Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Afrique du Sud : violentes manifestations à Mahikeng

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

La fin d'une ère : Arsène Wenger quitte Arsenal

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Contestation sociale en France : l'impossible concertation ?

En savoir plus

VOUS ÊTES ICI

Dans la peau d'un batelier du Nord

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Le géant américain Starbucks accusé de racisme

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Emmanuel Macron peut-il réformer la Zone euro ?

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Café en capsules : "L'impact écologique est considérable"

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Qui a peur de la dette ?

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Le succès des monnaies locales

En savoir plus

Plaques minéralogiques, la fin du terroir mobile ?

Dernière modification : 16/06/2008

Avec la réforme du système d'immatriculation, les numéros de département disparaîtront des plaques minéralogiques à partir de janvier 2009. Regrets et réjouissances : réactions choisies de nos internautes.

La mesure la plus visible – et polémique - de la réforme est la suppression du numéro du département qui, jusqu’à présent, terminait l’immatriculation du véhicule. Autre nouveauté notable, le numéro d’immatriculation sera attribué à un véhicule pour toute sa durée de vie. Le propriétaire pourra toutefois, s’il le veut, faire figurer à l’extrémité droite de la plaque le numéro d’un département écrit en blanc. Celui-ci devra être alors surmonté du logo de la région correspondante.

 

Plusieurs internautes s’émeuvent de cette réforme, en évoquant la charge symbolique attachée à la notion de département. « Le numéro départemental sur les plaques d'immatriculation, c'était un peu voyager avec son terroir, afficher son identité chez les autres », écrit renmi21. Jean-Pierre pose cette question : « Comment apprendre les départements sur les routes de France ? Et les concours en voiture pendant les embouteillages ? » C’était en effet un classique pour occuper les enfants lors des voyages en voiture : deviner quel département se cache derrière un numéro, ou bien encore établir des classements. Frédéric B. regrette pour sa part cette uniformisation. « La vigueur et la beauté d'un pays, d'un continent, d'un peuple, d'un monde est toujours dans sa diversité, estime t-il. (…) C'est le plus grand défaut de nos technocrates européens de ne pas savoir valoriser les différences ».

 

Quant à Eric, cette polémique l’accable. « Quelle tristesse d'avoir systématiquement une résistance à tout changement. Avant de penser à tous les inconvénients possibles pensez plutôt aux avantages d'avoir une plaque à vie (financiers, administratifs et autres). »

 
Comme pour mettre un terme au débat, un internaute donne un conseil à « ceux qui veulent toujours être remarqués pour leur département ». « C’est simple, dit-il, il leur suffit de faire apposer leur département à droite de leur plaque, et voilà le tour le tour est joué, donc arrêtons cette polémique qui ne sert rien ». Quant à nous, laissons à une certaine MissCee le soin de conclure : « Le constat que j'en tire : que des râleurs.... vous vous rendez compte que cet article a plus de commentaires que n'importe quel autre article !? Arrêtez-donc de pleurnicher vous autres, le numéro du département sera juste à droite, plus petit (certes) ...mais toujours là ! »

Première publication : 05/06/2008

COMMENTAIRE(S)