Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les peoples et le conflit israélo-palestinien

En savoir plus

DÉBAT

Virus Ebola en Afrique de l'Ouest : comment vaincre cette épidémie sans précédent ?

En savoir plus

DÉBAT

Israël - Gaza : l'espoir de trêve évanoui ?

En savoir plus

FOCUS

États-Unis : les prisons californiennes surpeuplées

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

La Russie sanctionnée

En savoir plus

DÉBAT

Moscou sanctionnée par l'UE : Poutine peut-il plier ?

En savoir plus

DÉBAT

Chrétiens d'Irak : "Il faut les aider à rester dans leur pays"

En savoir plus

SUR LE NET

Conflit à Gaza : des célébrités créent la polémique

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Gaza : l'Aïd sur fond de guerre

En savoir plus

  • Journée sanglante à Gaza en dépit d’une courte trêve humanitaire

    En savoir plus

  • Otages : la France, premier banquier des djihadistes d’Al-Qaïda

    En savoir plus

  • Moscou répond aux sanctions en menaçant l’UE et les États-Unis

    En savoir plus

  • Ces politiques qui ne jurent plus que par Jean Jaurès...

    En savoir plus

  • En Chine, un scandale alimentaire chasse l’autre

    En savoir plus

  • Lille s'impose à Zurich et entrevoit la qualification pour les barrages

    En savoir plus

  • Nigeria : nouvel attentat-suicide perpétré par une femme à Kano

    En savoir plus

  • Ebola : "Les personnes traitées rapidement peuvent en guérir"

    En savoir plus

  • Transferts : deux champions du monde français signent en Inde

    En savoir plus

  • Nemmouche inculpé pour “assassinat dans un contexte terroriste”

    En savoir plus

  • Paris évacue des ressortissants français et britanniques de Libye

    En savoir plus

  • Résultats encore décevants pour Nintendo

    En savoir plus

  • Le Hamas diffuse la vidéo d'une opération commando meurtrière en Israël

    En savoir plus

  • Le grand bond en avant de la croissance américaine

    En savoir plus

  • Chrétiens d'Irak : "Il faut les aider à rester dans leur pays"

    En savoir plus

  • "Exodus" : la superproduction biblique 100 % héros blancs

    En savoir plus

  • Les deux derniers plus hauts responsables khmers rouges jugés pour génocide

    En savoir plus

  • À Benghazi, une importante base militaire tombe aux mains des islamistes

    En savoir plus

Rangoun accueillera une conférence des donateurs

Dernière modification : 20/05/2008

La conférence se tiendra à Rangoun le 25 mai sous l'égide de l'Onu et de l’Asean. Dans l’Irrawady, nos correspondantes constatent combien l’aide publique reste insuffisante. (Reportage : A. Boussat et A. Beaumont)

Longtemps sourde aux appels de la communauté internationale, la junte birmane semblait, lundi, disposée à infléchir sa position et à s’ouvrir à l’aide internationale en faveur des deux millions de sinistrés du cyclone Nargis.

 

Une conférence d'appel de fonds, sous l'égide de l'ONU et des pays d'Asie du Sud-Est, se tiendra à Rangoun le 25 mai. La communauté internationale est invitée à participer à cette conférence.

 

"La conférence portera sur les besoins des personnes affectées par le cyclone et cherchera à obtenir le soutien de la communauté internationale et une assistance financière pour répondre aux besoins les plus urgents, ainsi qu'aux efforts de reconstruction à long terme", ont annoncé le secrétaire général des Nations unies Ban Ki-moon et l’Association des nations de l’Asie du Sud-Est (Asean) dans un communiqué commun.

 

 

La France sera présente

 

 

La France a d’ores et déjà annoncé qu’elle était prête à y participer.

 

Plus tôt, le régime militaire birman a accepté que l’Association des nations de l’Asie du Sud-Est (Asean) coordonne l’aide étrangère. La décision a été annoncée lors d’une réunion, à Singapour, des ministres des Affaires étrangères de l’organisation régionale, dont la Birmanie est membre.

 

Les autorités birmanes ont évalué, lors de cette réunion ministérielle, à dix milliards de dollars les dégâts causés par la catastrophe.

 

 

Le numéro un de la junte se montre enfin !

 

 

La junte militaire birmane a décrété trois jours de deuil national, de mardi à jeudi, alors que le numéro un du régime, Than Shwe, effectuait sa première visite dans la zone dévastée.

 

Troisième cyclone le plus meurtrier en Asie depuis un demi-siècle, Nargis a fait près de 134 000 morts et disparus, selon le dernier bilan officiel. Les organisations humanitaires internationales estiment à quelque 2,5 millions le nombre de sinistrés.

 

Plusieurs membres de l'Asean, dont Singapour et la Thaïlande, ont déjà envoyé des secours en Birmanie. Mais tout en acceptant l’aide matérielle, la junte militaire restait jusqu’à présent méfiante à l'égard des étrangers, refusant que les occidentaux dirigent les secours. 

 

 

Ban Ki-moon attendu sur place

 

 

Pour la première fois depuis le passage du cyclone, les 2 et 3 mai, le représentant des Nations unies chargé des affaires humanitaires, John Holmes, a été autorisé à se rendre dans les régions les plus dévastées, dans le sud-est de la Birmanie.

 

Le secrétaire général des Nations unies Ban Ki-moon est, lui, attendu mercredi dans le pays. 

 

Depuis que le cyclone Nargis a balayé une partie de la Birmanie, aucun contact n’a eu lieu entre la hiérarchie militaire birmane et les Nations unies. Le chef de la junte a refusé par trois fois de s’entretenir au téléphone avec Ban Ki-moon.
 

Première publication : 19/05/2008

COMMENTAIRE(S)