Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REPORTERS

L'héritage du président Mujica en Uruguay

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Nouvelle tentative pour mettre fin au conflit entre Kiev et Moscou

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

2014-10-18 14:45-

En savoir plus

ÉLÉMENT TERRE

La chasse au carbone

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Alain Duhamel signe "Une histoire personnelle de la Ve République"

En savoir plus

SUR LE NET

Data centers : un coût énergétique trop élevé

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Le fardeau d'une nation"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Aubry, beaucoup de silence pour rien"

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : à Kobané, la colère des Kurdes contre la Turquie

En savoir plus

  • Vidéo : à Kobané, la colère des Kurdes contre la Turquie

    En savoir plus

  • L’Algérie refuse de remplacer le Maroc pour l’organisation de la CAN-2015

    En savoir plus

  • Quand l’EI ne veut plus que ses militants postent de selfies

    En savoir plus

  • Ebola : réunion de l'UE pour mieux lutter contre le virus

    En savoir plus

  • Deux journalistes français jugés en Papouasie

    En savoir plus

  • La crainte s'empare des Iraniennes après des attaques à l'acide

    En savoir plus

  • Kobané : les États-Unis larguent des armes aux combattants kurdes

    En savoir plus

  • Le gouvernement japonais fragilisé après la démission de deux ministres

    En savoir plus

  • À Hong Kong, l'exécutif accuse des "forces étrangères" d'être à la manœuvre

    En savoir plus

  • Foot européen : excepté la Juve, les cadors assurent

    En savoir plus

  • Ebola : la course au vaccin bat son plein

    En savoir plus

  • Débordé par l’afflux de réfugiés, le Liban verrouille sa frontière avec la Syrie

    En savoir plus

  • Serbie-Albanie : le Premier ministre albanais reporte sa visite à Belgrade

    En savoir plus

  • Maroc - Algérie : tirs à la frontière, un "incident grave" selon Rabat

    En savoir plus

  • En images : le marathon de Pékin noyé dans un nuage de pollution

    En savoir plus

  • L'Allemagne accepte de vendre à Israël des bateaux lance-missiles

    En savoir plus

Obama se rendra au Proche-Orient et en Europe

Dernière modification : 29/06/2008

Le candidat démocrate Barack Obama a annoncé qu'il comptait se rendre au Proche-Orient et en Europe, renforçant l'aspect international de sa campagne électorale présidentielle.

 Lisez notre dossier "Course à la Maison Blanche"

  

Le candidat démocrate à la Maison Blanche, Barack Obama, a annoncé qu'il se rendrait dans cinq pays au Proche-Orient et en Europe, quittant la campagne électorale sur le front intérieur pour étoffer son image de leader en politique étrangère.
   
M. Obama se rendra, vraisemblablement cet été, en Israël et en Jordanie, ainsi qu'en France, en Allemagne et en Grande-Bretagne, a annoncé samedi son équipe de campagne dans un communiqué.
   
Les entretiens du candidat démocrate dans ces pays porteront sur les défis du terrorisme, la prolifération nucléaire et le changement climatique.
   
Ces visites visent à "évaluer la situation des pays qui sont cruciaux pour la sécurité nationale américaine et à s'entretenir avec des amis et alliés", indique le communiqué.
   
La date de ces voyages n'a pas été précisée, mais le directeur de la communication de l'équipe de campagne de M. Obama, Robert Gibbs, a laissé entendre qu'ils interviendraient cet été, en répondant samedi à la question d'un journaliste sur la chaîne de télévision Fox.
   
Barack Obama, 46 ans, qui doit être officiellement désigné comme le candidat démocrate à la convention du parti fin août, a déjà annoncé son projet de visiter l'Irak et l'Afghanistan en tant que membre d'une délégation du Congrès, mais ces pays n'étaient pas mentionnés dans la liste de samedi. Les détails de ce type de déplacements sont toutefois tenus secrets pour des raisons de sécurité.
   
Le projet de tournée internationale du candidat Obama intervient alors que, dans le feu de la campagne électorale, son rival républicain John McCain, un ancien combattant du Vietnam, âgé de 71 ans, insiste régulièrement sur le manque d'expérience internationale du jeune sénateur de l'Illinois.
   
Le candidat républicain accuse aussi M. Obama de ne rien connaître à la sécurité nationale et d'afficher faiblesse et naïveté en voulant discuter avec l'Iran.
   
John McCain, qui soutient l'intervention américaine en Irak alors que Barack Obama y est opposé depuis le début, ne manque pas une occasion de souligner qu'il s'est rendu huit fois dans ce pays contre une seule fois pour M. Obama.
   
En mars dernier, le sénateur républicain a fait une visite quasi-identique à celle prévue par M. Obama, qui l'a conduit à Bagdad, puis en Jordanie, en Israël mais aussi en Grande-Bretagne et en France.
   
Pour le sénateur noir, cette visite en Israël pourrait être l'occasion de polir son image auprès de l'électorat juif, une démarche déjà amorcée depuis quelques semaines.
   
Début juin, dans un de ses premiers discours de politique étrangère devant le principal lobby pro-israélien aux Etats-Unis, M. Obama avait estimé que Jérusalem devait "rester la capitale d'Israël" et "demeurer indivisible", suscitant la satisfaction d'Israël mais provoquant le mécontentement de l'Iran et des Palestiniens.
   
"Israël, qui est un ami proche et solide des Etats-Unis, est confronté à de graves menaces, émanant de la bande de Gaza jusqu'à Téhéran", a déclaré M. Obama samedi, ajoutant que la Jordanie "a été un partenaire étroitement associé au processus de paix".
   
En Europe, Barack Obama prévoit de visiter les trois pays qui ont travaillé de près avec les Etats-Unis pour que l'Iran cesse ses activités d'enrichissement nucléaire. La France, l'Allemagne et la Grande-Bretagne ont aussi été des proches alliés en Afghanistan.
   
Ces trois pays "sont des piliers de l'alliance transatlantique et contribuent à la mission en Afghanistan", a déclaré samedi le candidat démocrate qui compte "évoquer les moyens de renforcer notre partenariat au cours des années à venir".
   
"Ce sera une occasion importante d'avoir un échange de vues avec les dirigeants de ces pays à propos de ces questions cruciales pour la sécurité nationale américaine ainsi que la sécurité globale au 21e siècle", a conclu le candidat.

Première publication : 28/06/2008

COMMENTAIRE(S)