Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"Theresa, pas besoin de partir!"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Et si le Royaume-Uni restait..."

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Thuram : "Il faut comprendre le mécanisme du racisme pour pouvoir le dépasser"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Inquiétudes sur le projet de loi antiterroriste

En savoir plus

LE DÉBAT

Projet de loi antiterroriste : quel équilibre entre sécurité et libertés individuelles ? (partie 2)

En savoir plus

LE DÉBAT

Projet de loi antiterroriste : quel équilibre entre sécurité et libertés individuelles ? (partie 1)

En savoir plus

POLITIQUE

Gouvernement Philippe II : derrière la technique, la politique

En savoir plus

FOCUS

Soudan du Sud : la guerre civile vue de l'intérieur

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Le Puy du Fou, 40 ans de voyage dans le temps

En savoir plus

Cañada Real Galiana, le bidonville de la honte

Dernière modification : 15/05/2008

Au sud de Madrid se trouve Cañada Real Galiana, le plus grand bidonville d'Europe : 40 000 personnes y vivent dans des conditions insalubres. La ville a tenté de décourager les nouveaux arrivants. En vain. (Reportage : A. Percept, C. Perrouault)

A la sortie Sud de Madrid, le long de l’autoroute M50, se trouve Cañada Real Galiana : le plus grand bidonville d’Europe occidentale. Environ 40 000 personnes y vivent dans l'insalubrité.

Véritable ville dans la ville, Cañada Real Galiana permet aux immigrés, venus en majorité du Maroc, de se loger à moindre frais. Des Espagnols, arrivés il y a trente ans lors de l’ouverture du régime franquiste à l’économie de marché, y habitent aussi. 

Ces derniers occupent les quartiers les mieux lotis du bidonville, comme le secteur V. Ici, malgré la chaussée cabossée et l'absence de services publics, les maisons sont tout de même en dur. 

En octobre 2007, sans préavis, la ville de Madrid essayé de déloger plusieurs familles de ce secteur pour démolir une partie des habitations illégales.

Les forces de l’ordre se sont heurtées aux habitants, déclenchant une véritable émeute qui a fait plusieurs blessés du côté des policiers. Les autorités ont alors suspendu les démolitions. Pourtant, fin avril, des bulldozers sont revenus détruire plusieurs maisons, une nouvelle fois sans préavis. 

Depuis 40 ans, le secteur V de Canada Real n'a cessé de s'étendre sur cet ancien chemin de transhumance, classé inconstructible. Aujourd'hui, personne ne veut en partir. La plupart des habitants sont inscrits comme résidents des communes avoisinantes et payent la taxe foncière.

 

Rendez-vous des taxis de la drogue

Au centre du bidonville, Valdemingomez est un quartier miné par la violence. Le trafic de drogue y est en pleine croissance depuis deux ans. 

Le parking de l’église ne désemplit pas de junkies amenés en "kundas", les taxis de la drogue. Héroïne, crack, cocaïne : les dealers au volant vont chercher leurs clients dans le centre de Madrid. Dans ce quartier, où les toxicomanes sont partout, le manque d'hygiène est total.

Depuis que les différents points de vente de drogue du centre-ville sont surveillés par la police, et depuis qu'un net ralentissement économique touche l'Espagne, le bidonville madrilène est en constante extension. 

La Région de Madrid, comme les mairies concernées, paraissent dépassées par la situation. Les quelques ordres de démolitions prononcés ces dernières semaines semblent surtout avoir pour but de dissuader de nouveaux arrivants. En vain.

Première publication : 15/05/2008

COMMENTAIRE(S)