Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Raids aériens, roquettes et propagande

En savoir plus

DÉBAT

Soudan du Sud : l'avenir sombre d'un pays jeune de trois ans (partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

Soudan du Sud : l'avenir sombre d'un pays jeune de trois ans (partie 1)

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Rwanda : les juges français mettent fin à l'instruction sur la mort de l'ex président Habyarimana

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Le cauchemar de la Seleçao

En savoir plus

FOCUS

La charia a-t-elle sa place dans le droit britannique?

En savoir plus

SUR LE NET

Kenya : l'opposition manifeste pour plus de démocratie

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Qu’est ce qu’on a fait au bon Dieu ?" : décryptage d’un phénomène

En savoir plus

DÉBATS POLITIQUES EN FRANCE

L'UMP en crise : entre dette et règlements de compte

En savoir plus

  • L'Argentine rejoint l'Allemagne en finale du Mondial

    En savoir plus

  • Terrorisme : la France se protège contre "les loups solitaires"

    En savoir plus

  • Tour de France : Chris Froome, vainqueur du Tour 2013, abandonne

    En savoir plus

  • Soudan du Sud : la trahison des héros de l’indépendance

    En savoir plus

  • Tueur à gage et flèche empoisonnée : les mystères de la tuerie de Chevaline

    En savoir plus

  • Rwanda : clôture de l’enquête française sur l’attentat contre Habyarimana

    En savoir plus

  • Les Femen poursuivies pour avoir dégradé les cloches de Notre-Dame de Paris

    En savoir plus

  • Cinquante-trois cadavres découverts par l’armée dans le centre de l’Irak

    En savoir plus

  • Jean-Baptiste de Franssu, ce Français nommé à la tête de la banque du Vatican

    En savoir plus

  • Brésil - Allemagne : "Les joueurs brésiliens ont souillé un maillot sacré"

    En savoir plus

  • Mondial-2014 : en Allemagne, une victoire jugée "inimaginable”

    En savoir plus

  • Le Hamas vise Jérusalem et Tel-Aviv, Israël poursuit ses raids

    En savoir plus

  • Présidentielle indonésienne : les deux candidats revendiquent la victoire

    En savoir plus

  • La Coalition nationale syrienne a élu un nouveau chef

    En savoir plus

  • Au 30 juin, la dette de l’UMP a atteint 74,5 millions d’euros

    En savoir plus

  • Pour Kiev, "la 'libération' de Donetsk risque de poser des problèmes"

    En savoir plus

  • Somalie : un assaut shebab sur le palais présidentiel repoussé

    En savoir plus

Le tramway de la discorde

©

Dernière modification : 24/06/2008

La construction du tramway de Jérusalem fait débat : simple service public de transport ou entreprise de rattachement des quartiers Est à la ville juive ? Au centre de la polémique, deux entreprises françaises. (Reportage : M. de Chalvron)

La municipalité de Jérusalem a lancé la construction d’une ligne de tramway qui parcourt la ville d’est en ouest. Le long du chantier, les avis divergent sur ce projet officiellement destiné à fluidifier la circulation à partir de 2010.


"Ils ont mis ce train pour les juifs, c’est tout : il n’y a pas une station dans la zone arabe", constate Mustapha Bachiti, un commerçant du quartier de Chouefat.


De là à dire que le tramway est un projet "colonial", il n’y a qu’un pas que certains n’hésitent pas à franchir. Pour ses détracteurs, le chantier vise avant tout à intégrer les implantations juives de Jérusalem Est à la partie Ouest de la ville, afin de rendre plus difficile toute division de la capitale en cas d’accord de paix.

 

Deux entreprises françaises

 

Les Israéliens récusent pourtant toute arrière-pensée politique. "Il y a cinq hôpitaux ici. Il faut faire en sorte que les gens – les arabes, les juifs, les musulmans – soient capables d’y aller. C’est ça qui nous importe", affirme Nadav Meroz, directeur des transports à la mairie de Jérusalem.


Deux entreprises françaises, Veolia et Alstom, participent à la mise en place du tramway. Des groupes palestiniens ont donc tenté de plaider leur cause auprès de la diplomatie française. "Il aurait fallu que le gouvernement français intervienne avant pour interdire aux entreprises de participer à un projet qui sert à ce point les intérêts israéliens", déclare Adnan Husseini, conseiller du président palestinien Mahmoud Abbas pour Jérusalem.


Leurs appels sont pour l’instant restés sans succès : la France juge qu’il s’agit là d’affaires privées.

Première publication : 24/06/2008

Comments

COMMENTAIRE(S)