Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Le Malien Birama Sidibé candidat à la présidence de la Banque africaine de développement

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Loi santé : ce qui va changer

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Serge Atlaoui condamné à mort : La France peut-elle faire pression ?

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Migrants en Méditerranée, sans stratégie face au drame l'Europe mise en cause

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Émission spéciale : Marseille, le renouveau ?

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : sur les traces du réalisateur Henri Verneuil, réfugié arménien

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Génocide arménien, cent ans après déni et mémoire continuent de se côtoyer

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Paris des Arts de Léa Drucker

En savoir plus

TECH 24

Numérique : tout pour la musique

En savoir plus

Afrique

Les violences xénophobes se propagent au Cap

Texte par Dépêche

Dernière modification : 28/07/2009

Après avoir enflammé des quartiers de Johannesbourg, la vague de violences xénophobes se propage à la deuxième ville du pays, où des bandes armées attaquent Somaliens et Zimbabwéens. (Récit : K. Yahiaoui)

AFP - Les violences xénophobes, qui ravagent des townships sud-africains depuis douze jours, se sont pour la première fois propagées à la région du Cap (sud-ouest), a annoncé vendredi la police.

Une réunion publique dans le bidonville de Du Noon, situé à 20 kilomètres au nord de la ville du Cap, a dégénéré en violences, selon un porte-parole de la police locale, Billy Jones.

"Des bandes dans la foule ont commencé à piller des boutiques appartenant à des Zimbabwéens et d'autres étrangers", a-t-il déclaré par téléphone à l'AFP, précisant qu'il s'agissait du premier incident du genre dans les environs du Cap.

"Certaines personnes ont été attaquées, mais ce sont surtout des boutiques qui ont été pillées."

Quelque 500 immigrés ont fui le bidonville pour se réfugier dans des centres sociaux où ils ont été pris en charge", a-t-il précisé.

Les incidents ont débuté jeudi vers 18h00 (16h00 GMT) et la police n'a réussi à reprendre le contrôle de la situation que vers 02H00 (00H00 GMT) vendredi, arrêtant 12 personnes pour violence publique.

"La situation s'est stabilisée, mais reste tendue", a-t-il ajouté, précisant que la police patrouille la zone à pied.

Au moins 42 personnes ont été tuées, des centaines blessées, 16.000 déplacées et plus de 500 arrêtées par la police depuis le début de ces violences le 11 mai à Johannesburg.
 

Première publication : 23/05/2008

COMMENTAIRE(S)