Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Gabon : la CPI annonce l'ouverture d'un examen préliminaire

En savoir plus

TECH 24

Sex-tech : les technologies de l'intime

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Maudite courbe : comment faire baisser le chômage en France ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Clinton vs Trump : le match des programmes économiques

En savoir plus

#ActuElles

Laurence Rossignol : "Tout sexisme est insupportable"

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Dans les coulisses de la Fashion Week parisienne

En savoir plus

FOCUS

Venezuela : État déliquescent et lynchages de rue

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Jean Todt : "Être compétitif, c'est aussi être responsable"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Le "Grand jeu" de Céline Minard pour échapper au désordre du monde

En savoir plus

Sarkozy : la création d'un Etat palestinien est une "priorité"

Dernière modification : 24/06/2008

Lors de sa rencontre avec Mahmoud Abbas à Bethléem, le président français a déclaré qu'un Etat palestinien était une "priorité". Un soldat israélien se serait suicidé à Tel-Aviv, à proximité de la cérémonie de départ de Sarkozy.

Le président français Nicolas Sarkozy a affirmé mardi à Bethléem que la création d'un Etat palestinien était une "priorité" pour la France et a réitéré son appel à l'arrêt de la colonisation juive.
   
"Je l'ai dit à nos amis Israéliens, on ne résoudra pas l'injustice faite au peuple juif en créant les conditions d'une injustice pour le peuple palestinien", a déclaré M. Sarkozy lors d'une conférence de presse à l'issue d'un entretien avec le président palestinien Mahmoud Abbas.
   
"La sécurité d'Israel est non négociable pour la France, mais la création d'un Etat viable, démocratique, moderne pour les Palestiniens est une priorité pour la France", a-t-il ajouté.
   
"La France demande le gel de la colonisation, y compris à Jérusalem-est", a poursuivi le chef d'Etat français qui concluait une visite de trois jours en Israel et Cisjordanie.

Première publication : 24/06/2008

COMMENTAIRE(S)