Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

Pendant le "shutdown", Donald Trump travaille "dur, dur, dur"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Après Poutine, les patrons à Versailles"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Donald Trump : 1 an à la Maison Blanche

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Liberia : le nouveau président, George Weah, prêt à relever les défis

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Aide aux migrants : que dit la loi ?

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Paris des Arts de Sanseverino

En savoir plus

TECH 24

Reporty, l'application anti-délits ou pro-délation ?

En savoir plus

BILLET RETOUR

La Gambie à l'heure d'une nouvelle ère post-Jammeh

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Avec les réformes de Macron, la France sur le retour ?

En savoir plus

Ehoud Olmert à nouveau entendu par la police

Dernière modification : 23/05/2008

Le Premier ministre israélien est soupçonné d'avoir reçu des sommes d'argent d'un homme d'affaires américain. Déjà interrogé une première fois, il a fait savoir qu'il démissionnerait s'il était inculpé. (Correspondance : M. de Chalvron)

Le Premier ministre israélien Ehud Olmert devait être à nouveau interrogé vendredi par la police, sous le soupçon d'avoir reçu illégalement des sommes d'argent d'un homme d'affaires américain, selon des sources policières.

L'interrogatoire qui commence vers 10H00 locales (07H00 GMT) devrait durer une heure et être mené par des policiers de la police des fraudes.

Il s'agit du second interrogatoire de M. Olmert en trois semaines dans cette affaire qui d'ores et déjà a gravement porté atteinte à son image dans l'opinion. Le premier avait eu lieu le 2 mai.

Formellement le Premier ministre est soupçonné de "fraude" et "d'abus de confiance" et d'irrégularités dans le financement de campagnes électorales.

M. Olmert s'est défendu en expliquant que l'argent versé avait servi uniquement à financer des campagnes électorales tout en proclamant qu'il n'avait pas "mis un sou dans sa poche", ce qui selon lui ne devrait pas le contraindre à démissionner.

Lors de l'interrogatoire, le Premier ministre va devoir convaincre la police que les sommes qu'il a reçues avant sa nomination comme Premier ministre en 2006 ne constituaient pas des pots-de-vin, selon la radio publique.

Il s'agit de plus de 100.000 dollars qui auraient été remis en liquide par Morris Talansky, un homme d'affaires juif américain, auquel la justice israélienne a demandé de témoigner sous serment dimanche avant qu'il ne regagne les Etats Unis.

Les soupçons reposent notamment sur le témoignage d'un avocat, Uri Messer, qui était le bras droit de M. Olmert alors qu'il était maire de Jérusalem et ensuite ministre de l'Industrie et du Commerce (entre 1995 et fin 2005).

La police a par ailleurs découvert des relevés de transferts d'argent qui auraient pu servir à financer non seulement des campagnes électorales mais aussi des voyages privés de M. Olmert.

La situation de M. Olmert est de plus en plus délicate car il fait l'objet de trois autres enquêtes concernant des transactions immobilières douteuses et des accusations de nominations politiques abusives, alors qu'il était ministre de l'Industrie et du Commerce.
 

Première publication : 23/05/2008

COMMENTAIRE(S)