Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Noël : les jouets connectés au pied du sapin

En savoir plus

SUR LE NET

Le rapprochement avec Cuba divise la Toile américaine

En savoir plus

REPORTERS

Argentine : le bilan Kirchner

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les "MarocLeaks" inquiètent le pouvoir marocain

En savoir plus

#ActuElles

Jouets sexistes : le marketing des fabricants en cause

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Joyeux Noël... laïc !

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Cuba - États-Unis : la fin de la guerre froide ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

La Grèce fait trembler les marchés

En savoir plus

À L’AFFICHE !

La personnalité tourmentée de "Mr. Turner"

En savoir plus

Emeutes en Chine après la mort d'une adolescente

Dernière modification : 04/07/2008

Des milliers de villageois ont pris d'assaut des bâtiments de l'Etat après la mort d'un homme qui protestait contre la conduite de l'enquête sur le décès de sa nièce. La polémique a vu le jour grâce à des vidéos publiées sur Internet.

Sur le site des Observateurs de FRANCE 24 : "Quand l’Internet déborde (momentanément) les autorités chinoises"


 

 

Ce week-end, les habitants d’un village de la province du Guizhou, dans le sud-ouest de la Chine, ont manifesté avec violence, un fait rare en Chine. Des milliers de personnes ont incendié des bâtiments publics, brûlé des voitures et affronté la police. L’origine de cette protestation : la conduite de l’enquête sur la mort d’une adolescente de 15 ans.

 

Les policiers ont conclu au suicide, mais l’entourage de la fillette assure qu’elle a été violée avant d’être assassinée. Une rumeur circule selon laquelle les autorités locales protégeraient le suspect du meurtre, parce qu'il s'agirait du fils d'un responsable local.

 

Emeutes après des passages à tabac

 

Un oncle de la victime s’est élevé contre les résultats de l’enquête. Mais il n’a pas pu poursuivre ses investigations personnelles car "il a été tabassé par la police ou des voyous à la solde de la police. Il est mort samedi", a affirmé une habitante à l’AFP. La nouvelle de son décès a provoqué les émeutes. "Comme l'oncle enseignait dans une école locale, des dizaines d'élèves sont allés demander des comptes à la police, c'est à ce moment-là que certains d'entre eux ont été frappés. Après avoir été tabassés, ils ont incendié des locaux et des voitures de police", a-t-elle ajouté.

 

Le calme est de retour ce lundi matin. Mais "la ville est encore quadrillée par la police", affirme le correspondant de FRANCE 24 en Chine, Sébastien Le Belzic. "Deux cents personnes sont sous les verrous", ajoute-t-il. 

 

Informés par Internet

 

Si les médias locaux ont fait l’impasse sur cette affaire ce week-end, le quotidien officiel China Daily consacre tout de même, ce lundi, quelques lignes aux émeutes, affirmant que 10 000 manifestants sont descendus dans la rue. Mais c’est avec Internet que les habitants ont pu être informés. Des photos des émeutes y ont été publiées et des vidéos ont été mises en ligne sur le site de YouTube.

 

"Internet est la nouvelle force en Chine, ça devient le contre pouvoir. Les internautes font peur au gouvernement", estime notre correspondant Sébastien le Belzic. 

 

Ce lundi, le site Boxun.com affiche la photo d'un avis public ordonnant aux responsables des violences de se rendre aux autorités.
 

Première publication : 29/06/2008

COMMENTAIRE(S)