Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

MODE

La mode de 2014 marquée par une douce révolution et une prise de conscience des créateurs.

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : calme précaire dans la capitale, violences en province

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Au Cameroun, la population se mobilise pour l'éducation

En savoir plus

#ActuElles

Canada : les mystérieuses disparitions des femmes autochtones

En savoir plus

REPORTERS

Le meilleur des grands reportages de France 24 en 2014

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Retour sur les temps forts de l’année 2014

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Un troisième Bush à la Maison Blanche ?"

En savoir plus

DÉBAT

CAN-2015 : un défi pour le continent africain

En savoir plus

L'ENTRETIEN

"Il faut que Pékin réévalue ses politiques dans les régions tibétaines"

En savoir plus

Le Liban à la recherche d'un Premier ministre

Dernière modification : 27/05/2008

Le président libanais Michel Sleimane a pris ses fonctions et se prépare à lancer les consultations avec la majorité et l'opposition pour former un gouvernement d'union nationale. (Récit : P. Robert)

Cliquez ici pour en savoir plus sur la carrière de Michel Sleimane

  

  
Réduit à une vacance forcée depuis six mois, le Palais de Bâabda, siège de la présidence libanaise, a renoué avec sa vocation institutionnelle, au lendemain de l’élection du général Michel Sleimane à la tête de l’Etat libanais.
  
Le site le plus gardé du Liban a accueilli, lundi après-midi, son nouveau locataire, première étape vers la nomination d’un nouveau Premier ministre et la restauration d’un pouvoir exécutif affaibli par dix huit mois de crise politique. Sleimane hérite du fauteuil occupé, entre 1998 et 2007, par le pro-syrien Emile Lahoud.

Premier pas de sortie de crise

Premier volet de l’échéancier de sortie de crise défini, le 21 mai, par l’accord de Doha, l’élection de Sleimane, commandant en chef de l’armée depuis 1998, met un terme à un long vide institutionnel. Faute de consensus, l’élection présidentielle a été reportée à dix-neuf reprises.

Silencieux depuis la rencontre de Doha, le Hezbollah a levé le voile sur son attitude par rapport au plan de sortie de crise. Le mouvement affirme par la voix de son chef, Hassan Nasrallah, soutenir la clause de l’accord sur le non recours aux armes à des fins politiques.

A la recherche d’un Premier ministre
  
Première urgence pour le nouveau président : l’engagement de consultations avec la majorité et l’opposition pour la formation d’un gouvernement d’union nationale. Celles-ci devraient commencer mercredi, a indiqué une source proche de la présidence libanaise à FRANCE 24.  

Dès son investiture, le général Michel Sleimane s’est montré en quête de consensus en appelant la classe politique à œuvrer "en vue d’une solide réconciliation".
  
Alors qu'il prenait ses quartiers à Bâabda, la majorité parlementaire multipliait déjà les pourparlers pour choisir son candidat au poste de numéro un du gouvernement.

Selon les agences de presse, il pourrait s’agir de Saad Hariri ou de Fouad Siniora. Le premier, considéré comme favori, est le fils de l’ancien Premier ministre Rafic Hariri, assassiné en 2005. Il dirige le "Courant du futur", la principale composante de la majorité. Ouvertement opposé à la Syrie qu’il accuse d’être derrière l’assassinat de son père, il bataille pour hâter le fonctionnement du tribunal international chargé de juger les assassins.
  
Premier ministre depuis juin 2005, Fouad Siniora s’inscrit dans une ligne similaire à Saad Hariri. Ami et ministre de l’ex-Premier ministre assassiné, l’actuel chef de l’équipe gouvernementale est aussi un anti-syrien farouche. Siniora préconise une politique libérale.  

A l’heure où les Libanais scrutent les premiers pas du général Sleimane, l’attitude syrienne à l’égard de cette énième sortie de crise suscite bien des questions. "De quel côté va pencher la Syrie dans les semaines qui viennent", s’interroge Jean-Bernard Cadier, spécialiste des questions internationales à FRANCE 24. Telle est, à ses yeux, "la question clé pour le Liban et pour toute la région."
 
  
Retrouvez le blog de Jean-Bernard Cadier, "Le discours de vainqueur de Nasrallah".

Première publication : 26/05/2008

COMMENTAIRE(S)