Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"Westminster : Londres pleure les victimes"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Le "J’accuse" de Fillon

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Attentat de Londres : "We are not afraid"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Gabon : le Premier ministre promet des mesures pour répondre aux enseignants grévistes

En savoir plus

LE DÉBAT

Attentat de Londres : l'Europe à nouveau défiée (partie 2)

En savoir plus

LE DÉBAT

Attentat de Londres : l'Europe à nouveau défiée (partie 1)

En savoir plus

POLITIQUE

Présidentielle en France : ralliements en cascade pour Macron

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Rodin en majesté au Grand Palais

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Keep calm et carry on"

En savoir plus

"Johnny Mad Dog", un enfant-soldat au Libéria

Dernière modification : 22/05/2008

"Johnny Mad Dog", réalisé par Jean-Stéphane Sauvaire, a été tourné au Libéria avec d'anciens enfants-soldats. Retrouvez un extrait du film, une interview du réalisateur, et de Mathieu Kassovitz, qui a produit le film.


Présenté dans le cadre de la sélection "Un certain regard", le film de Jean-Stéphane Sauvaire, "Johnny Mad Dog" est un des rares films en compétition à aborder la question du continent africain.
 
On le remarque d'autant plus, qu'il le fait dans des termes d'une rare violence, puisqu'il s'attache à décrire la réalité quotidienne des enfants soldats du Libéria.
 
Le producteur du film  (Mathieu Kassovitz) et le réalisateur défendent le réalisme de leur film, même si cette violence dérange.  Le tournage s'est fait pendant une année au cours de laquelle Jean-Stéphane Sauvaire a vécu au Libéria avec les acteurs du films, d'anciens enfant-soldats ayant subi ou commis les pires exactions.
 

  

Retrouvez les extraits du film et l'interview du réalisateur et de Mathieu Kassovitz par Elizabeth Tchoungui en cliquant sur "Lancer la vidéo".
 
 

 

 

Regardez l'émission dans son intégralité en cliquant sur "Spéciale Cannes" dans la colonne de droite.

Première publication : 22/05/2008

COMMENTAIRE(S)