Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Au moins 300 morts en Somalie

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Sur internet, #balancetonporc et #metoo racontent les agressions de femmes au travail

En savoir plus

LE DÉBAT

Harcèlement sexuel : libération de la parole ou dénonciations généralisées ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Mademoiselle K sort un album incandescent

En savoir plus

FOCUS

Turquie : face à la désillusion, la fuite des cerveaux

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Nucléaire iranien : l’accord historique en péril ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"10 millions de dollars pour destituer Donald Trump"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Baisse des APL, hausse de la CSG, suppression de l’ISF : Macron persiste et signe

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Le président parle dans le téléviseur"

En savoir plus

Bercy donne son feu vert à la boisson Red Bull

Dernière modification : 18/05/2008

La boisson énergisante Red Bull, contenant de la taurine et jusqu'ici interdite en France, a reçu le feu vert du ministère de l'Economie pour être commercialisée dans le pays, a-t-on appris samedi auprès de l'entourage de Christine Lagarde.

"Un accord a été signé vendredi soir entre Christine Lagarde et le patron (du groupe autrichien) Red Bull", Dietrich Mateschitz, sur "l'autorisation immédiate" de la commercialisation de la boisson en France, indique-t-on dans l'entourage de la ministre, en confirmant une information du Figaro.

Le leader mondial des boissons énergisantes peut donc dès à présent vendre sa boisson dans le pays mais devra faire figurer sur les canettes, selon les termes de l'accord, des mentions déconseillant le breuvage aux enfants et aux femmes enceintes et appelant à le consommer avec modération.

En échange, le groupe s'est engagé à retirer du marché avant le 15 juillet sa boisson à base d'arginine (un acide aminé, ndlr) vendue sous le même nom depuis le 2 avril, ce qui "créait un risque de confusion dans l'esprit des consommateurs", a poursuivi la même source.

Red Bull, qui tentait de faire commercialiser sa boisson en France depuis de nombreuses années, va également retirer sa plainte contre l'Etat français.

En 1996, le groupe avait essuyé un refus de commercialisation à la suite d'un avis défavorable rendu par le Conseil supérieur d'hygiène publique de France (CSHPF), en raison notamment "d'effets neuro-comportementaux indésirables (...) de la taurine", un de ses composants, estimé dangereux par l'Afssa (Agence française de sécurité sanitaire des aliments).

"Il n'y a jamais eu d'éléments prouvant la toxicité de la boisson", rétorque-t-on à Bercy et "Red Bull est autorisé dans 25 des 27 pays de l'Union européenne. On peut donc facilement la commander sur internet".

L'Afssa avait rappelé début avril que, vu les niveaux de concentration de la taurine contenus dans une canette de Red Bull (500 fois les doses journalières apportées par l'alimentation), elle a toujours considéré que la sécurité n'était pas assurée pour le consommateur et que l'intérêt nutritionnel n'avait pas pu être démontré.

Taurine, caféine, guarana, ginseng, vitamines sont les substances qui entrent le plus souvent dans la composition des boissons dites énergisantes.

Créé en 1987 par Dietrich Mateschitz, Red Bull s'est imposé en quelques années comme le numéro un mondial des boissons énergisantes, avec une part de marché estimée à 70%. En une vingtaine d'années, cet ancien vendeur de dentifrice est parvenu à imposer sa boisson dans plus de 160 pays grâce à des opérations de communication associant la marque à la vitesse et aux sensations fortes.

En 2007, Red Bull a vendu 3,549 milliards de canettes représentant un chiffre d'affaires de 3,079 milliards d'euros, en hausse de 16,6% par rapport à l'année précédente.
 

Première publication : 18/05/2008

COMMENTAIRE(S)