Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FOCUS

Italie : la région désertée de Basilicate reprend vie grâce aux migrants

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Richard Bona, l'un des bassistes les plus doués de sa génération

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

L'Italie entre dans une zone d'incertitude

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"L'échec de Renzi: avoir sous-estimé la brutalité sociale de sa politique"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"La "castritude" selon Ségolène Royal"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Pierre Conesa : "L’Arabie saoudite a une diplomatie à deux facettes"

En savoir plus

ICI L'EUROPE

"La Turquie ne peut pas se passer de l'Europe"

En savoir plus

ICI L'EUROPE

UE : les populistes s'enracinent

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Brexit : bras de fer entre le gouvernement et la Haute Cour

En savoir plus

Sarkozy : la création d'un Etat palestinien est une "priorité"

Dernière modification : 24/06/2008

Lors de sa rencontre avec Mahmoud Abbas à Bethléem, le président français a déclaré qu'un Etat palestinien était une "priorité". Un soldat israélien se serait suicidé à Tel-Aviv, à proximité de la cérémonie de départ de Sarkozy.

Le président français Nicolas Sarkozy a affirmé mardi à Bethléem que la création d'un Etat palestinien était une "priorité" pour la France et a réitéré son appel à l'arrêt de la colonisation juive.
   
"Je l'ai dit à nos amis Israéliens, on ne résoudra pas l'injustice faite au peuple juif en créant les conditions d'une injustice pour le peuple palestinien", a déclaré M. Sarkozy lors d'une conférence de presse à l'issue d'un entretien avec le président palestinien Mahmoud Abbas.
   
"La sécurité d'Israel est non négociable pour la France, mais la création d'un Etat viable, démocratique, moderne pour les Palestiniens est une priorité pour la France", a-t-il ajouté.
   
"La France demande le gel de la colonisation, y compris à Jérusalem-est", a poursuivi le chef d'Etat français qui concluait une visite de trois jours en Israel et Cisjordanie.

Première publication : 24/06/2008

COMMENTAIRE(S)