Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Côte d'Ivoire : fin des audiences de la CDVR

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Les temps forts de la Fashion Week à Paris

En savoir plus

FOCUS

Italie : le phénomène Renzi

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Hubert Reeves, président de "Humanité et biodiversité"

En savoir plus

DÉBAT

France - budget 2015 : le gouvernement serre la ceinture (Partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

France - budget 2015 : le gouvernement serre la ceinture (Partie 1)

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Narendra Modi à la conquête des États-Unis

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Guerre des nerfs"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Ebola : ne pas oublier l'Afrique

En savoir plus

  • Les députés turcs se prononcent sur une intervention contre l'EI

    En savoir plus

  • Le Dalaï-lama privé de visa : le sommet des Nobel de la paix du Cap annulé

    En savoir plus

  • Bourse de Tokyo : un trader fait une bourde à 617 milliards de dollars

    En savoir plus

  • Mondial-2015 : des footballeuses partent en guerre contre la Fifa

    En savoir plus

  • Equipe de France : Gignac et Payet retrouvent les Bleus

    En savoir plus

  • Quand les touristes chinois découvrent la fronde à Hong Kong

    En savoir plus

  • Le chef de Boko Haram revient à la vie... pour la quatrième fois

    En savoir plus

  • Décès du père d'un journaliste harcelé par un hacker israélien

    En savoir plus

  • Arrestation d’"El H", le baron de la drogue qui valait 5 millions de dollars

    En savoir plus

  • Ebola, EI, coronavirus : la Mecque sous haute surveillance pour le Hadj

    En savoir plus

  • En images : les ratés du Secret Service de la Maison Blanche

    En savoir plus

  • Juppé contre Sarkozy : Chirac choisit son ancien Premier ministre

    En savoir plus

  • Nicolas Sarkozy propose un contrat de cinq ans pour les fonctionnaires

    En savoir plus

  • Ebola au Liberia : les chiffres de l'OMS sont "faux", affirme Ellen Johnson Sirleaf

    En savoir plus

  • Barack Obama veut faire évoluer le "statu quo" entre Israéliens et Palestiniens

    En savoir plus

Ehoud Olmert prêt à démissionner s'il est inculpé

Dernière modification : 09/05/2008

Le Premier ministre israélien Ehoud Olmert, soupçonné de corruption par la justice, a affirmé qu'il démissionnerait s'il était inculpé, tout en rejetant les soupçons pesant sur lui. (Récit : P. Paccard)

JERUSALEM - L'avenir politique du Premier ministre israélien Ehud Olmert est suspendu à un point d'interrogation jeudi après la divulgation par la police d'une enquête le visant pour des pots-de-vins se chiffrant à plusieurs centaines de milliers de dollars.
 
En pleine célébration du 60e anniversaire de la création de l'Etat d'Israël, la police a levé un embargo imposé aux médias depuis une semaine sur cette affaire explosive et dévoilé les détails de ses accusations.
 
Le Premier ministre a réagi dans la soirée en reconnaissant publiquement avoir reçu des dons pour ses campagnes électorales de la part d'un homme d'affaires américain, mais il a refusé de démissionner tant qu'il ne ferait pas l'objet d'une inculpation.
 

"Je le dis à chacun dans les yeux: je n'ai jamais pris de pots-de-vin, je n'ai jamais empoché un centime pour moi-même", a-t-il déclaré devant les caméras de télévision.
 

Alors que ses alliés soupçonnent une campagne de l'extrême droite pour saboter le précaire processus de négociation israélo-palestinien enclenché à la conférence d'Annapolis en novembre dernier, Olmert s'appuie sur une fragile coalition dont on ignore encore si elle le soutiendra.
  
Déjà au centre de plusieurs affaires de corruption dans lesquelles il nie toute malversation, celui qui se qualifiait l'an dernier d'"indestructible" a été interrogé vendredi dernier sur ces nouvelles accusations.
 
