Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : les négociations de paix au point mort

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : espoir de paix à Brazzaville

En savoir plus

FOCUS

Sénégal : risque de famine en Casamance

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Maestro", intello mais pas trop !

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Gaza : les enfants, victimes du conflit

En savoir plus

DÉBAT

Israël – Gaza : la guerre s’importe–t-elle en France ?

En savoir plus

DÉBAT

Israël – Gaza : l’offensive se durcit, le bilan s’alourdit

En savoir plus

DÉBAT

Ukraine - Russie : les "Mistral" plus forts que les sanctions ?

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Apple mise sur la Chine

En savoir plus

  • Bagdad accusé d'utiliser des "barrel bombs" contre sa population

    En savoir plus

  • Ukraine : deux avions de chasse de l'armée abattus dans l’est du pays

    En savoir plus

  • Tour de France : "Depuis le temps qu'un Italien n'a pas gagné!"

    En savoir plus

  • Reportage : l'armée israélienne essuie de lourdes pertes à Gaza

    En savoir plus

  • Au Nigeria, la ville de Kaduna secouée par deux explosions meurtrières

    En savoir plus

  • MH17 : les premières dépouilles des victimes sont arrivées aux Pays-Bas

    En savoir plus

  • Une ville chinoise placée en quarantaine après un cas de peste bubonique

    En savoir plus

  • Manifester, une liberté qui reste "la règle"... mais sous haute surveillance

    En savoir plus

  • Au moins 45 morts lors d'un atterrissage d'urgence à Taïwan

    En savoir plus

  • Ryanair contraint de rembourser à la France 9,6 millions d’euros d’aides publiques

    En savoir plus

  • Immigration et droit d'asile : les projets de réforme du gouvernement

    En savoir plus

  • Après le gel des vols vers Tel Aviv, Israël dénonce une mesure "injustifiée"

    En savoir plus

  • Vente du Mistral à la Russie : Fabius invite Cameron à balayer devant sa porte

    En savoir plus

  • Infographie : l'ultime voyage controversé du Costa Concordia

    En savoir plus

  • Le Festival d'Avignon, une tradition politique ancrée dans l'actualité

    En savoir plus

  • Vidéo : à Khan Younès, les cortèges funéraires se succèdent

    En savoir plus

  • Violences à Sarcelles : quatre personnes condamnées à de la prison ferme

    En savoir plus

Israël fête son soixantième anniversaire

Dernière modification : 08/05/2008

Les festivités en Israël, pour son soixantième anniversaire, ont été placées sous haute surveillance. La crainte d'attentats mobilise des milliers de policiers. En arrière-plan également, de fortes tensions politiques. (Récit : H. Drouet)

Retrouvez également notre dossier spécial sur les 60 ans d'Israël.

 

 

Au deuxième jour des commémorations du soixantième anniversaire de la création de l’Etat d’Israël, l’armée est au cœur des célébrations. Parades aériennes et navales, sauts de parachutistes et reconstitutions de champs de bataille marquent l’anniversaire d’un pays construit à force de victoires militaires mais qui, en l’absence de solution au conflit qui l’oppose aux Palestiniens, reste vulnérable.

 

"Israël veut montrer tout ce qui a été accompli à travers l’armée, qui est l’une des plus puissantes au monde", explique Marc de Chalvron, correspondant de France 24 à Jérusalem. "Elle est le ciment d’une nation qui ressemble de plus en plus à une mosaïque."

 

Selon Michel Gurfinkel, journaliste et auteur du Roman d’Israël interviewé sur France 24, "sur la plupart des plans, le rêve s’est réalisé. La population s’est multipliée par 10, elle a été logée, soignée, éduquée (…) Elle réussit à faire renaître la langue hébraïque". Mais, il a ajouté : "il y a un point où Israël n’a pas totalement réussi, c’est la paix."

 

L'armée israélienne maintient depuis lundi un bouclage de la Cisjordanie en invoquant des questions de sécurité. Les différentes manifestations se déroulent sous haute surveillance par craintes d’attentats de militants extrémistes palestiniens. Les spectateurs des nombreux concerts et spectacles organisés à travers tout le pays devront se plier à des contrôles de sécurité renforcés, détecteurs de métal et fouilles des sacs.

 
"Nous sommes ici pour rester"
 

Le coup d’envoi des commémorations, dont le montant s’élève à 28 millions de dollars, a été donné dès mardi. Les drapeaux ont été mis en berne sur les édifices publics, en hommage aux 22 437 soldats israéliens tombés au combat et aux 1 634 civils tués dans des attentats depuis la création de l'Etat d'Israël le 14 mai 1948.

 

Jérusalem a lancé les festivités mercredi avec un grand son et lumière auquel a assisté Tony Blair, ancien Premier ministre Britannique et représentant du Quartette pour le Proche-Orient. La population de Tel Aviv a été conviée à un feu d’artifice et à un concert.

 

"Je suis sûr que beaucoup de gens dans le monde sont surpris que nous ayons atteint le 60e anniversaire d'Israël", Liat Dimant, 25 ans,  étudiante à l'université de Tel Aviv, a déclaré à l’agence Reuters. "Mais tous ceux qui vivent ici - jeune ou vieux, homme ou femme, de gauche ou de droite - savent que nous sommes ici pour rester".
 

Soixante ans après l'attaque conjointe de cinq armées arabes contre le nouvel Etat proclamé d'Israël qui a menacé son existence, le pays présente de multiples facettes. Grâce à des réformes d'inspiration libérale et à la bonne santé du secteur des hautes technologies, la croissance économique atteint chaque année 5 % depuis 2003.

 

Mais cette croissance n'a pas bénéficié à tous. Selon les statistiques officielles, plus de la moitié des enfants à Jérusalem vivent en-dessous du seuil de pauvreté.

 

Les seuls à se tenir loin des festivités hier étaient la minorité arabe de nationalité israélienne vivant en majorité dans le quartier de Jérusalem-Est.

 
Toujours l’espoir d’une solution au conflit
 

La menace extérieure est cependant toujours présente. Israël, qui a signé des accords de paix avec l’Egypte et la Jordanie, entretient toujours des rapports conflictuels avec la Syrie et estime que le programme nucléaire iranien constitue une menace pour son existence même.

 

"Notre conflit dure en effet depuis longtemps", a déclaré le Premier Ministre Ehoud Olmert dans un discours prononcé au carré militaire du cimetière du Mont Herzl à Jérusalem-ouest mercredi. "Cependant, c'est à la paix, pas à la guerre, que nous aspirons."

 

Pour la première fois depuis sept ans, les négociations de paix ont repris entre Israéliens et Palestiniens, vivement encouragés par les Etats-Unis qui souhaitent aboutir à une entente sur les contours d'un accord d'ici la fin de l'année.  Mais les dicussions en cours pourraient être perturbées par la mise en cause du Premier ministre Olmert dans une affaire de corruption.

 

"Environ la moitié de l’opinion publique israélienne est en train de réaliser que la poursuite d’un destin national israélien a été à l’origine d’une injustice, ce qui n’était pas le cas dans les années 60", a déclaré sur France 24 Joav Toker, professeur de sciences politiques à l’American Graduate School of International Relations. "Suivez-bien l’évolution de l’opinion publique, car elle change."

Première publication : 08/05/2008

COMMENTAIRE(S)