Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Présidentielle : Le Gabon suspendu à la décision de la Cour Constitutionnelle

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Attentats aux États-Unis: la peur du terrorisme ravivée (partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Mort d'un homme noir tué par la police aux États-Unis: racisme ou dérapage ? (partie 1)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Quelle politique mener à l'égard des réfugiés en Europe ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Budget de l'État 2017 : le grand bluff ?

En savoir plus

TECH 24

La dictature des algorithmes

En savoir plus

FOCUS

Adulé ou conspué : Jeremy Corbyn, une figure qui divise le Labour au Royaume-Uni

En savoir plus

#ActuElles

Pénélope Bagieu raconte en BD l'histoire de 15 héroïnes culottées

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Djihad" ou l'art comme rempart à l'extrémisme

En savoir plus

L'Espagne cherche des liens entre les Farc et l'ETA

Dernière modification : 05/06/2008

La justice espagnole soupçonne l'organisation indépendantiste basque ETA d'avoir noué des liens avec les Farc. Elle se base sur des données trouvées dans l'ordinateur de l'ex-numéro deux de la guérilla colombienne. (Récit : E. Allain)

La justice espagnole va enquêter sur l'existence présumée de liens entre l'organisation indépendantiste basque ETA et les Farc, à la suite de la récente découverte de données dans l'ordinateur de l'ex-numéro deux de la guérilla colombienne, Raul Reyes, selon une source judiciaire.
  
Le parquet de l'Audience nationale, la plus haute instance pénale espagnole, "va adresser une commission rogatoire à la Colombie pour lui demander de lui fournir toute information qu'elle pourrait détenir sur des liens entre les Farc et l'organisation basque ETA", a indiqué cette source lundi à l'AFP.
  
Parallèlement, la justice espagnole demandera à la police et la garde civile espagnoles d'enquêter sur les relations entre les deux organisations.
  
Plusieurs documents contenus dans les fichiers de l'ordinateur de Raul Reyes, révèleraient l'existence de liens entre les deux organisations.
  
Cette information se fonde, selon le gouvernement colombien, sur des échanges de courriers datant de cinq ans, découverts dans des ordinateurs saisis dans un camp des Farc en Equateur, après un raid militaire colombien au cours duquel Raul Reyes, avait été tué en mars.
  
Le vice-président colombien Francisco Santos a affirmé vendredi que les Farc avaient projeté un attentat à Madrid avec la complicité de l'ETA, ce qu'a démenti une agence proche de la guérilla.
  
La guérilla marxiste a cherché à obtenir des contacts avec l'ETA afin de commettre un attentat contre des fonctionnaires colombiens dans la capitale espagnole, avait ajouté M. Santos.
  
"La police et le ministère de la Défense sont en train d'analyser les rapports entre les Farc et l'ETA, mais c'est un des risques qu'il faut assumer", avait assuré M. Santos à la radio colombienne RCN.
  
Le vice-président avait indiqué qu'il était lui-même visé par l'attentat prévu à Madrid, ainsi que l'ancien président colombien Andres Pastrana et l'ex-ambassadrice en Espagne, Noemi Sanin.
  
L'ETA, qui figure comme les Farc sur la liste des organisations terroristes de l'Union européenne, est tenue pour responsable de 823 morts en 40 ans d'attentats pour l'indépendance du Pays Basque.
  
Elle a entretenu par le passé des liens avec plusieurs régimes socialistes, comme l'Algérie, des guérillas sud-américaine et l'IRA, qui n'ont jamais débouché sur des actions concrètes avérées.

Première publication : 02/06/2008

COMMENTAIRE(S)