Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Christophe de Margerie, entre hommages et polémiques

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Ebola : le Nigeria n'est plus touché par l'épidémie

En savoir plus

FOCUS

Londres, capitale des ultra-riches

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

France - Allemagne : vers un accord sur l'investissement

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Le groupe Total frappé au coeur par le décès de son PDG

En savoir plus

SUR LE NET

États-Unis : des costumes "Ebola" pour Halloween critiqués en ligne

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Ce que veut la Turquie"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les yeux doux d'Angela Merkel"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Ebola : Jim Yong Kim, président de la Banque mondiale, appelle à la mobilisation

En savoir plus

110 millions d'euros pour les pêcheurs français

Dernière modification : 22/05/2008

Le gouvernement a mis en place un plan d'aide aux pêcheurs, touchés par la flambée des prix du pétrole. Une enveloppe de 110 millions d'euros est prévue, selon le ministre de l'Agriculture et de la pêche Michel Barnier. (Récit : A. Dupuis)

Le ministre de la Pêche, Michel Barnier, a annoncé mercredi le versement de 110 millions d'euros d'ici la fin de l'année pour venir en aide aux marins pêcheurs confrontés à l'envolée des prix du gazole, lors d'une conférence de presse.
   
Cette enveloppe sera prise, par anticipation, sur le plan d'action de 310 millions d'euros annoncé le 13 janvier par M. Barnier. Le ministre a indiqué en outre que ce plan prévu initialement sur trois ans se déroulerait finalement sur deux ans.
   
"Il n'y avait pas une autre voie de respecter le cadre communautaire. Le choix du président de la République et du Premier ministre est d'amplifier et d'avancer le plan pour la pêche".
   
Dans ce cadre, il a annoncé l'attribution d'une "aide sociale" de 40 millions d'euros pour soutenir le revenu des marins pêcheurs.
   
Ces derniers exigeaient depuis mercredi matin de pouvoir obtenir un prix de 0,40 euro le litre pour le gazole, contre 0,70-0,75 euro actuellement.
   
Pour M. Barnier, "au delà d'un prix du gazole de 40 centimes d'euro par litre, le sentiment général est que la situation sociale n'est plus supportable dans notre pays pour les marins pêcheurs".
   
Le ministre a aussi annoncé le versement, pour 22 millions d'euros, d'une aide d'urgence pour la flotte de pêche (5.237 bateaux au total en métropole en 2007).
   
Quelque 15 millions d'euros seront attribués aux pêcheurs de cabillaud victimes d'arrêts temporaires de leur travail, les quotas pour cette espèce de poisson ayant déjà été atteints. Une somme de 2,5 millions d'euros avait déjà été engagée pour les pêcheurs d'anchois.
   
Le ministre a aussi demandé à sa collègue de l'Economie, Christine Lagarde, d'organiser une réunion avec le président de Total, Christophe de Margerie, pour "dans un souci de transparence, explorer toutes les pistes d'amélioration sur le prix du gazole vendu aux navires de pêche".
   
Il va aussi organiser une table-ronde regroupant l'ensemble de la filière et la grande distribution pour tenter de faire la transparence sur la fixation des prix des produits de pêche.
   
M. Barnier a également fait part de "mesures structurelles". Aux 42 millions d'euros déjà accordés pour le "plan de sortie" (envoi à la casse) de bateaux pour 130 navires, vont s'ajouter 8,8 millions d'euros pour 45 dossiers supplémentaires retenus.
   
De plus, les "contrats bleus", par lesquels les pêcheurs s'engagent à pratiquer une "pêche durable" en contrepartie d'une rémunération supplémentaire, vont entrer en application le 1er juin.
   
Un montant de 2,5 millions d'euros est réservé pour les pêcheurs effectuant des missions "d'intérêt public", comme par exemple le ramassage des déchets en mer.
   
Un allègement des charges portuaires pour les pêcheurs est également décidé, ainsi que la possibilité d'équiper, dès le 1er juin, chaque marin d'une balise de positionnement individuelle permettant de les repérer plus facilement en mer lors de naufrages.
   
La grande majorité (240 millions d'euros sur 310) du financement du plan provient d'une taxe de 2%, prélevée sur le prix de vente de poissons dans les enseignes de la grande distribution, rappelle-t-on au ministère.
 

Première publication : 21/05/2008

COMMENTAIRE(S)