Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Simone Gbagbo rejette toutes les charges au premier jour de son procès à Abidjan

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Hugo Lloris : "On a envie d'aller le plus loin possible pendant l'Euro"

En savoir plus

FOCUS

Terrorisme au Bangladesh : des activistes visés par Al-Qaïda et l'EI

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Le mystère Henri Pick", une enquête littéraire signée David Foenkinos

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Des pénuries en série au Venezuela et l'industrie du jeu vidéo africain

En savoir plus

LE DÉBAT

Hissene Habré condamné, un verdict pour l'exemple ? (partie 1)

En savoir plus

LE DÉBAT

Hissene Habré condamné, un verdict pour l'exemple ? (partie 2)

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Gare au gorille"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Le costard d'Emmanuel Macron"

En savoir plus

Lagarde pour une meilleure gouvernance mondiale

Dernière modification : 22/06/2008

La ministre française de l'Economie Christine Lagarde rappelle, dans une interview à la BBC, la nécessité pour les marchés financiers de proposer une meilleure gouvernance mondiale. Elle a notamment évoqué le cas du marché pétrolier.

La ministre française de l'Economie Christine Lagarde a déclaré dans une interview diffusée jeudi par la BBC qu'une meilleure gouvernance internationale était nécessaire pour les marchés financiers.

S'exprimant en anglais dans une interview enregistrée mercredi, Mme Lagarde a estimé que les difficultés économiques mondiales attendent des "solutions régionales". Selon la ministre, une "meilleure gouvernance internationale en matière de marché financiers" est nécessaire.

"Cela pourrait très bien être le cas concernant le pétrole -- un consensus et des solutions bien étudiées seront nécessaires entre les pays producteurs et les pays consommateurs", a-t-elle dit.

Mme Lagarde s'exprimait peu avant la conférence pétrolière, qui se tiendra dimanche à Djeddah en Arabie saoudite. Les pays consommateurs confrontés au "troisième choc pétrolier" espèrent amorcer à Djeddah un dialogue constructif avec les producteurs, et attendent de l'Arabie saoudite une hausse de production en gage de sa bonne volonté.
 

Première publication : 20/06/2008

COMMENTAIRE(S)