Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REPORTERS

Argentine : le bilan Kirchner

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les "MarocLeaks" inquiètent le pouvoir marocain

En savoir plus

#ActuElles

Jouets sexistes : le marketing des fabricants en cause

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Joyeux Noël... laïc !

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Cuba - États-Unis : la fin de la guerre froide ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

La Grèce fait trembler les marchés

En savoir plus

À L’AFFICHE !

La personnalité tourmentée de "Mr. Turner"

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : colère à Peshawar lors des funérailles des écoliers assassinés

En savoir plus

UNE COMÉDIE FRANCAISE

François Hollande, un recentrage à gauche ?

En savoir plus

Le recyclage des téléphones portables en débat à Bali

Dernière modification : 23/06/2008

Le sort des téléphones portables en fin de vie était au cœur des débats lundi en Indonésie, lors de la réunion annuelle des parties à la Convention de Bâle de 1992 sur les déchets dangereux.

La question du recyclage des téléphones portables en fin de vie sera au centre des débats de la Convention de Bâle sur les déchets dangereux, dont la réunion annuelle s'est ouverte lundi en Indonésie, a annoncé l'organisation.

"La réunion de Bali va envisager l'adoption de nouvelles directives techniques pour une gestion respectueuse de l'environnement des téléphones cellulaires usagés ou en fin de vie", a indiqué dans un communiqué l'organisation.

"L'utilisation de téléphones portables a crû de façon exponentielle depuis les premiers utilisateurs dans les années 1970, pour atteindre 1,76 milliard (d'unités) en 2004 et plus de 3 milliards en avril 2008. Tôt ou tard ces téléphones seront mis au rebut, dans leur entier ou en pièces détachées", a-t-elle ajouté.

Plus largement, les experts de la Convention de Bâle entendent lancer à Bali un Partenariat pour agir sur les équipements informatiques (PACE) visant à une meilleure gestion des déchets issus des ordinateurs.

Ils ont également prévu de discuter de la question du démantèlement des vieux navires. L'objectif est d'aboutir à un accord "clarifiant les conditions légales pour envoyer à la ferraille des navires obsolètes".

Le ministre indonésien de l'environnement, Rachmat Witoelar, a ouvert la conférence de cinq jours.

"En raison de sa nature d'archipel, avec le deuxième plus long rivage côtier du monde, l'Indonésie est vulnérable au trafic transfrontalier illégal de déchets toxiques", a-t-il déclaré.

La Convention de Bâle "pour le contrôle des mouvements transfrontières des déchets dangereux", entrée en vigueur en 1992, pose le principe que chaque pays est responsable de la gestion de ses propres déchets et conditionne leur exportation à l'accord préalable de l'Etat destinataire.

Sa réunion annuelle s'est ouverte dans la péninsule de Nusa Dua à Bali, où s'était tenue en décembre 2007 une conférence de l'ONU sur les changements climatiques.

Première publication : 23/06/2008

COMMENTAIRE(S)