Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Christophe de Margerie, entre hommages et polémiques

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Ebola : le Nigeria n'est plus touché par l'épidémie

En savoir plus

FOCUS

Londres, capitale des ultra-riches

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

France - Allemagne : vers un accord sur l'investissement

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Le groupe Total frappé au coeur par le décès de son PDG

En savoir plus

SUR LE NET

États-Unis : des costumes "Ebola" pour Halloween critiqués en ligne

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Ce que veut la Turquie"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les yeux doux d'Angela Merkel"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Ebola : Jim Yong Kim, président de la Banque mondiale, appelle à la mobilisation

En savoir plus

Les Etats-Unis appellent à l'ouverture des marchés chinois

Dernière modification : 18/06/2008

A l'occasion d'une session de "dialogue économique et stratégique" américano-chinois, les Etats-Unis ont appelé mardi la Chine à favoriser l'ouverture des marchés. (Récit : G. Couderc)

 

Les Etats-Unis ont appelé mardi la Chine à favoriser l'ouverture des marchés, alors que les deux pays entament un "dialogue économique stratégique" pour apaiser les tensions sur la monnaie, contrer les mesures protectionnistes et renforcer la sécurité énergétique.

Le secrétaire américain au Trésor, Henry Paulson, a souligné à l'ouverture de la rencontre à Annapolis (Maryland, est), que les difficultés économiques auxquelles sont confrontés les deux pays ne devaient pas engendrer de restrictions sur les échanges commerciaux ou les investissements.

"Tout en faisant face aux défis actuels, nous devons également nous concentrer sur les fondamentaux à long terme qui constituent la base d'une croissance durable dans nos deux pays", a dit M. Paulson qui mène la délégation américaine.

Il a dit qu'il entendait souligner que "le libre-échange, la concurrence et des économies ouvertes sont essentiels".

"L'ouverture et le commerce créent des emplois et des opportunités pour que les gens puissent sortir de la pauvreté, et sont nécessaires pour la croissance et la stabilité - en Chine comme aux Etats-Unis", a déclaré M. Paulson, au côté du vice-Premier ministre chinois Wang Qishan.

M. Wang, qui mène la délégation chinoise et participait pour la première fois à ce rendez-vous bi-annuel instauré en 2006 par les présidents George W. Bush et Hu Jintao, a appelé de son côté à ne pas politiser les questions économiques.

"Dans un effort pour résoudre les mésententes et différences entre les deux pays via le dialogue, et pour réduire les malentendus, nous devrions éviter que les grandes questions économiques ne soient politisées et compliquées", a-t-il dit.

Mais le gouverneur de la Banque centrale chinoise Zhou Xiaochuan a été plus critique, mettant en garde contre la chute du dollar qui fait grimper les prix du pétrole et des matières premières, attise les risques d'inflation et fragilise les pays en développement.

Cette hausse des matières premières provoque aussi une "pression croissante" sur la monnaie chinoise qui "va conduire à l'inflation". "Beaucoup de pays en développement le ressentent déjà", a déclaré M. Zhou.

Le dollar continue de baisser en dépit de l'accélération de l'inflation, sur fond de spéculation de la hausse des taux d'intérêt. Le yuan s'est pour sa part apprécié de 20% par rapport au dollar depuis trois ans.

La Chine et les Etats-Unis ont exprimé leur inquiétude face aux pressions protectionnistes suscitées par les difficultés économiques, alimentées par une hausse des prix des carburants et des produits alimentaires et une instabilité des marchés financiers.

Au cours de ces deux jours de discussions, les représentants américains doivent également évoquer la question de la valeur du yuan, qui selon certains est maintenu artificiellement bas, ce qui influe sur la balance commerciale entre les deux pays.

Les Etats-Unis, deuxième partenaire commercial de la Chine, ont accusé l'an dernier avec Pékin un déficit commercial record de 256,2 milliards de dollars.

A la veille de la rencontre, une série d'accords commerciaux d'une valeur totale de 13,6 milliards de dollars ont été signés par des entreprises américaines et chinoises.

Les pourparlers devraient déboucher sur l'annonce de l'ouverture de négociations sur un traité d'investissement bilatéral.

Au cours de la dernière série de pourparlers à Pékin en décembre, les deux pays, plus gros pollueurs et principaux importateurs de pétrole de la planète, avaient annoncé un plan de coopération sur 10 ans sur la sécurité énergétique, dont l'application pourrait être précisée à Annapolis.

 

Première publication : 18/06/2008

COMMENTAIRE(S)