsoft avait pourtant relevé son offre à 33 dollars par action, mais les dirigeants de Yahoo! n'ont pas voulu descendre sous 37 dollars.

Le titre Yahoo! a clôturé lundi en baisse de 13,25% à 24,37 dollars. L'offre de Microsoft lancée le 1er février avait dopé son cours, auparavant de moins de 20 dollars.

Le PDG et fondateur de Yahoo! Jerry Yang et son équipe se seraient congratulés, en topant dans la main quand Microsoft a retiré son offre, selon la presse.

Toutefois, dans ses premières déclarations depuis l'abandon de Microsoft, Jerry Yang ne s'est pas montré si fier de l'échec de l'opération.

"Nous étions totalement désireux de parvenir à une transaction et ils sont partis", a-t-il affirmé lundi dans un entretien au Financial Times.

Interrogé par le quotidien financier sur ce que ferait Yahoo! face à une nouvelle offre de Microsoft, Jerry Yang a affirmé "être toujours ouvert à toutes les alternatives".

"Nous leur avons présenté un moyen pour eux de mettre la main sur Yahoo! (...). Si c'est cela qu'ils veulent, nous serons ouverts à une discussion", a-t-il poursuivi.

Plusieurs grands actionnaires du groupe ont commencé à protester, se disant déçus de l'échec des négociations, et laissant entendre qu'ils auraient accepté un rachat à 34 ou 35 dollars par action. Certains menacent de voter contre la direction à la prochaine assemblée générale des actionnaires, prévue en juillet.

Dans une interview dimanche au New York Times, Bill Miller, gérant chez Legg Mason, 2e actionnaire de Yahoo! avec 7% du capital, a souligné que "s'il y avait eu une offre ferme de 34 ou 35 dollars, nous l'aurions regardée".

"Il va y avoir beaucoup de pression sur les dirigeants de Yahoo! pour obtenir (une remontée du cours) d'ici un an ou deux", a-t-il poursuivi.

M. Miller a aussi réclamé au groupe de lancer un programme d'achat de ses propres actions, ce qui mécaniquement soutiendrait le cours.

D'autres actionnaires sont encore plus revendicatifs: Yahoo! est confronté à sept plaintes déposées après son premier rejet de l'offre de Microsoft, en février.

Erik Jackson, président de la société d'investissement Ironfire Capital et de Plan B, un groupe de 140 actionnaires de Yahoo!, compte voter contre la direction à l'AG et réclame un siège au conseil d'administration.

M. Jackson avait déjà mené une fronde à l'AG de l'an dernier contre le président de Yahoo! de l'époque, Terry Semel, lui reprochant ses rétributions élevées et sa mauvaise gestion. M. Semel avait démissionné une semaine après.

De petits actionnaires reprochent aussi à Jerry Yang d'avoir mené un combat personnel anti-Microsoft sans se soucier de leurs intérêts.

"Je ne pense pas que Jerry Yang, comme fondateur, émotionnellement attaché au groupe, cherchait vraiment mon meilleur intérêt d'actionnaire", a commenté dans la presse Darren Chervitz, codirigeant de Jacob Internet Fund, qui détient 150.000 actions Yahoo!. "Je ne pense pas que Yahoo! puisse proposer quoi que ce soit qui soit comparable avec l'offre de Microsoft".

Jerry Yang doit maintenant prouver à ses actionnaires qu'il peut redresser le groupe et son cours en restant indépendant, alors qu'il ne cesse de perdre du terrain face au grand rival Google.

Il doit vite annoncer une initiative choc rapidement, comme un accord commercial avec Google, ou encore une alliance avec AOL, filiale de Time Warner, selon les analystes.

"Yahoo! doit lancer une stratégie qui prouve que son action vaut 37 dollars, ou il fera face à une série d'autres tentatives de rachat et à un révolte de ses actionnaires", a résumé Charlene Li, analyste du cabinet Forrester.

Une dernière option serait que Microsoft représente son offre, à la faveur de la fronde des actionnaires. Une partie du marché pariait sur ce schéma, limitant la chute du titre.
 

Première publication : 06/05/2008

COMMENTAIRE(S)