Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"L'écureuil et le serpent"

En savoir plus

FOCUS

El Hierro, première île 100 % énergies renouvelables, peut-elle être un modèle pour la planète ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Obama et les attentes irréalistes des noirs américains"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Montréal, toute une histoire

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Moins d'un français sur deux est imposable

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Vers une police sous surveillance ?

En savoir plus

DÉBAT

Syrie : la guerre oubliée

En savoir plus

DÉBAT

Centrafrique : comment sortir de l'impasse?

En savoir plus

SUR LE NET

Le web se met au « Ice Bucket Challenge » pour la bonne cause

En savoir plus

  • Gaza : la trêve une nouvelle fois rompue, Israël vise un chef du Hamas

    En savoir plus

  • Quand l’Égypte sermonne Washington sur les émeutes de Ferguson

    En savoir plus

  • Reportage : les combattants kurdes reprennent le barrage de Mossoul

    En savoir plus

  • Présidentielle 2017 : Alain Juppé candidat à la primaire de l'UMP

    En savoir plus

  • Glissements de terrain meurtriers à Hiroshima

    En savoir plus

  • Steve Ballmer, le directeur général de Microsoft, annonce son retrait

    En savoir plus

  • L'État islamique annonce avoir décapité un journaliste américain

    En savoir plus

  • L'armée irakienne attaque les jihadistes sur plusieurs fronts

    En savoir plus

  • L'opposition pakistanaise pénètre dans la zone rouge d’Islamabad

    En savoir plus

  • Libération : raconter l’été 44 au-delà des "moments de gloire et de triomphe"

    En savoir plus

  • Ligue 1 : une enquête judiciaire ouverte après le coup de tête de Brandao

    En savoir plus

  • Championnat d'Europe : Florent Manaudou vainqueur ex æquo sur 50 m papillon

    En savoir plus

  • Le prince saoudien braqué à Paris est un fils du roi Fahd mort en 2005

    En savoir plus

  • Émeutes de Ferguson : les États-Unis face à leurs vieux démons racistes

    En savoir plus

  • Carte interactive : "Ici est tombé" pour la Libération de Paris

    En savoir plus

  • Libération de Paris : "J'accueillais mes libérateurs"

    En savoir plus

  • Dans l’est de l'Ukraine, Lougansk en proie à d’intenses combats

    En savoir plus

  • Le pape François ouvre davantage la voie à la béatification de Mgr Romero

    En savoir plus

Plaques minéralogiques, la fin du terroir mobile ?

Dernière modification : 16/06/2008

Avec la réforme du système d'immatriculation, les numéros de département disparaîtront des plaques minéralogiques à partir de janvier 2009. Regrets et réjouissances : réactions choisies de nos internautes.

La mesure la plus visible – et polémique - de la réforme est la suppression du numéro du département qui, jusqu’à présent, terminait l’immatriculation du véhicule. Autre nouveauté notable, le numéro d’immatriculation sera attribué à un véhicule pour toute sa durée de vie. Le propriétaire pourra toutefois, s’il le veut, faire figurer à l’extrémité droite de la plaque le numéro d’un département écrit en blanc. Celui-ci devra être alors surmonté du logo de la région correspondante.

 

Plusieurs internautes s’émeuvent de cette réforme, en évoquant la charge symbolique attachée à la notion de département. « Le numéro départemental sur les plaques d'immatriculation, c'était un peu voyager avec son terroir, afficher son identité chez les autres », écrit renmi21. Jean-Pierre pose cette question : « Comment apprendre les départements sur les routes de France ? Et les concours en voiture pendant les embouteillages ? » C’était en effet un classique pour occuper les enfants lors des voyages en voiture : deviner quel département se cache derrière un numéro, ou bien encore établir des classements. Frédéric B. regrette pour sa part cette uniformisation. « La vigueur et la beauté d'un pays, d'un continent, d'un peuple, d'un monde est toujours dans sa diversité, estime t-il. (…) C'est le plus grand défaut de nos technocrates européens de ne pas savoir valoriser les différences ».

 

Quant à Eric, cette polémique l’accable. « Quelle tristesse d'avoir systématiquement une résistance à tout changement. Avant de penser à tous les inconvénients possibles pensez plutôt aux avantages d'avoir une plaque à vie (financiers, administratifs et autres). »

 
Comme pour mettre un terme au débat, un internaute donne un conseil à « ceux qui veulent toujours être remarqués pour leur département ». « C’est simple, dit-il, il leur suffit de faire apposer leur département à droite de leur plaque, et voilà le tour le tour est joué, donc arrêtons cette polémique qui ne sert rien ». Quant à nous, laissons à une certaine MissCee le soin de conclure : « Le constat que j'en tire : que des râleurs.... vous vous rendez compte que cet article a plus de commentaires que n'importe quel autre article !? Arrêtez-donc de pleurnicher vous autres, le numéro du département sera juste à droite, plus petit (certes) ...mais toujours là ! »

Première publication : 05/06/2008

COMMENTAIRE(S)