Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les people et le conflit israélo-palestinien

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Matshidiso Moeti, ancienne Directrice régionale adjointe de l'OMS pour l'Afrique

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

L'Argentine poussée vers le défaut de paiement

En savoir plus

SUR LE NET

Chine : de faux profils Twitter démasqués

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les cachotteries de Poutine et Merkel"

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Les défis diplomatiques de John Kerry

En savoir plus

DÉBAT

Israël - Gaza : l'espoir de trêve évanoui ?

En savoir plus

DÉBAT

Virus Ebola en Afrique de l'Ouest : comment vaincre cette épidémie sans précédent ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Se battre pour les cendres pour étouffer la braise"

En savoir plus

  • Ebola : état d'urgence au Sierra Leone, l'inquiétude grandit dans le monde

    En savoir plus

  • Avec "Lucy", Luc Besson domine le box-office américain

    En savoir plus

  • L'armée ukrainienne suspend son offensive dans l'Est

    En savoir plus

  • Vidéo : reportage au cœur des tunnels creusés par le Hamas à Gaza

    En savoir plus

  • La clôture frontalière, nouvelle pomme de discorde entre le Maroc et l’Algérie

    En savoir plus

  • Moscou condamné à verser 1,86 milliard d'euros aux ex-actionnaires de Ioukos

    En savoir plus

  • Karim Wade, le fils de l'ex-président, jugé à Dakar pour "enrichissement illicite"

    En savoir plus

  • Mort de Paul Jean-Ortiz, conseiller diplomatique de François Hollande

    En savoir plus

  • BNP Paribas subit une perte record après l'amende américaine

    En savoir plus

  • L'Argentine de nouveau en défaut de paiement

    En savoir plus

  • Glissement de terrain meurtrier dans l'ouest de l'Inde

    En savoir plus

  • "Accuser la Serbie du déclenchement de la guerre est absurde"

    En savoir plus

  • Les deux derniers plus hauts responsables khmers rouges jugés pour génocide

    En savoir plus

  • Journée sanglante à Gaza en dépit d’une courte trêve humanitaire

    En savoir plus

  • Otages : la France, premier banquier des djihadistes d’Al-Qaïda

    En savoir plus

  • Moscou répond aux sanctions en menaçant l’UE et les États-Unis

    En savoir plus

  • En Chine, un scandale alimentaire chasse l’autre

    En savoir plus

Suez cède ses parts de Distrigaz à l'italien Eni

Dernière modification : 26/05/2008

Dans le cadre des engagements pris auprès de la Commission européenne concernant sa fusion avec GDF, le groupe français Suez a choisi l'italien Eni pour négocier la cession de ses parts du principal gazier belge Distrigaz.

Le groupe français d'énergie Suez a annoncé samedi être entré en négociations exclusives avec le groupe italien Eni en vue de lui vendre la part qu'il détient dans l'opérateur gazier belge Distrigaz.
  
La cession des 57,25% de Distrigaz "fait partie des engagements proposés par Suez et Gaz de France à la Commission Européenne dans le cadre de leur projet de fusion", a indiqué Suez dans un communiqué.
  
Distrigaz contrôle 85% du marché gazier belge.
  
Suez avait retenu, à l'issue d'un appel d'offres, trois candidats: le français EDF, l'italien Eni et l'allemand Eon.
  
Suez justifie son choix par le fait qu'Eni a offert le prix le plus élevé pour Distrigaz, sans préciser le montant.
  
Les deux groupes se sont fixé pour objectif de parvenir à la signature d'un accord définitif de vente "au plus tard le 29 mai 2008". Mais la vente ne pourra avoir lieu que si la fusion entre Suez et GDF est enterinée et que Publigaz, le deuxième actionnaire de Distrigaz, qui représente les communes belges, n'exerce pas son droit de préemption, précise le communiqué.
  
Par ailleurs, Suez est entré en négociation avec Eni "en vue de l’acquisition d’un ensemble d’actifs énergétiques", sans autre précision.
  
Le feuilleton de la fusion entre Gaz de France et Suez a connu un nouveau rebondissement mercredi quand GDF a été assigné en justice par le secrétaire CGT de son comité central d'entreprise (CCE), qui a tenté sans succès de retarder une réunion du CCE prévue lundi.
  
Maintes fois reportée, cette réunion est indispensable à la poursuite du processus de fusion. En effet, après l'avis du CCE, négatif ou positif, les conseils d'administration des deux groupes pourront approuver la fusion, avant le vote des assemblées générales 40 jours plus tard, entérinant le rapprochement.

Première publication : 26/05/2008

COMMENTAIRE(S)