Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Yémen : couvre-feu à Sanaa, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Nigeria : assaut mortelle de Boko Haram à Mainok, dans le nord du pays

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Vol Air Algérie : l'enquête n'a mené à "aucune piste privilégiée"

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France battue par le Brésil en demi-finales

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

  • Filière jihadiste : la PAF interpelle deux adolescentes à Marseille

    En savoir plus

  • Migrants à Calais : Londres débloque 15 millions d'euros

    En savoir plus

  • Air France : la grève des pilotes prolongée jusqu'au 26 septembre

    En savoir plus

  • Tunisie : le président Moncef Marzouki candidat à sa réélection

    En savoir plus

  • Libération des otages turcs enlevés dans le nord de l'Irak

    En savoir plus

  • Ebola : Cuba fait perdurer la tradition de l’entraide médicale

    En savoir plus

  • États-Unis : un intrus arrêté à la Maison Blanche

    En savoir plus

  • L’Ukraine et les séparatistes signent un mémorandum pour garantir le cessez-le-feu

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

Ban Ki-moon en Birmanie pour imposer une aide massive

Dernière modification : 22/05/2008

Le secrétaire général de l'Onu Ban Ki-moon est arrivé en Birmanie, où il veut convaincre la junte militaire d'accepter des opérations massives de secours, trois semaines après le passage du cyclone Nargis. (Reportage A. Beaumont, A Boussat)

Le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon est arrivé jeudi en Birmanie où il doit tenter de convaincre le régime militaire d'accepter des opérations massives de secours au profit des 2,4 millions de sinistrés du cyclone Nargis.
   
Cette visite exceptionnelle - la première d'un secrétaire général de l'ONU en Birmanie depuis 1964 - vise essentiellement à "sauver des vies" après la catastrophe qui a déjà fait 133.600 morts et disparus il y a près de trois semaines, a déclaré Ban Ki-moon à Bangkok.
   
Les généraux au pouvoir en Birmanie --méfiants à l'égard des Occidentaux et jaloux de leur souveraineté-- sont sous forte pression pour ouvrir largement la porte de leur pays à des opérations de secours après avoir filtré et, de fait, ralenti l'arrivée de l'aide internationale.
   
A son arrivée à l'aéroport de Rangoun, le secrétaire général de l'ONU a été accueilli par le ministre birman des Affaires étrangères Nyan Win, selon une correspondante de l'AFP.
   
Il doit s'entretenir séparément jeudi matin avec le Premier ministre, le général Thein Sein, et diverses organisations humanitaires avant de se rendre dans l'après-midi dans des zones très affectées de la région du delta de l'Irrawaddy (sud-ouest), dévastée par le cyclone du 2 mai.
   
Vendredi, Ban Ki-moon doit rencontrer le numéro un de la junte birmane, le généralissime Than Shwe, et dix de ses adjoints dans la nouvelle capitale administrative de Naypyidaw, située dans une région reculée du centre, selon un programme de la visite diffusé par les Nations unies.
   
A Rangoun, un responsable birman a confirmé à l'AFP que Than Shwe recevrait bien Ban Ki-moon vendredi à Naypyidaw.
   
Tôt jeudi, des policiers armés avaient pris position le long de la route entre l'aéroport de Rangoun et le centre-ville où des soldats ont été vus en train de nettoyer des rues.
   
Le secrétaire général des Nations unies, un Sud-Coréen, doit séjourner en Birmanie jusqu'à vendredi soir avant de revenir en Thaïlande pour des entretiens samedi.
   
Il repartira vers Rangoun dimanche pour une conférence internationale d'appels de fonds, sous l'égide de l'ONU et de l'Association des nations d'Asie du Sud-Est (Asean) qui doit, en principe, s'impliquer dans la coordination de l'aide internationale.
   
Mercredi, le Quai d'Orsay a indiqué que la Birmanie n'avait toujours pas donné son accord pour l'acheminement de l'aide transportée par un bâtiment de la marine nationale française Le Mistral.
   
Le Mistral est arrivé dans la nuit de vendredi à samedi au large des côtes birmanes, avec à son bord 1.000 tonnes de fret humanitaire qui permettrait de nourrir 100.000 personnes pendant 15 jours et de fournir un abri à 60.000 sinistrés.
   
"Le moment est critique pour la Birmanie" où l'ONU n'a "pu atteindre qu'environ 25% des personnes qui en ont besoin", a averti Ban Ki-moon.
   
La dernière visite en Birmanie d'un secrétaire général de l'ONU remonte à celle de U Thant, un Birman, en juillet 1964.

Première publication : 22/05/2008

COMMENTAIRE(S)