Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Vol Air Algérie : l'enquête n'a mené à "aucune piste privilégiée"

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

  • Filière jihadiste : la PAF interpelle deux adolescentes à Marseille

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Migrants à Calais : Londres débloque 15 millions d'euros

    En savoir plus

  • Air France : la grève des pilotes prolongée jusqu'au 26 septembre

    En savoir plus

  • Tunisie : le président Moncef Marzouki candidat à sa réélection

    En savoir plus

  • Libération des otages turcs enlevés dans le nord de l'Irak

    En savoir plus

  • Ebola : Cuba fait perdurer la tradition de l’entraide médicale

    En savoir plus

  • États-Unis : un intrus arrêté à la Maison Blanche

    En savoir plus

  • L’Ukraine et les séparatistes signent un mémorandum pour garantir le cessez-le-feu

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Le Tchad accuse l'ONU d'utiliser ses soldats comme "bouclier" au Mali

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Wall Street : début en fanfare pour le géant chinois Alibaba

    En savoir plus

Panne de courant inédite dans un hôpital parisien

Dernière modification : 26/06/2008

Une panne d'électricité a touché dans la nuit de mercredi à jeudi l'hôpital parisien Saint-Antoine sans que les groupes électrogènes prennent, dans un premier temps, le relais. Cinq malades en réanimation ont été évacués.

L'hôpital parisien Saint-Antoine a été victime d'une panne d'électricité "rarissime" dans la nuit de mercredi à jeudi, qui a plongé l'établissement dans le noir nécessitant l'évacuation de cinq malades en réanimation par précaution.
   
"C'est un incident rarissime. Il n'y a eu aucune aggravation de patient, nous avons travaillé en collaboration étroite avec le Samu de Paris pour évacuer les 5 malades graves qui étaient en réanimation", a déclaré à l'AFP le Dr Patrick Pelloux, médecin aux urgences.
   
"Comme une partie de l'hôpital a pu recommencer à fonctionner normalement avec un groupe électrogène, nous n'avons pas eu besoin d'évacuer plus de malades" de cet hôpital qui compte près de 800 lits et 3.700 personnels, a-t-il poursuivi.
   
"Les pompiers de Paris sont venus en force pour nous aider à transporter et sécuriser l'ensemble des malades des urgences et d'autres services sensibles comme la maternité et la néonatalité", a-t-il ajouté, poussant "un énorme +ouf+ de soulagement" peu après la normalisation de la situation vers 03H00.
   
Tout a débuté deux heures plus tôt quand ce grand hôpital de l'Assistance publique-Hôpitaux de Paris a été plongé dans le noir, sans pouvoir avoir recours immédiatement aux générateurs de secours.
   
"La panne électrique venant d'EDF est survenue vers 01H15 du matin, et seuls deux des trois groupes électrogènes de sécurité ont fonctionné, on ne sait pas pourquoi", a déclaré à l'AFP la directrice de Saint-Antoine, Chantal de Singly, précisant qu'ils faisaient l'objet d'"un test tous les mois".
   
La panne a été identifiée vers 02H30 par les équipes techniques de l'hôpital, renforcées par des agents d'EDF. L'hôpital est en effet alimenté par deux câbles de 20.000 volts et l'un deux a cessé de donner du courant.
   
"La panne pourrait provenir d'un chantier à proximité de l'hôpital qui aurait sectionné un câble d'alimentation", a rapporté le Dr Pelloux.
   
Electricité réseau distribution France (ERDF) a indiqué à l'AFP que la panne électrique avait été réparée avec la mise en place d'un cable de secours.
   
La panne, dont l'origine n'a pas été établie selon EDF, est arrivée "sur un cable qui alimente l'hôpital". "Le groupe électrogène (de l'hôpital, ndlr) n'était pas assez puissant pour prendre en totalité la charge électrique d'un cable défaillant", a-t-on précisé de même source.
   
"Dès demain matin, une nouvelle équipe sera sur les lieux pour faire un diagnostic complet", a ajouté le service de presse d'ERDF qui ne pouvait "pas donner d'explication", sur la panne "pour le moment".
   
Entre temps, une certaine confusion a régné dans l'hôpital, particulièrement au début. "Le courant s'est coupé d'un coup aux urgences, les générateurs d'urgence se sont mis en route puis se sont éteints quelques secondes plus tard", a raconté un journaliste de l'AFP qui était présent.
   
Des équipes du Samu ont apporté des batteries et des hallogènes ont été mis dans certains couloirs dont les prises fonctionnaient par intermittance, a constaté le journaliste.
   
Des pompiers s'occupaient de transporter sur des brancards des malades dans leur chambre, ne pouvant emprunter les ascenseurs pour des raisons de sécurité.
   
"En 20 ans, je n'ai jamais vu ça", a dit un médecin. "J'ai jamais vécu un truc aussi fou, c'est impensable en France", a lâché une infirmière.
   
Selon la sécurité civile, "à 2H15 les équipes finissaient d'évacuer l'unité de réanimation" tandis que le courant était "rétabli à 50%".
   
A 03H15, la situation revenait à la normale.
 

Première publication : 26/06/2008

COMMENTAIRE(S)