Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Assistants parlementaires au FN : Marine Le Pen snobe la police

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Cameroun : Des milliers de déplacés, fuyant Boko Haram, menacés par la famine

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Lutte contre le groupe État islamique : où en sont les offensives contre les djihadistes ?

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

France – Présidentielle 2017 : alliances, retraits et tentatives d’union de la semaine

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Paris des arts de Virginie Lemoine

En savoir plus

#ActuElles

L'humour a-t-il un sexe ?

En savoir plus

TECH 24

"Bring back our Internet" : le hashtag de ralliement des Camerounais

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Grèce : une crise sans fin ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

France insoumise : le coût du programme de Jean-Luc Mélenchon

En savoir plus

Le président zambien hospitalisé en Egypte

Dernière modification : 29/06/2008

Le président zambien Levy Mwanawasa a été hospitalisé d'urgence à Charm el Cheikh, en Egypte, où il s'était rendu pour participer au sommet de l'Union africaine, lundi. Il aurait subi un malaise cardiaque et son état serait stationnaire.

Le chef de l'Etat zambien Levy Mwanawasa, qui se trouve à Charm el-Cheikh (Egypte) pour participer au sommet de l'Union africaine (UA), a été hospitalisé dimanche après un malaise et se trouve dans un état stationnaire, a-t-on appris de source médicale.
   
M. Mwanawasa a ressenti de vives douleurs à la poitrine et a été transféré à l'hôpital de la station balnéaire sur la mer Rouge, a affirmé cette source.
   
Le président se trouve dans un état "stationnaire", a-t-elle dit sans autres précisions.
   
Selon l'un des participants au Conseil de paix et sécurité (CPS) de l'UA, organe chargé de la prévention des conflits, le siège réservé à M. Mwanawasa n'était pas occupé par le président dimanche soir.
   
Le sommet de l'UA a lieu lundi et mardi à Charm el-Cheikh.

Première publication : 29/06/2008

COMMENTAIRE(S)