Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Présidentielle : Le Gabon suspendu à la décision de la Cour Constitutionnelle

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Attentats aux États-Unis: la peur du terrorisme ravivée (partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Mort d'un homme noir tué par la police aux États-Unis: racisme ou dérapage ? (partie 1)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Quelle politique mener à l'égard des réfugiés en Europe ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Budget de l'État 2017 : le grand bluff ?

En savoir plus

TECH 24

La dictature des algorithmes

En savoir plus

FOCUS

Adulé ou conspué : Jeremy Corbyn, une figure qui divise le Labour au Royaume-Uni

En savoir plus

#ActuElles

Pénélope Bagieu raconte en BD l'histoire de 15 héroïnes culottées

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Djihad" ou l'art comme rempart à l'extrémisme

En savoir plus

Fidel Castro dénonce l'"hypocrisie" des Européens

Dernière modification : 21/06/2008

Un site Internet officiel cubain publie une tribune du père de la révolution cubaine, qui dénonce l'"énorme hypocrisie" de l'Union européenne, qui a décidé vendredi de lever les sanctions contre Cuba. (Récit : P. Paccard)

Fidel Castro a qualifié vendredi la décision de l'Union Européenne (UE) de lever les sanctions contre Cuba d'"énorme hypocrisie", selon un article publié sur un site internet officiel.

"A mon âge et dans mon état de santé, on ne sait pas combien de temps il vous reste à vivre, mais je désire en tous cas faire part de mon mépris pour l'énorme hypocrisie que représente une telle décision", a déclaré le leader cubain dans une "prise de position" publiée par le site Cubadebate.cu.

"Cela est plus évident encore quand elle coincide avec la brutale mesure européenne d'expulsion des immigrants non autorisés venant des pays latino-américains, dont certains ont une population majoritairement d'origine européenne", a ajouté l'ex-président cubain, en allusion à la nouvelle loi de l'UE sur les sans-papiers, qui a déclenché de vives réactions en Amérique latine.

Le gouvernement cubain n'avait pas réagi vendredi à la levée des sanctions européennes, rapportée sans commentaire dans la presse officielle.

Fidel Castro, qui a renoncé à la présidence de Cuba en février dernier, a qualifié de "discréditée" la manière avec laquelle l'UE est parvenue jeudi à l'accord sur la levée des sanctions, imposées en 2003 après la vague de répression de la dissidence et suspendues depuis 2005.

La décision européenne n'aura "aucune conséquence économique pour notre pays. Au contraire, les lois extra-territoriales américaines tout comme leur blocus économique et financier continueront d'être pleinement en vigueur", ajoute le dirigeant cubain en allusion à l'embargo en vigueur depuis 48 ans.

"De Cuba, au nom des droits de l'homme, ils exigent l'impunité de ceux qui prétendent remettre, pieds et poings liés, la patrie et le peuple à l'impérialisme", écrit encore le leader cubain à propos des dissidents, officiellement qualifiés de "mercenaires" des Etats-Unis.

"La crise alimentaire et énergétique, les changements climatiques et l'inflation pressent les nations. L'impuissance politique règne, l'ignorance et les illusions tendent à se généraliser. Aucun gouvernement, et moins encore ceux de la République tchèque et de Suède, qui étaient rebelles à la décision de l'Union européenne, n'est capable de répondre de manière cohérente aux questions posées sur la table", tempête encore le leader cubain.

"J'ai beaucoup de choses à dire, mais cela suffit pour aujourd'hui", conclu-t-il en assurant: "Je ne veux pas importuner, mais je suis vivant et je pense".

Fidel Castro, qui aura 82 ans en août, poursuit sa convalescence depuis 25 mois dans un lieu tenu secret, d'où il a rencontré cette semaine le président du Venezuela Hugo Chavez et celui d'Uruguay, Tabaré Vasquez.
 

Première publication : 21/06/2008

COMMENTAIRE(S)