Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Israël-Gaza : l'application mobile Yo a peut-être enfin trouvé son utilité

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 11 juillet (partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 11 juillet (partie 1)

En savoir plus

REPORTERS

Exclusif - Dans l'enfer des prisons secrètes

En savoir plus

#ActuElles

Suède : un modèle de parité ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

UE - USA : la guerre économique est-elle déclarée ?

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

UMP et PS sous tension

En savoir plus

TECH 24

Giroptic : la start-up lilloise star de Kickstarter déjà GoPro killer ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Conférence sociale : le gouvernement mise sur l'apprentissage

En savoir plus

  • Vidéo : les habitants de Rafah pris au piège des raids israéliens

    En savoir plus

  • Netanyahou déterminé à "frapper les terroristes" à Gaza

    En savoir plus

  • Les Brésiliens, supporters malgré eux, de leurs bourreaux allemands

    En savoir plus

  • Défilé du 14-Juillet : la présence de soldats algériens fait polémique à Alger

    En savoir plus

  • "Fais tes prières, je vais te tuer" : Amnesty dénonce la torture dans l'est ukrainien

    En savoir plus

  • Gaza : seule une solution politique peut garantir la sécurité d’Israël

    En savoir plus

  • Cynk, l’entreprise fantôme qui valait quatre milliards

    En savoir plus

  • Exclusif - Dans l'enfer des prisons secrètes

    En savoir plus

  • Vidéo : le sélectionneur du Niger Gernot Rohr livre sa vision du Mondial

    En savoir plus

  • Tuerie de Bruxelles : Nemmouche accepte d'être extradé vers la Belgique

    En savoir plus

  • Les forces kurdes revendiquent la prise de deux champs pétroliers

    En savoir plus

  • Le FC Barcelone casse sa tirelire pour s’offrir le controversé Luis Suarez

    En savoir plus

  • À Kaboul, Kerry plaide pour un audit des résultats de la présidentielle

    En savoir plus

  • Vidéo : à Gaza, entre pénuries et guerre psychologique

    En savoir plus

  • La fillette américaine, "guérie" du sida, est toujours séropositive

    En savoir plus

  • En images : une station service israélienne touchée par une roquette

    En savoir plus

La Birmanie autorise l'accès aux travailleurs humanitaires étrangers

©

Dernière modification : 19/05/2008

La junte serait prête à accueillir une conférence des donateurs. Nos envoyées spéciales se sont rendues dans la région du delta de l'Irrawaddy, la plus touchée par le cyclone Nargis. (Reportage : A. Boussat et A. Beaumont)

Longtemps sourde aux appels de la communauté internationale, la junte birmane semblait, ce lundi, disposée à infléchir sa position et à s’ouvrir à l’aide internationale en faveur des deux millions de sinistrés du cyclone Nargis.

 

Contre toute attente, le régime militaire a accepté que l’Association des nations de l’Asie du sud-est (Asean) coordonne l’aide étrangère. La décision a été annoncée lors d’une réunion des ministres des Affaires étrangères, ce lundi, à Singapour.

 

Les autorités birmanes ont évalué, lors de cette réunion ministérielle, à dix milliards de dollars les dégâts causés par la catastrophe.

 

La junte militaire birmane a décrété trois jours de deuil national, de mardi à jeudi.

 

Une conférence des donateurs

 

Troisième cyclone le plus meurtrier en Asie depuis un demi-siècle, Nargis a fait près de 134 000 morts et disparus, selon le dernier bilan officiel. Les organisations humanitaires internationales estiment, elles, à quelque 2,5 millions le nombre de sinistrés. 

 

Par ailleurs, on a également appris, par la voix du ministre des Affaires étrangères thaïlandais, que la Birmanie serait disposée à accueillir, fin mai, à Rangoun, une conférence des donateurs. La conférence est destinée à canaliser l’aide étrangère en faveur des survivants. 

 

Plusieurs membres de l'Asean, dont Singapour et la Thaïlande, ont déjà envoyé des secours en Birmanie. Mais tout en acceptant l’aide matérielle, la junte militaire restait jusqu’à présent méfiante à l'égard des étrangers, surtout les Occidentaux.  

 

Enfin, à en croire une information rapportée par le quotidien japonais Yomiuri, les autorités birmanes auraient également invité des missions étrangères à visiter des zones du delta de l’Irrawaddy, la zone la plus touchée par le cyclone.

 

Selon Yomiuri, qui cite une source de la junte, les invitations ont été adressées à 29 pays, au rang desquels des alliés du régime comme l’Inde et la Chine, mais aussi des pays très critiqués comme les Etats-Unis et certains membres de l’Union européenne.

 

Le Japon a confirmé, par la voix d’un de ses diplomates, avoir reçu une invitation pour une « visite d’inspection » dans les zones sinistrées. La même source n’était pas en mesure de confirmer si une invitation similaire a été adressée à d’autres pays. 

 

Pression des Nations unies

 

Non confirmées, pour l’heure, ces informations interviennent alors que John Holmes, le représentant des Nations unies chargé des affaires humanitaires est arrivé en Birmanie. Le secrétaire général des Nations unies Ban Ki-moon est, lui, attendu mercredi dans le pays.  

 

Ban Ki-moon doit se rendre dans les régions les plus dévastées, dans le sud-est du pays. Il espère rencontrer les dirigeants de la junte, selon sa porte-parole. Depuis que le cyclone Nargis a balayé une partie de la Birmanie, le 2 mai, aucun contact n’a eu lieu entre la hiérarchie militaire birmane et les Nations unies. Le chef de la junte a refusé par trois fois de s’entretenir au téléphone avec Ban Ki-moon.  

Première publication : 19/05/2008

Comments

COMMENTAIRE(S)