Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

À L’AFFICHE !

Le coup de foudre aquatique de Samir Guesmi

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Turquie : les enfants syriens à l'usine plutôt qu'à l'école

En savoir plus

FOCUS

Le lithium bolivien : une arlésienne ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Brexit : "See EU Later !"

En savoir plus

FACE À FACE

Brexit : le sursaut des politiques français

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Gare aux Vikings !"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Attentat à Madagascar : trois morts dont un bébé et 88 blessés dans un stade

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Pourquoi la France a-t-elle soutenu le régime criminel d'Hissène Habré au Tchad ?

En savoir plus

LE DÉBAT

Brexit, acte 2 : un divorce à l'amiable ?

En savoir plus

Le cofondateur de Google fera du tourisme dans l'espace

Dernière modification : 14/06/2008

Sergey Brin, cofondateur de Google, sera l'un des deux premiers touristes de l'espace à aller sur la Station spatiale internationale (ISS) en 2011. Le prix du ticket coûte cinq millions de dollars.

L'un des deux cofondateurs de Google, Sergey Brin, a réservé sa place pour un vol spatial prévu en 2011 à bord d'un vaisseau russe Soyouz, selon l'édition de mercredi du quotidien New York Times.

Selon le quotidien, Space Adventures, une entreprise basée en Virginie (est) qui permet à de richissimes clients de faire du tourisme spatial à bord de vaisseaux Soyouz qui rejoignent la Station spatiale internationale (ISS), prévoit d'affréter son propre vol sur un Soyouz en 2011.

Sergey Brin y occupera l'une des deux places disponibles et a déjà versé à Space Adventures la somme de 5 millions de dollars. "Je crois très fort à l'exploration et au développement commercial de l'espace et j'ai hâte d'avoir la possibilité d'aller dans l'espace", a-t-il déclaré dans un communiqué.

Space Adventure, qui a déjà envoyé cinq touristes dans l'espace, devait annoncer officiellement la nouvelle mercredi à New York au cours d'une conférence de presse.

Première publication : 11/06/2008

COMMENTAIRE(S)