Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Brésil : une cyber-présidentielle sous tension

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

  • Les candidats à la présidentielle afghane acceptent de partager le pouvoir

    En savoir plus

  • Vidéo : la Turquie "débordée" par l’afflux de réfugiés kurdes de Syrie

    En savoir plus

  • Attentat à la bombe près du ministère des Affaires étrangères au Caire

    En savoir plus

  • L’opposant Mikhaïl Khodorkovski envisage de gouverner la Russie

    En savoir plus

  • Yémen : couvre-feu à Sanaa, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Bruxelles déjoue un projet d'attentat jihadiste à la Commission européenne

    En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • L’Ukraine et les séparatistes signent un mémorandum pour garantir le cessez-le-feu

    En savoir plus

  • Assaut mortel de Boko Haram à Mainok dans le nord du Nigeria

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

  • Air France : la grève des pilotes prolongée jusqu'au 26 septembre

    En savoir plus

  • Migrants à Calais : Londres débloque 15 millions d'euros

    En savoir plus

  • Vol Air Algérie : l'enquête n'a mené à "aucune piste privilégiée"

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France battue par le Brésil en demi-finales

    En savoir plus

  • Tunisie : le président Moncef Marzouki candidat à sa réélection

    En savoir plus

  • Libération des otages turcs enlevés dans le nord de l'Irak

    En savoir plus

WiMax : une révolution pour la téléphonie et l'Internet mobile

Dernière modification : 10/05/2008

Avec l'aide financière de géants américains des nouvelles technologies, les opérateurs Sprint et Clearwire vont créer aux Etats-Unis Wimax, un réseau national de transmissions de données sans fil et à très haut débit.

Avec l'aide financière de géants américains de la high tech, les opérateurs télécoms Sprint et Clearwire vont créer aux Etats-Unis un réseau national WiMax, le premier de cette ampleur au monde, qui pourrait révolutionner la téléphonie et l'internet mobile.

Sprint Nextel et son ex-rival Clearwire, société créée par le milliardaire Craig McCaw spécialement pour développer le WiMax, vont regrouper leurs forces pour installer sur tout le territoire américain un réseau à cette norme, ont-ils indiqué mercredi dans un communiqué.

Cette nouvelle technologie de transmissions sans fil peut transporter des données en très haut débit sur plusieurs kilomètres, bien davantage que tous les systèmes actuels de téléphonie sans fil ou d'internet mobile (Wifi).

La nouvelle société s'appelera Clearwire mais sera contrôlée par Sprint, qui en détiendra 51%, et les actionnaires actuels de Clearwire 27%.

D'autres alliés puissants soutiendront ce projet: les câblo-opérateurs Time Warner Cable (groupe Time Warner), Comcast et Bright House Networks, ainsi que le groupe Google et le leader des puces Intel. Ils injecteront au total 3,2 milliards de dollars dans le projet et obtiendront ensemble 22% du capital.

Clearwire a déjà acquis des fréquences destinées au WiMax qui couvrent une large partie des Etats-Unis. Initialement concurrents, Sprint et Clearwire avaient décidé de s'unir pour faire face aux coûts de déploiement.

Ces dernières semaines ont déjà vu fleurir une série d'appareils équipés pour le WiMax: Nokia et LG ont lancé des téléphones intelligents, Intel des commutateurs, Motorola des modems.

Plusieurs pays ont lancé des réseaux pilotes, y compris en France (le département du Loiret a été pionnier en Europe). En Inde, les groupes Tata et BSNL (Bharat Sanchar Nigam Limited) ont récemment annoncé le déploiement de réseaux WiMax dans des dizaines de villes dans les deux ans, et un réseau a été installé en Australie.

Le réseau promis par Sprint et Clearwire a failli ne pas se faire, car Sprint affiche de lourdes pertes depuis sa fusion ratée avec Nextel, acquis en 2005 pour 35 milliards de dollars. C'est en rachetant Nextel que Sprint a récupéré de précieuses licences WiMax. Sprint serait maintenant en négociations pour revendre Nextel, selon la presse américaine.

En théorie, le WiMax pourrait rendre obsolète les plus récents réseaux 3G à peine installés et qui ont nécessité d'énormes investissements. Le Wimax permettrait en effet des débits de 70 mégabits par seconde (Mbits/s) sur 50 kilomètres, alors que les antennes 3G offrent 150 à 350 kilobits par seconde sur quelques centaines de mètres ou quelques kilomètres.

C'est une solution idéale et peu coûteuse pour des zones rurales non raccordées à des réseaux ou des pays émergents: il suffit d'une antenne pour arroser de vastes régions. Il a été utilisé pour contacter les populations juste après l'ouragan Katrina et le tsunami de décembre 2006.

Mais le WiMax traverse mal les obstacles et si les antennes arrosent de nombreux utilisateurs, ses capacités diminuent. Un réseau australien a récemment affirmé que les performances étaient décevantes.

Toutefois si les antennes sont placées sur des points élevées, elles fournissent un débit de données mobiles très supérieur au 3G.

"L'annonce de Sprint est très positive pour le WiMAX globalement", a commenté l'analyste d'ABI Research Philip Solis.

"Le WiMAX avance dans les pays émergent mais dans les pays développées, l'industrie attendait que Sprint essuie les plâtres, pour faire croître les volumes et baisser les prix", a ajouté M. Solis.
 

Première publication : 08/05/2008

COMMENTAIRE(S)