Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

François Hollande maintient le cap malgré la claque électorale

En savoir plus

DÉBAT

Départementales en France : la droite gagne, la gauche encaisse, le FN trébuche (partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

Départementales en France : la droite gagne, la gauche encaisse, le FN trébuche (partie 1)

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Grèce : Tsipras veut "un compromis honnête" avec les créanciers

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Jackson Pollock et le Moyen-Orient "

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Départementales : un humour déplacé ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Quelle gauche ?"

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Le Nigeria attend dans la fébrilité les résultats de la présidentielle

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Antonio Costa : "Avec l'Euro, il y a quelques gagnants mais beaucoup de perdants"

En savoir plus

Qualification historique de la Turquie pour les demi-finales

Dernière modification : 23/06/2008

La Turquie s'est qualifiée pour la première fois de son histoire pour les demi-finales de l'Euro en battant la Croatie 3-1 aux tirs au but (1-1). Elle affrontera au tour suivant l'Allemagne, le 25 juin à Bâle. (Récit J. Knock)

Pour voir tous les résultats de l'Euro 2008 et les commentaires de nos Observateurs, cliquez ici.

 

 La Turquie, qui s'est imposée 3 à 1 lors de la séance de tirs au but (1-1 à la fin de la prolongation, 0-0 à la fin du temps réglementaire) au terme d'une rencontre où la Croatie avait cru avoir match gagné pendant trois minutes, s'est qualifiée pour les demi-finales de l'Euro-2008, vendredi à Vienne.
   
En demi-finales, la Turquie affrontera l'Allemagne, qui, elle, a fait forte impression en battant le Portugal (3-2), jeudi à Bâle (Suisse).
   
A la 119e minute, la Croatie pensait avoir fait le plus dur en prenant  l'avantage grâce à un but de la tête de Klasnic. Mais les Turcs, démontrant une nouvelle fois qu'ils ne renonçaient absolument jamais, trouvaient les ressources pour égaliser à la dernière seconde du match grâce à nouveau but de la tête, signé Semih (120+2)!
   
Lors du dernier match de poules, contre la République tchèque, ils avaient déjà livré quinze folles dernières minutes pour faire passer le score de 0-2 à 3-2, grâce notamment à un doublé de Nihat (87, 89) et à la maladresse du gardien Cech.
   
Comme lorsqu'ils avaient battu l'Allemagne (2-1) en poules, les Croates ont pourtant maîtrisé le jeu. Mais ils se sont montrés moins flamboyants et, surtout, moins efficaces devant le but malgré une nette domination, notamment lors de la deuxième période.
   
Les Turcs, eux, manifestement fatigués par les trois matches de poules au cours desquels ils s'étaient battus comme des lions, n'ont que très rarement créé le danger. Mais, moins maladroits dans la séance de tirs au but, c'est eux qui poursuivent leur chemin.
   
Contre l'Allemagne, ils devront cependant faire sans trois joueurs suspendus, en plus du gardien Volkan: Arda, Emre Asik et Tuncay, avertis au cours de la rencontre.
   
Au cours de la première période, les deux formations s'étaient plus ou moins neutralisées.
   
Côté croate, Srna ne parvenait d'abord pas à exploiter une passe en retrait de Rakitic (7), puis Olic, à la réception d'un centre de Modric, voyait sa tête repoussée par la barre (18). A cette dernière occasion, assurément la plus dangereuse du match, la Turquie répondait par une seule frappe, lointaine et puissante, de Topal rasant le poteau droit (38).
   
En deuxième période, la domination était en revanche totalement croate. Mais la maladresse aussi. Face à des Turcs qui avaient livré un premier tour éprouvant, les joueurs de Slaven Bilic faisaient parler leur vitesse.
   
Mais Kranjcar échouait d'abord sur Rüstü (55), avant que Rakitic tire au-dessus (72) et qu'Olic ne cadre pas sa tête (72). Sur coups de pieds arrêtés, la réussite n'était pas davantage au rendez-vous, deux coups francs de Srna étant détourné (83), puis arrêté (90+1) par Rüstü.
   
En prolongation, la Croatie baissait nettement de pied et, comme en première période, c'est une frappe du Turc Tuncay, juste à gauche du poteau, qui donnait quelques frissons (112) avant les trois dernières minutes de folie.
  

 

Première publication : 20/06/2008

COMMENTAIRE(S)