Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Gambie : Yahya Jammeh accepte de quitter le pouvoir d'après Barrow

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Davos 2017 : "On ne doit pas jouer à se faire peur", tempère Maurice Lévy

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Davos 2017 : "Trump est un nouveau Madoff", estime Jacques Attali

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Paul Polman : "Les fruits de la globalisation doivent être distribués de façon plus juste"

En savoir plus

FOCUS

Aux États-Unis, le désarroi et la colère des opposants à Donald Trump

En savoir plus

TECH 24

Satellites : les nouveaux maîtres du ciel

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Enseigner autrement : de nouvelles méthodes pour réinventer l'école

En savoir plus

#ActuElles

Russie : les violences domestiques bientôt dépénalisées ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Sabrina Ouazani, le cinéma avec le sourire

En savoir plus

Lagarde pour une meilleure gouvernance mondiale

Dernière modification : 22/06/2008

La ministre française de l'Economie Christine Lagarde rappelle, dans une interview à la BBC, la nécessité pour les marchés financiers de proposer une meilleure gouvernance mondiale. Elle a notamment évoqué le cas du marché pétrolier.

La ministre française de l'Economie Christine Lagarde a déclaré dans une interview diffusée jeudi par la BBC qu'une meilleure gouvernance internationale était nécessaire pour les marchés financiers.

S'exprimant en anglais dans une interview enregistrée mercredi, Mme Lagarde a estimé que les difficultés économiques mondiales attendent des "solutions régionales". Selon la ministre, une "meilleure gouvernance internationale en matière de marché financiers" est nécessaire.

"Cela pourrait très bien être le cas concernant le pétrole -- un consensus et des solutions bien étudiées seront nécessaires entre les pays producteurs et les pays consommateurs", a-t-elle dit.

Mme Lagarde s'exprimait peu avant la conférence pétrolière, qui se tiendra dimanche à Djeddah en Arabie saoudite. Les pays consommateurs confrontés au "troisième choc pétrolier" espèrent amorcer à Djeddah un dialogue constructif avec les producteurs, et attendent de l'Arabie saoudite une hausse de production en gage de sa bonne volonté.
 

Première publication : 20/06/2008

COMMENTAIRE(S)