Jeudi, il a expliqué que tout l'argent liquide qu'il a reçu - chiffré à plusieurs centaines de milliers de dollars par une source judiciaire - avait été versé par l'homme d'affaires new-yorkais Morris Talansky pour financer plusieurs campagnes électorales s'étalant sur une dizaine d'années depuis 1993.
 
"J'ai été élu par vous, citoyens d'Israël, pour être Premier ministre. Je n'entends pas fuir cette responsabilité", a-t-il dit. "Cependant, même si la loi ne m'y oblige pas, si le procureur général décide de m'inculper, je démissionnerai."
 

Le chef du gouvernement, qui est âgé de 62 ans, a toutefois affirmé qu'il jugeait cette inculpation peu probable.


Le "blanchisseur"
 

Dans une brève allocution de six minutes, Olmert a expliqué que Talansky avait financé ses deux campagnes réussies pour la mairie de Jérusalem en 1993 et 1998, une tentative manquée de s'imposer à la tête du Likoud en 1999 et campagne pour une élection interne au Likoud en 2002. Il a ajouté que l'homme d'affaires l'avait aidé à "couvrir ses déficits" après ces élections.
 

Selon la police, "l'enquête porte sur des soupçons selon lesquels le Premier ministre a reçu d'importantes sommes d'argent de la part d'un étranger ou d'un certain nombre d'individus étrangers sur une période de temps étendue".
 

Talansky a été désigné par les enquêteurs comme un témoin clé avec Shula Zaken, secrétaire d'Olmert depuis de longues années, aujourd'hui assigné à résidence, et l'avocat Uri Messer, un proche du Premier ministre.
 

Une source policière précise que les enquêteurs ont déchiffré des notes codées prises par Shula Zaken qui seraient des reçus des sommes versées par Talansky, baptisé parfois le "blanchisseur".
 
En cas de démission, Olmert serait remplacé par son adjointe à la tête du parti centriste Kadima, la ministre des Affaires étrangères Tzipi Livni, qui est étroitement impliquée dans le processus de paix avec Washington et les négociateurs palestiniens.
 

Kadima a été fondé par l'ancien Premier ministre Ariel Sharon et Ehud Olmert à leur départ du Likoud. Ronit Tirosh, une députée du parti centriste, a admis qu'elle était "peu à l'aise" face à ce nouveau scandale, mais elle a estimé qu'Olmert était toujours en capacité de continuer à diriger le pays.


Organisation caritative
 

Gideon Sahar, un proche du chef du Likoud Benjamin Netanyahu, a en revanche souhaité la démission d'un Premier ministre "indigne" en dénonçant un parti Kadima "noyé jusqu'au cou dans la corruption".
 

Ni Livni, ni le ministre de la Défense Ehud Barak, chef du Parti travailliste qui appuie Olmert, ne se sont encore exprimés sur la question.
 
Barak est pressé par des membres de son parti d'abandonner l'accord de coalition mais d'autres craignent des élections anticipées que Netanyahu pourrait remporter facilement.

 
Talansky, qui se trouve à Jérusalem, a indiqué qu'il avait livré des éléments à la police lors d'une visite en Israël le mois dernier, pour rendre visite à ses proches à l'occasion de la Pâque juive.
 
"Je n'ai jamais été impliqué en politique", a affirmé l'homme d'affaires, souriant et blaguant avec les journalistes israéliens. "Tout est OK. Je ne vois pas pourquoi on en fait tout un foin."

 
Les documents officiels montrent que Talansky était le trésorier d'une organisation caritative créée par Olmert en 1999, la Fondation pour un nouveau Jérusalem.
 
Cette institution a déclaré au fisc américain plus de 855.000 dollars de dons entre 1999 et 2002.
La Maison blanche a fait savoir qu'elle maintenait la visite de George Bush la semaine prochaine en Israël.

Première publication : 08/05/2008

COMMENTAIRE(S)