Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

8ème Jeux de la Francophonie: quelque 4000 athlètes réunis à Abidjan

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Claude Rich, un comédien unique

En savoir plus

À L’AFFICHE !

50 Cent, rencontre avec un rappeur hors norme

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Le bistrot, une tradition française qui se perd

En savoir plus

FOCUS

Irak : à Mossoul, le long chemin de la reconstruction

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Le mépris de Donald Trump envers l'État de droit"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

La BCE poursuit sa politique monétaire accommodante

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Macron : la fin de l'état de grâce ?"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Football : la Coupe d'Afrique des nations fait sa révolution

En savoir plus

La justice turque refuse le voile à l'université

Dernière modification : 06/06/2008

La Cour constitutionnelle annule un amendement du parti islamo-conservateur au pouvoir en Turquie autorisant le port du foulard islamique dans les universités du pays, jugeant qu'il était contraire à la laïcité. (Récit : P.-L. Viollat)

La Cour constitutionnelle a annoncé avoir annulé jeudi un amendement du parti islamo-conservateur au pouvoir en Turquie autorisant le port du foulard islamique dans les universités du pays, jugeant qu'il est contraire à la laïcité.
  
Les 11 juges de la Cour se sont prononcés contre l'amendement estimant qu'il enfreignait les dispositions de la loi fondamentale mentionnant le caractère laïc de la République de Turquie et qui sont non-amendables, souligne le communiqué,
  
Le verdict de la Cour constitue le pire scénario pour le Parti de la justice et du développement (AKP, issu de la mouvance islamiste), au pouvoir, qui a fait passer l'amendement en février. Car ce scénario pourrait préfigurer une dissolution de cette formation qui a divisé la société turque en autorisant le port du voile dans les facultés au grand dam du camps laïc.
  
Les mêmes juges doivent se prononcer dans les mois à venir sur une procédure séparée, celle sur une interdiction de l'AKP, au pouvoir depuis 2002, pour activités contraires à la laïcité.
  
L'amendement sur le port du voile islamique sur les campus est l'un des principaux arguments du procureur de la Cour de cassation qui a réclamé l'interdiction de l'AKP et le bannissement de politique pour cinq ans pour 71 de ses membres, dont le Premier ministre Recep Tayyip Erdogan.

Première publication : 05/06/2008

COMMENTAIRE(S)