Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Nigeria : Muhammadu Buhari a été investi Président

En savoir plus

DÉBAT

Boko Haram, économie... Buhari à la reconquête du Nigeria ? (partie 1)

En savoir plus

DÉBAT

Boko Haram, économie... Buhari à la reconquête du Nigeria ? (partie 2)

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

FIFA : Sepp Blatter réélu malgré le scandale

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Quatre résistants au Panthéon : de la mémoire nationale au symbole politique

En savoir plus

TECH 24

"One Heart One Tree" : l'œuvre tech et arty à décourvir sur Kickstarter

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Impôts : retour à la source ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le jeu dangereux de David Cameron

En savoir plus

#ActuElles

Sortir les femmes des oubliettes de l’Histoire

En savoir plus

L'Inter rate le coche, la Roma revient à un point

Dernière modification : 11/05/2008

Le match nul de l'Inter Milan face à Sienne réduit son avance d'un point sur l'AS Rome, victorieuse de l'Atalanta. Battu à Naples, l'AC Milan abandonne sa 4e place et le tour préliminaire de la C1 à la Fiorentina, tombeur de Parme.

L'Inter, qui a craqué de manière invraisemblable en concédant un nul à domicile contre Sienne (2-2) dimanche alors qu'un succès était synonyme de scudetto, autorise désormais la Roma, 2e à 1 point, à rêver elle aussi de remporter le championnat d'Italie lors de la dernière journée.

Dans une semaine, la 38e journée sera haletante.

L'Inter, qui est en tête depuis la fin septembre, se déplace à Parme (18e), tandis que la Roma, qui a compté jusqu'à 11 points de retard sur sa rivale, se rend à Catane (17e).

Sur la seule base de la logique, l'Inter a plus de chance d'être sacrée. Un succès en Emilie-Romagne et le 16e scudetto est dans la poche, indépendamment de la performance de la Roma. Pour le club de la capitale, il faut en revanche que deux conditions soient remplies: une victoire en Sicile conjuguée à un nul ou une défaite du leader.

"Pas peur"

Mais la rencontre livrée par les Nerazzurri contre Sienne à San Siro l'a montré avec éclat: sous la pression, la logique ne veut plus dire grand chose.

L'Inter a en effet mené deux fois grâce à Vieira (11) puis Balotelli (45+1), mais elle s'est à chaque fois fait rejoindre, via Maccarone (30) puis Kharja (69).

A douze minutes de la fin, elle a même obtenu un penalty à la suite d'une faute sur Materazzi. Mais le même Materazzi a ensuite vu son tir repoussé par Manninger, gardien d'une équipe qui, pour aussi modeste qu'elle soit comparée à l'Inter, a joué totalement libérée après avoir assuré son maintien il y a une semaine.

"Tant qu'il y a des points en jeu, tout le monde joue à fond. Le match d'aujourd'hui l'a prouvé. On aurait pu marquer 5 ou 6 buts, Sienne a tiré trois fois et a marqué deux buts", a ensuite souligné sur Sky Sport Roberto Mancini, qui a hurlé comme rarement depuis son banc pendant la rencontre, furieux car "à 2-2, il n'y avait plus de logique".

"On a eu les occasions pour gagner et remporter le scudetto, a continué l'entraîneur nerazzurro. Malheureusement, on va devoir aller à Parme pour gagner. Mais on n'a pas peur. Pas du tout".

"Ce soir, la déception va passer. On a encore 90 minutes à jouer, a-t-il insisté. Pour l'Inter ou pour Parme, celui qui perdra ira au devant de quelques soucis... Mais la Roma ne va pas non plus avoir la tâche facile à Catane".

Mauvais souvenirs

Respectivement 17e et 18e, Catane et Parme vont effectivement jouer gros face aux Romains et Milanais: leur maintien en Serie A.

La Roma, qui s'est imposée à domicile face à l'Atalanta (2-1), croit quant à elle de nouveau en ses chances pour le titre. "Nous croyons à ce scudetto, a assuré le milieu Daniele De Rossi. On avait 1% de chance (d'enlever le titre avant Inter-Sienne, ndlr), maintenant le pourcentage est un peu plus élevé".

Et déjà le club romain, soucieux d'équité, a fait remarquer que ses tifosi ont été interdits de déplacement à Catane par le ministère de l'Intérieur. Un genre de mesure qui ne concerne pas les supporteurs de l'Inter, qui pourront se rendre normalement à Parme.

Enfin pour l'Inter, ce presque "quitte ou double" lors de l'ultime journée rappelle de bien mauvais souvenirs. Le 5 mai 2002, dans une situation similaire - l'obligation de l'emporter à l'extérieur pour gagner le scudetto - elle s'était écroulée face à la Lazio (4-2), abandonnant le titre à la Juventus.

Cette année là, l'entraîneur des Nerazzurri s'appelait Hector Cuper, lequel est aujourd'hui l'entraîneur de... Parme.
 

Première publication : 11/05/2008

COMMENTAIRE(S)