Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Pierre Claver Mbonimpa blessé par balles à Bujumbura

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Burundi: le spectre de l'escalade

En savoir plus

DÉBAT

John Kerry au Moyen-Orient : comment rassurer les pays du Golfe ?

En savoir plus

DÉBAT

Raids turcs en Irak et en Syrie : l'offensive contre l'EI et le PKK s'intensifie (Partie 2)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La Seine : le XXIème arrondissement de Paris

En savoir plus

INTELLIGENCE ÉCONOMIQUE

Le yoga, nouvelle arme d'influence

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

PKK, organisation de l’État islamique : le double jeu d’Erdogan

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Grèce : la bourse d'Athènes rouvre dans le rouge après 5 semaines de fermeture

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Nucléaire iranien : John Kerry tente de rassurer les monarchies du Golfe

En savoir plus

Le sort des Bleus entre les mains des Roumains

Dernière modification : 17/06/2008

La France et l'Italie se retrouvent mardi soir pour tenter de se qualifier pour les quarts de finale de l'Euro 2008. Si les Pays-Bas perdent contre la Roumanie, Français et Italiens seront éliminés. (Reportage : W. Bracciano)

Pour voir tous les résultats de l'Euro 2008 et les commentaires de nos Observateurs, cliquez ici.

 

La France et l'Italie, finalistes du Mondial-2006 claudicants, se retrouvent mardi à Zurich pour une sorte de "finale" du groupe C, dit "de la mort", dans un match qui ne servira à rien si la Roumanie gagne contre les Pays-Bas, éliminant ainsi Français et Italiens.


CALCULS

Pour la France, c'est très simple: il faut gagner et prier pour que la Roumanie ne gagne pas contre les Pays-Bas. Même chose pour l'Italie, qui possède en outre un "mini joker". Un nul peut éventuellement suffire à la Nazionale, toujours dans le cas où les Roumains perdent, en fonction du nombre de buts italiens marqués et ceux encaissés par les Roumains. "Même si je n'ai pas tout compris aux calculs, je crois qu'on a un peu plus de chance de passer", résume Buffon. "Il faut faire le match de notre vie", tranche le gardien italien. "On a un match plus qu'excitant à faire mardi contre l'Italie, avec beaucoup de tension, mais c'est pour ça qu'on est professionnel, pour croire en un exploit", lance son homologue français Coupet.


MORAL


Il est en berne chez les Bleus après leur nul poussif contre la Roumanie (0-0) et la "gifle", le mot est de Ribéry, reçue face aux Pays-Bas (4-1). Avant le tournoi les Français baignaient dans une confiance incroyable. Gallas lançait le 25 mai: "Cette équipe de France, je la sens bien". "On a un peu la tête dans le sac", confie aujourd'hui Coupet. Les joueurs de Raymond Domenech se remettront-ils d'être tombés de si haut?

Les champions du monde ont touché le fond lors de leurs débuts contre les Néerlandais (3-0). A défaut d'être irrésistibles, ils sont ensuite apparus en progrès face à la Roumanie (1-1). "On a donné des signes de reprise", relève ainsi Buffon, qui estime qu'une dynamique positive s'est enclenchée.


FORME

La vitesse des Sneijder, Robben et Van Persie a fait cruellement ressortir le grand âge des défenseurs français, avec un Thuram payant ses 36 ans, et Sagnol souffrant de sa saison passée à l'infirmerie au Bayern. Quant à Vieira, il l'a annoncé lui même lundi soir: il ne peut pas jouer, pas encore suffisamment remis de sa déchirure à la cuisse gauche. "Ca 'fout les boules'", a-t-il lâché devant la presse, évoquant des "incohérences" dans le traitement médical de sa blessure, sans vouloir aller plus loin. Voilà en tout cas un triste remake de la cuisse de Zidane en 2002.

Materazzi, celui que les Français adorent détester, complètement dépassé face aux Néerlandais, a ainsi perdu pour de bon sa place en défense centrale au profit de Chiellini, plus jeune et plus dynamique. Au milieu, la paire milanaise Gattuso-Pirlo n'est pas non plus au meilleure de sa forme. Gattuso, sur le banc face à la Roumanie, pourrait néanmoins retrouver sa place de titulaire. Pirlo, lui, très en-deçà de son niveau, et même s'il est le seul vrai créateur, pourrait quant à lui faire le chemin en sens inverse au profit d'un milieu plus "musclé" avec Gattuso, De Rossi et Ambrosini.


TACTIQUE

Domenech devrait revenir à un 4-4-2 avec un duo Henry-Benzema, celui privilégié dans les matches de préparation. Malouda devrait céder sa place à Ribéry à gauche, tandis que Govou devrait être milieu droit. Makelele et Toulalan devraient assurer le verrou au milieu. Les questions sont en défense. Domenech osera-t-il toucher à Thuram et ses 142 sélections? Sagnol sera-t-il laissé sur le banc? Si oui, Abidal et Clerc pourraient les remplacer dans une défense où Gallas et Evra resteraient devant Coupet.

Donadoni devrait une nouvelle fois procéder à des modifications dans son équipe. La défense va demeurer inchangée avec Zambrotta, Panucci, Chiellini et Grosso devant Buffon. Mais, en attaque, le sélectionneur pourrait à nouveau se passer de Del Piero, décevant contre les Roumains, et revenir à un système à trois avec Toni en pointe, entouré de Di Natale ou Camoranesi à gauche et Cassano à droite. Ce dernier, s'il est titularisé après deux entrées en jeu plus que correctes, doit apporter la créativité et la fantaisie qui ont jusqu'ici considérablement manqué.

 

Première publication : 17/06/2008

COMMENTAIRE(S)