Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Madagascar, nouvelle journée de mobilisation à Antananarivo

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Immigration: tensions à la frontière franco-italienne

En savoir plus

LE DÉBAT

Emmanuel Macron aux Etats-Unis : le président et Trump, une complicité et des désaccords

En savoir plus

LE GROS MOT DE L'ÉCO

Uberisation : naissance de l’entreprise 2.0

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Naïssam Jalal et le trio Amzik, nouveaux visages des musiques orientales

En savoir plus

L'INFO ÉCO

États-Unis-France : les taxes de la discorde

En savoir plus

DANS LA PRESSE

Loi asile-immigration : "hystérisation" ou "Bérézina morale"?

En savoir plus

L’invité du jour

Jean-Claude Heudin : "L’intelligence artificielle, c’est un peu comme la force dans Star Wars"

En savoir plus

FOCUS

Cameroun : les ravages du Tramadol, drogue de synthèse prisée des jeunes

En savoir plus

Le bilan des violences en Afrique du Sud s'alourdit

Dernière modification : 02/06/2008

Les autorités sud-africaines ont revu à la hausse le nombre de victimes des émeutes xénophobes dans le pays, qui ont causé la mort de 62 personnes et en ont blessé 670. Ecoutez notre correspondante Caroline Dumay.


JOHANNESBURG - Les violences à caractère xénophobe qui ont éclaté il y a trois semaines en Afrique du Sud ont causé la mort de 62 personnes, a annoncé la police samedi.

Ces attaques, qui ont nettement diminué à présent, ont touché de nouveaux arrivants aussi bien que des immigrés installés de longue date en Afrique du Sud. Des dizaines de milliers d'entre eux ont dû se réfugier dans des abris.

Le bilan précédent s'établissait à 56 morts. On déplore en outre 670 blessés, a déclaré Sally de Beer, porte-parole de la police, à l'agence de presse Sapa. Certaines victimes ont succombé à leurs blessures après avoir été hospitalisées.

Cinquante-deux des morts vivaient dans la province de Gauteng, centre économique du pays où les attaques ont commencé le 11 mai avant de se propager au KwaZulu-Natal et au Cap-Occidental.

Au moins 50.000 Mozambicains et Zimbabwéens ont dû quitter l'Afrique du Sud en raison des violences. Les Zimbabwéens, dont le pays est dans une situation économique désastreuse, représentent près de 60% des cinq millions d'immigrés qui vivent en Afrique du Sud.

Agences humanitaires et responsables de l'ONU reprochent au gouvernement sud-africain le mauvais état des refuges et leur manque de fournitures, de nombreux immigrés étant obligés de dormir dehors.
 

Première publication : 31/05/2008

COMMENTAIRE(S)