Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les "MarocLeaks" inquiètent le pouvoir marocain

En savoir plus

#ActuElles

Jouets sexistes : le marketing des fabricants en cause

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Joyeux Noël... laïc !

En savoir plus

REPORTERS

Argentine : le bilan Kirchner

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Cuba - États-Unis : la fin de la guerre froide ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

La Grèce fait trembler les marchés

En savoir plus

À L’AFFICHE !

La personnalité tourmentée de "Mr. Turner"

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : colère à Peshawar lors des funérailles des écoliers assassinés

En savoir plus

UNE COMÉDIE FRANCAISE

François Hollande, un recentrage à gauche ?

En savoir plus

Olmert prendra les "mesures nécessaires" contre les tirs

Dernière modification : 15/05/2008

"Ce qui s’est passé aujourd’hui est absolument intolérable (...). Nous prendrons les mesures nécessaires jusqu'à ce que cela cesse", avertit Olmert. Plus tôt, une roquette a touché Ashkelon faisant au moins 14 blessés. Ecoutez E. Olmert.

Consultez notre dossier consacré aux 60 ans de la création d'Israël

 


A l’occasion d’une cérémonie avec George W. Bush pour les 60 ans d’Israël, Ehoud Olmert a réagi aux violences qui ont eu lieu ce mercredi à Askhelon. Une roquette tirée de la bande de Gaza s'est abattue sur un centre commercial de cette ville située au sud d'Israël. Au moins quatorze personnes ont été blessées, dont quatre grièvement.

 

"Ce qui s'est passé aujourd'hui est absolument intolérable et inacceptable. Le gouvernement d'Israël est engagé à ce que cela cesse et nous prendrons les mesures nécessaires jusqu'à ce que cela cesse", a affirmé Ehoud Olmert.

 

Le Premier ministre israélien a également célébré l’amitié de 60 ans entre l’Etat hébreu et les Etats-Unis, évoquant "l’engagement incommensurable de Bush pour Israël". Il a également qualifié le président américain de "grand ami".

 

"Israël est plus forte et plus sure parce que nous nous tournons vers l’avenir et parce que nous savons que les Etats-Unis seront toujours notre meilleur allié", a-t-il conclu.

 

George W. Bush, qui s’est exprimé peu de temps après, a lui aussi insisté sur la force des liens entre les deux pays : "Les Etats-Unis sont les meilleurs amis et l’ami de plus longue date sur lesquels peut compter Israël. Nous défendons ensemble la paix."

 

"Nous devons avoir la foi pour combattre ceux qui tuent des innocents pour atteindre leurs objectifs. C’est la liberté qui est la solution face à la tyrannie et à la terreur", a ajouté le président américain.

 

Scepticisme sur un accord de paix

 

Concernant le processus de paix entre Israël et l’Autorité palestinienne, Ehoud Olmert a réaffirmé son espoir de parvenir à un accord : "Israël continue à rechercher activement la paix avec ses voisins, notamment avec les Palestiniens. Nous voyons des progrès sur ce front. Espérons-le dès cette année en 2008, de grandes choses seront faites."

 

A huit mois de la fin de son mandat, le président américain, qui est en Israël pour célébrer le 60e anniversaire de la création de l’Etat hébreu, espère pousser Palestiniens et Israéliens à conclure un accord de paix d’ici la fin de son mandat, en janvier 2009.

 

Au sommet d’Annapolis, qui s’est tenu en novembre 2007 sous l’égide du président américain, Mahmoud Abbas et Ehoud Olmert s’étaient tous deux engagés à parvenir à un accord de paix avant la fin 2008, menant à terme à la création d’un Etat palestinien.

 

Mais depuis, la donne a changé. Marc de Chalvron, correspondant de FRANCE 24 à Jérusalem, explique qu’"il y a de quoi être sceptique au vu de l’objectif de G. W. Bush qui est la création d’un Etat palestinien. Tout le monde garde un optimisme de façade, mais cela ne changera rien au scepticisme ambiant."

 

Notre correspondant ajoute que "même Condoleezza Rice, la secrétaire d’Etat américaine, qui est très impliquée dans le processus de paix, parle d’un accord improbable mais toujours possible".

 

Selon Marc de Chalvron, "ce qui reste possible, c’est un accord de principe en vue de la création d’un Etat palestinien".

 

Contexte tendu

 

La visite de trois jours de George W. Bush en Israël, la deuxième en quatre mois, s’inscrit dans le cadre des célébrations des 60 ans de la création de l’Etat d’Israël. Aucune rencontre avec les Palestiniens n’est prévue, et le président américain ne se rendra pas dans les Territoires palestiniens.

 

De leur côté, les Palestiniens commémorent la "Nakba" (la catastrophe), que fut pour eux la création de l’Etat d’Israël en 1948. Des marches sont organisées ce mercredi et jeudi à Gaza et en Cisjordanie. Omar Assaf, qui préside un comité d’organisation des commémorations de la Nakba, déclare à l’AFP que "ce sera la réponse au discours de Bush et aux positions américaines, hostiles à notre cause".

 

"Nous ne souhaitons pas la bienvenue à Bush et aux présidents hypocrites qui veulent faire plaisir au diable américain", a aussi assuré le plus influent des chefs du Hamas à Gaza, Mahmoud Zahar, lors d'une cérémonie à l'occasion de la "Nakba".

 

Ce mercredi, quatre Palestiniens ont été tués lors d’incursions et de raids aériens de l’armée israélienne. Trois seraient des membres du mouvement islamiste Hamas.

 

Jeudi, George W. Bush doit prononcer son premier discours devant la Knesset. Un évènement que les députés arabes israéliens ont prévu de boycotter.

 

Après Israël, le président américain doit se rendre vendredi en Arabie saoudite et samedi en Egypte où il doit rencontrer Mahmoud Abbas.

 

 

Première publication : 14/05/2008

COMMENTAIRE(S)