Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

James Foley : la victime d'une profession exploitée à ses risques et périls

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

James Foley : "sur la piste de l'égorgeur"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Dette argentine : la réplique de la justice américaine

En savoir plus

DÉBAT

UE - États-Unis - Russie : le double-jeu des sanctions

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Saint-Louis : la mort en 15 secondes

En savoir plus

DÉBAT

Irak : comment lutter contre l'organisation de l'État islamique ?

En savoir plus

SUR LE NET

La Toile boycotte la vidéo de l'exécution de James Foley

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Nos étoiles contraires", sortez vos mouchoirs !

En savoir plus

FOCUS

La bataille du salaire minimum aux États-Unis

En savoir plus

  • Le "convoi humanitaire" russe est passé en territoire ukrainien

    En savoir plus

  • RD Congo : interrogations après des décès dus à une fièvre hémorragique

    En savoir plus

  • Selon le Pentagone, neutraliser l'EI passe par une intervention en Syrie

    En savoir plus

  • Mélenchon prend du recul mais ne quitte pas la vie politique

    En savoir plus

  • 22 août 1914 : le jour le plus meurtrier de l'histoire de France

    En savoir plus

  • Duel Manaudou-Gilot sur 100 m, point d’orgue de l'Euro-2014 des Bleus

    En savoir plus

  • Vol MH17 : les victimes malaisiennes rapatriées à Kuala Lumpur

    En savoir plus

  • Mohamed Deif, plus que jamais ennemi juré d'Israël

    En savoir plus

  • Ebola : les deux Américains traités au sérum ZMapp sont guéris

    En savoir plus

  • Sans surprise, Erdogan choisit Davutoglu au poste de Premier ministre turc

    En savoir plus

  • Ligue 1 : Brandao suspendu provisoirement après son coup de tête

    En savoir plus

  • Riposte contre l’EI en Irak : "On assiste à un jeu très cynique"

    En savoir plus

  • Ebola : "Moi, je refuse de faire un vol vers Conakry"

    En savoir plus

  • La Tunisie et l'Égypte ferment leurs frontières aériennes avec la Libye

    En savoir plus

  • À Bangui, plusieurs centaines de manifestants réclament le départ des soldats français

    En savoir plus

WiMax : une révolution pour la téléphonie et l'Internet mobile

Dernière modification : 10/05/2008

Avec l'aide financière de géants américains des nouvelles technologies, les opérateurs Sprint et Clearwire vont créer aux Etats-Unis Wimax, un réseau national de transmissions de données sans fil et à très haut débit.

Avec l'aide financière de géants américains de la high tech, les opérateurs télécoms Sprint et Clearwire vont créer aux Etats-Unis un réseau national WiMax, le premier de cette ampleur au monde, qui pourrait révolutionner la téléphonie et l'internet mobile.

Sprint Nextel et son ex-rival Clearwire, société créée par le milliardaire Craig McCaw spécialement pour développer le WiMax, vont regrouper leurs forces pour installer sur tout le territoire américain un réseau à cette norme, ont-ils indiqué mercredi dans un communiqué.

Cette nouvelle technologie de transmissions sans fil peut transporter des données en très haut débit sur plusieurs kilomètres, bien davantage que tous les systèmes actuels de téléphonie sans fil ou d'internet mobile (Wifi).

La nouvelle société s'appelera Clearwire mais sera contrôlée par Sprint, qui en détiendra 51%, et les actionnaires actuels de Clearwire 27%.

D'autres alliés puissants soutiendront ce projet: les câblo-opérateurs Time Warner Cable (groupe Time Warner), Comcast et Bright House Networks, ainsi que le groupe Google et le leader des puces Intel. Ils injecteront au total 3,2 milliards de dollars dans le projet et obtiendront ensemble 22% du capital.

Clearwire a déjà acquis des fréquences destinées au WiMax qui couvrent une large partie des Etats-Unis. Initialement concurrents, Sprint et Clearwire avaient décidé de s'unir pour faire face aux coûts de déploiement.

Ces dernières semaines ont déjà vu fleurir une série d'appareils équipés pour le WiMax: Nokia et LG ont lancé des téléphones intelligents, Intel des commutateurs, Motorola des modems.

Plusieurs pays ont lancé des réseaux pilotes, y compris en France (le département du Loiret a été pionnier en Europe). En Inde, les groupes Tata et BSNL (Bharat Sanchar Nigam Limited) ont récemment annoncé le déploiement de réseaux WiMax dans des dizaines de villes dans les deux ans, et un réseau a été installé en Australie.

Le réseau promis par Sprint et Clearwire a failli ne pas se faire, car Sprint affiche de lourdes pertes depuis sa fusion ratée avec Nextel, acquis en 2005 pour 35 milliards de dollars. C'est en rachetant Nextel que Sprint a récupéré de précieuses licences WiMax. Sprint serait maintenant en négociations pour revendre Nextel, selon la presse américaine.

En théorie, le WiMax pourrait rendre obsolète les plus récents réseaux 3G à peine installés et qui ont nécessité d'énormes investissements. Le Wimax permettrait en effet des débits de 70 mégabits par seconde (Mbits/s) sur 50 kilomètres, alors que les antennes 3G offrent 150 à 350 kilobits par seconde sur quelques centaines de mètres ou quelques kilomètres.

C'est une solution idéale et peu coûteuse pour des zones rurales non raccordées à des réseaux ou des pays émergents: il suffit d'une antenne pour arroser de vastes régions. Il a été utilisé pour contacter les populations juste après l'ouragan Katrina et le tsunami de décembre 2006.

Mais le WiMax traverse mal les obstacles et si les antennes arrosent de nombreux utilisateurs, ses capacités diminuent. Un réseau australien a récemment affirmé que les performances étaient décevantes.

Toutefois si les antennes sont placées sur des points élevées, elles fournissent un débit de données mobiles très supérieur au 3G.

"L'annonce de Sprint est très positive pour le WiMAX globalement", a commenté l'analyste d'ABI Research Philip Solis.

"Le WiMAX avance dans les pays émergent mais dans les pays développées, l'industrie attendait que Sprint essuie les plâtres, pour faire croître les volumes et baisser les prix", a ajouté M. Solis.
 

Première publication : 08/05/2008

COMMENTAIRE(S)