Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L'ÉCO

France : la mobilisation contre la réforme du travail s'essouffle

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Togo : nouveaux affrontements entre opposants et policiers

En savoir plus

LE DÉBAT

Catalogne : la procédure de divorce enclenchée ?

En savoir plus

LE DÉBAT

Catalogne : la procédure de divorce enclenchée ?

En savoir plus

POLITIQUE

Interview d'Emmanuel Macron : Les "riches" et la théorie des "premiers de cordée"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

L'art de perdre, d'Alice Zeniter

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Brexit: "si tu reviens, j'annule tout ?"

En savoir plus

FOCUS

Italie : vers l'autonomie de la Lombardie et de la Vénitie ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Macron, Sarkozy, les policiers et le football"

En savoir plus

Les Suisses désavouent la droite populiste

Dernière modification : 02/06/2008

Les Suisses ont refusé à près de 64 % de durcir les conditions de naturalisation des étrangers. Un échec cinglant pour le parti de droite l'Union démocratique du centre qui jouait pourtant sur son meilleur terrain : la peur de l'étranger.

Les Suisses ont infligé dimanche un cuisant revers à la droite populiste en refusant à une très nette majorité de durcir les conditions de naturalisation des étrangers et en la désavouant également dans deux autres scrutins.
   
Ils ont été 63,8% à refuser le projet de naturalisations "démocratiques", par vote direct des citoyens. Le résultat a cependant été plus serré dans la Suisse alémanique que dans la Suisse romande francophone. Sur les 26 cantons suisses, seul le canton rural alémanique de Schwyz (centre) a approuvé, à 59,9%, la proposition de l'Union démocratique du centre (UDC, droite populiste).
   
Ce camouflet est infligé moins de six mois après que le premier parti politique suisse (29% des voix aux dernières élections législatives) eût décidé de passer dans l'opposition en raison de l'éviction du gouvernement de son leader Christoph Blocher.
   
L'échec est d'autant plus cinglant qu'avec sa proposition de naturalisations "démocratiques", l'UDC enfourchait un cheval de bataille --la peur de l'étranger-- qui l'a jusqu'ici toujours emmené à la victoire.
   
Le parti populiste proposait que les candidatures à la naturalisation puissent être approuvées --ou rejetées-- par un vote populaire dans les communes, sans recours possible, et non plus agréées par une commission ad hoc comme c'est le cas actuellement.
   
La Suisse applique le droit du sang et les 20,7% d'étrangers recensés en 2006 ne peuvent acquérir la nationalité helvétique qu'au terme d'une procédure de naturalisation très encadrée.
   
Il leur faut pour cela résider en Suisse depuis au moins 12 ans, être intégrés à la communauté et accoutumés au mode de vie, selon les termes des autorités fédérales.
   
En fin de campagne, face à des sondages défavorables, l'UDC avait tenté de recentrer le débat sur la criminalité des étrangers. Des placards publicitaires étaient apparus dans la presse pour dénoncer "la violence des jeunes étrangers naturalisés", en égrenant des faits divers impliquant des jeunes d'origine étrangère.
   
"L'UDC était seule contre tous", a commenté le député UDC Yves Nidegger pour relativiser la défaite de son parti.
   
Le  Conseil fédéral (gouvernement) et la majorité du parlement s'étaient prononcés contre l'initiative, accusée de conduire à la discrimination et à l'arbitraire.
   
Même la ministre UDC de la police et de la justice Eveline Widmer-Schlumpf, désavouée par son parti pour avoir accepté la place du leader au gouvernement, s'était prononcée contre la naturalisation par vote populaire. "Cela a encore contribué à désorienter l'électorat", a estimé M. Nidegger.
   
Le parti populiste a d'ailleurs entériné la rupture dimanche avec la ministre en prononçant son exclusion, ainsi que celle de sa section cantonale, coupable d'avoir refusé de la sanctionner.
   
Les électeurs ont également rejeté à une écrasante majorité deux autres initiatives soutenues par l'UDC.
   
La droite populiste a été désavouée par 75,2% des voix sur la proposition de loi dite "muselière" visant à interdire au gouvernement de s'exprimer dans le cadre des campagnes de référendums ou "votations" qui émaillent la vie politique suisse.
   
Les électeurs ont également été 69,5% à rejeter un article constitutionnel favorable aux assureurs privés dans le financement du système d'assurance maladie.

Première publication : 01/06/2008

COMMENTAIRE(S)