Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les "MarocLeaks" inquiètent le pouvoir marocain

En savoir plus

#ActuElles

Jouets sexistes : le marketing des fabricants en cause

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Joyeux Noël... laïc !

En savoir plus

REPORTERS

Argentine : le bilan Kirchner

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Cuba - États-Unis : la fin de la guerre froide ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

La Grèce fait trembler les marchés

En savoir plus

À L’AFFICHE !

La personnalité tourmentée de "Mr. Turner"

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : colère à Peshawar lors des funérailles des écoliers assassinés

En savoir plus

UNE COMÉDIE FRANCAISE

François Hollande, un recentrage à gauche ?

En savoir plus

Condamnation des membres de la filière irakienne

Dernière modification : 14/05/2008

Cinq Français, un Marocain et un Algérien ont été condamnés à des peines fermes allant jusqu'à sept ans de prison pour avoir recruté des jeunes musulmans pour combattre les troupes de la coalition américaine en Irak entre 2004 et 2006.

Le tribunal correctionnel de Paris a condamné mercredi cinq Français, un Algérien et un Marocain à des peines allant de 18 mois d'emprisonnement à sept ans ferme, pour avoir mis en place, de 2004 à 2006, une filière de recrutement et d'envoi de jihadistes en Irak, à partir du XIXe arrondissement de Paris.
  
Lors de l'audience, en mars, prévenus et avocats avaient dénoncé des "théories fumeuses", des "fantasmes", de la pure "science-fiction" et tenté de convaincre le tribunal que la filière du XIXe n'était en rien un réseau terroriste.
  
"Le terrorisme, c'est vouloir troubler gravement l'ordre public", avait ainsi rappelé l'avocat Vincent Ollivier, mais en Irak, en 2004, "quel ordre public auraient-ils pu troubler?"
  
Le principal organisateur de la filière, Farid Benyettou, condamné à 6 ans ferme dont une période de sûreté de 4 ans, avait réclamé "le droit d'avoir des convictions", fussent-elles "extrémistes". Le parquet avait requis 8 ans.
  
Dans son jugement mercredi, le TGI a estimé que ce Français de 27 ans était bien "l'idéologue et l'un des organisateurs d'un groupe qui avait pour objet d'envoyer des jeunes du XIXe arrondissement de Paris combattre en Irak, éventuellement en y perpétrant des attentats-suicides, après avoir rejoint à Falloujah les troupes (...) inféodées à Al Qaïda".
  
Il avait reconnu à l'audience avoir eu une influence religieuse sur plusieurs jeunes de son quartier, notamment en légitimant les attentats-suicides commis dans le cadre du jihad, mais avait affirmé que ces jeunes étaient déjà convaincus qu'ils devaient partir faire le jihad.
  
L'enquête avait montré qu'il avait eu des relations avec trois jeunes Français morts en Irak dont l'un dans un attentat-suicide.
  
Le tribunal s'est montré plus sévère envers Boubakeur El Hakim, 24 ans, condamné à sept ans ferme, assortis d'une période de sûreté des deux tiers.
  
Egalement considéré comme l'un des organisateurs de la filière, il a combattu en Irak et s'était illustré en appelant, dans plusieurs reportages réalisés en Irak par des médias français, ses frères du XIXe à le rejoindre.
  
Le tribunal a estimé qu'il avait eu "un rôle de combattant" et "d'incitateur pour les jeunes parisiens d'origine étrangère du XIXe arrondissement", de "facilitateur" pour leur passage en Irak et de "superviseur".
  
Mohammed El Ayouni, qui a perdu un oeil et un bras sur le front irakien, ainsi que Thamer Bouchnak et Cherif Kouachi, deux élèves des cours de Benyettou, interpellés juste avant leur départ pour la Syrie, ont été condamnés à trois ans dont 18 mois avec sursis.
  
Ils ne devraient pas retourner en prison, compte tenu du temps passé en détention provisoire.
  
Pour Bouchnak et Kouachi, les magistrats ont considéré qu'ils avaient "en toute connaissance de cause adhéré à la nébuleuse islamiste radicale en ayant la ferme intention de combattre dans ses rangs (...), en bénéficiant d'une filière d'infiltration".
  
Jugé coupable d'avoir fourni des faux papiers aux jihadistes, Nacer Eddine Mettai, un Algérien de 37 ans, a été condamné à quatre ans de prison, conformément aux réquisitions.
  
Enfin, le Marocain Said Abdellah, qui de l'aveu même du procureur, n'avait "rien à voir avec les jeunes du XIXe", mais qui s'était connecté à de nombreux réseaux de combat au Moyen-Orient, dont la filière du XIXe, a été condamné à sept ans, assortis d'une période de sûreté des deux tiers. Seulement six avaient été requis.
  
Ces deux derniers se sont vu interdire définitivement le territoire français.

Première publication : 14/05/2008

COMMENTAIRE(S)