Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

Benjamin Stora : "Les Français connaissent assez mal l’histoire de l’immigration"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Barbarie"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"La constance, c'est la confiance"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

La fermeture de restaurants Mac Donald's en Russie : scandale sanitaire ou pression politique ?

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : l'ONU va déployer 10 000 casques bleus

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Blackout médiatique contre les jihadistes

En savoir plus

DÉBAT

Rentrée économique en France : tableau noir pour l'exécutif ?

En savoir plus

DÉBAT

Israël - Hamas : accord impossible ?

En savoir plus

SUR LE NET

La Toile divisée à propos de Darren Wilson

En savoir plus

  • Ebola : "Moi, je refuse de faire un vol vers Conakry"

    En savoir plus

  • Gaza : trois commandants du Hamas tués dans un raid israélien

    En savoir plus

  • Yémen : ultimatum de la rébellion chiite qui exige la démission du gouvernement

    En savoir plus

  • Présidentielle au Brésil : la candidature de Marina Silva menace Dilma Rousseff

    En savoir plus

  • Syrie - Irak : le pape François tantôt pacifiste, tantôt interventionniste

    En savoir plus

  • Cécile Rol-Tanguy : "Je représente les résistantes qui ont été oubliées"

    En savoir plus

  • Assassinat de James Foley : les États-Unis ont tenté de le libérer

    En savoir plus

  • Benjamin Stora : "Les Français connaissent assez mal l’histoire de l’immigration"

    En savoir plus

  • Le chef de l'armée désigné Premier ministre à Bangkok

    En savoir plus

  • Ukraine : "C’est le début de la Troisième Guerre mondiale"

    En savoir plus

  • Pourquoi les négociations sur un cessez-le-feu permanent sont un cauchemar ?

    En savoir plus

  • Libération de Paris : où étaient les combattants noirs de la 2e DB ?

    En savoir plus

  • Netanyahou compare le Hamas aux jihadistes de l'État islamique

    En savoir plus

  • Fabius veut coordonner avec l'Iran la lutte contre l'État islamique

    En savoir plus

  • Darius, ce jeune Rom lynché en juin et SDF en août

    En savoir plus

La Birmanie autorise l'accès aux travailleurs humanitaires étrangers

Dernière modification : 19/05/2008

La junte serait prête à accueillir une conférence des donateurs. Nos envoyées spéciales se sont rendues dans la région du delta de l'Irrawaddy, la plus touchée par le cyclone Nargis. (Reportage : A. Boussat et A. Beaumont)

Longtemps sourde aux appels de la communauté internationale, la junte birmane semblait, ce lundi, disposée à infléchir sa position et à s’ouvrir à l’aide internationale en faveur des deux millions de sinistrés du cyclone Nargis.

 

Contre toute attente, le régime militaire a accepté que l’Association des nations de l’Asie du sud-est (Asean) coordonne l’aide étrangère. La décision a été annoncée lors d’une réunion des ministres des Affaires étrangères, ce lundi, à Singapour.

 

Les autorités birmanes ont évalué, lors de cette réunion ministérielle, à dix milliards de dollars les dégâts causés par la catastrophe.

 

La junte militaire birmane a décrété trois jours de deuil national, de mardi à jeudi.

 

Une conférence des donateurs

 

Troisième cyclone le plus meurtrier en Asie depuis un demi-siècle, Nargis a fait près de 134 000 morts et disparus, selon le dernier bilan officiel. Les organisations humanitaires internationales estiment, elles, à quelque 2,5 millions le nombre de sinistrés. 

 

Par ailleurs, on a également appris, par la voix du ministre des Affaires étrangères thaïlandais, que la Birmanie serait disposée à accueillir, fin mai, à Rangoun, une conférence des donateurs. La conférence est destinée à canaliser l’aide étrangère en faveur des survivants. 

 

Plusieurs membres de l'Asean, dont Singapour et la Thaïlande, ont déjà envoyé des secours en Birmanie. Mais tout en acceptant l’aide matérielle, la junte militaire restait jusqu’à présent méfiante à l'égard des étrangers, surtout les Occidentaux.  

 

Enfin, à en croire une information rapportée par le quotidien japonais Yomiuri, les autorités birmanes auraient également invité des missions étrangères à visiter des zones du delta de l’Irrawaddy, la zone la plus touchée par le cyclone.

 

Selon Yomiuri, qui cite une source de la junte, les invitations ont été adressées à 29 pays, au rang desquels des alliés du régime comme l’Inde et la Chine, mais aussi des pays très critiqués comme les Etats-Unis et certains membres de l’Union européenne.

 

Le Japon a confirmé, par la voix d’un de ses diplomates, avoir reçu une invitation pour une « visite d’inspection » dans les zones sinistrées. La même source n’était pas en mesure de confirmer si une invitation similaire a été adressée à d’autres pays. 

 

Pression des Nations unies

 

Non confirmées, pour l’heure, ces informations interviennent alors que John Holmes, le représentant des Nations unies chargé des affaires humanitaires est arrivé en Birmanie. Le secrétaire général des Nations unies Ban Ki-moon est, lui, attendu mercredi dans le pays.  

 

Ban Ki-moon doit se rendre dans les régions les plus dévastées, dans le sud-est du pays. Il espère rencontrer les dirigeants de la junte, selon sa porte-parole. Depuis que le cyclone Nargis a balayé une partie de la Birmanie, le 2 mai, aucun contact n’a eu lieu entre la hiérarchie militaire birmane et les Nations unies. Le chef de la junte a refusé par trois fois de s’entretenir au téléphone avec Ban Ki-moon.  

Première publication : 19/05/2008

COMMENTAIRE(S)